" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" (...) la biodiversité, très sincèrement, tout le monde s'en fiche, à part quelques-uns ! "
- Nicolas Hulot, 2018 03 21

vendredi 5 janvier 2018

5, Kooya: prinias à front écailleux (diéri), traquets de Seebohm et du Groenland (walo)

Traquet de Seebohm - oenanthe seebohmi, mâle de 1er hiver
Forêt de Bokhol 2018 01 5, 9h56 / © Photo par Frédéric Bacuez

* Dagana-Ndioum par la N2.
Forêt de Bokhol et autres gonakeraies / Le fleuve vers Gaya / Kooya latéritique près de Fanaye / Kooya dunaire  près de Taredji -

Vendredi 5 janvier 2018.
En voiture et à pied.
Avec Bram Piot [Senegal Wildlife] et Filip Verroens [Natuurpunt, Belgique] / Part. 3.

En lien avec:
4-7, Ornithondar et Senegal Wildlife: 3 jours dans la moyenne vallée - l'essentiel du carnet..., par Frédéric Bacuez in Ornithondar 2018 01 16
Northern Specials (Part I), par Bram Piot in Senegal Wildlife 2018 01 21

Forêt de Bokhol et dans le Kooya-
Traquets de Seebohm et traquets du Groenland - plus un pic gris !

A l'orient du lac de Guiers, on entre dans le pays des traquets. Traquets afrotropicaux (myrmecocichla a. aethiops et très hypothétiquement le malien oenanthe heuglini - 2007 01 18 au PNO Djoudj, obs. A. Le Nevé) mais aussi et surtout traquets hivernants du Paléarctique comme l'ubiquiste et omniprésent motteux (oenanthe oenanthe oenanthe). Espèce nominale classique et habituelle qu'il ne faut cependant jamais perdre du regard, car parmi ses nombreux représentants saisonniers se trouvent des sujets originaux, à la vérité fort différents, que d'aucuns classent en races ou sous-espèces, d'autres carrément en espèces à part entière. Il s'agit d'un traquet voisin, venu du Maghreb, voici le traquet (motteux) de Seebohm (oenanthe -o.- seebohmi)*; et d'un traquet lointain, très lointain, arrivé du nord-est canadien, du Groenland et d'Islande, voilà le fameux traquet (motteux) du Groenland (oenanthe -o.- leucorhoa), le passereau migrateur le plus spectaculaire au monde, de par sa traversée de l'Atlantique parfois d'un seul vol, des distances parcourues et du laps de temps pour les parcourir; et même, pour les mâles, du temps consacré à ses terres natales péri-arctiques, quelques semaines printanières, pour les obligations conjugales, et encore, exclusivement sexuelles... Les affaires faites, monsieur s'en retourne vite vers sa villégiature sahélienne... C'est aussi sur ces marges pré-sahariennes que l'on rencontrera quelques traquets oreillards quasi exclusivement occidentaux (oenanthe hispanica ssp. hispanica); d'authentiques orientaux, les traquets isabelles (oenanthe isabellina); voire à l'occasion, un traquet du désert saharien (oenanthe deserti ssp. homochroa).

Ce matin pour nous, ce sera donc un à deux (1 à 2) traquets de Seebohm en 'forêt' de Bokhol, puis un (1) sujet dans les cordons sablonneux du Kooya. Trois (3) traquets du Groenland sous les mêmes acacias vénérables de Bokhol, un (1) sujet dans le Kooya latéritique, un (1) autre dans le Kooya dunaire - le groenlandais a des facultés d'adaptation insoupçonnées, ha ha ha !  Un (1traquet oreillard, aussi. Les traquets isabelles, deux (2), ce sera pour demain.

Du plus fréquent au plus improbable...
(Sources: Oiseaux de Mauritanie, Isenmann et al., 2010; Oiseaux de Sénégambie, Morel & Morel, 1990; Birds of Senegal and The Gambia, Borrow & Demey, 2011)

  • Traquet motteux: ubiquiste, omniprésent, immanquable, notre traquet n°1 en hiver ! En grand nombre entre les 16°N et 12°/9°N, moindre entre les 18° et 16°N - mais tout de même ! 
  • Traquet du Groenland: forme d'Islande, du Groenland et du nord-est du Canada hivernant exclusivement dans les zones de contact soudano-sahéliens de l'Afrique occidentale. Généralement le premier à l'arrivée, le dernier au départ... (cf. ci-après)
  • Traquet de Seebohm: traquet des Atlas hivernant principalement de part et d'autre du fleuve Sénégal (cf. ci-après)
  • Traquet oreillard: traquet méditerranéen hivernant surtout en Afrique occidentale entre le 18°N et le 12°N. Majoritairement de la sous-espèce hispanica mais Isenmann et al. (2010) ont noté qu'au moins 25% des hivernants de Mauritanie étaient des sujets orientaux melanoleuca. Attention donc, observateurs sénégaulois...
  • Traquet isabelle: hivernant majoritairement en zones de contact sahélo-saharien, Ferlo et Kooya étant des franges de son aire habituelle de distribution méridionale, laquelle peut occasionnellement l'amener plus loin encore vers le sud. D'autant qu'épisodiquement il peut devenir le plus fréquent des traquets, localement, comme du coté de Podor (in Morel & Roux, 1966)... Nous croiserons Isabelle par deux fois, dans le coin (2018 01 6)...
  • Traquet du désert: migrateur partiel venu du Sahara essentiellement marocain et algérien; rare en hiver au sud du 17°N et en très petit nombre dans l’extrême nord du Sahel (septembre/octobre-février/mars)

Lire:
Seebohm's Wheatear Oenanthe oenanthe seebohmi in West Africa,
par M.I. Forschler, B. Metzger, I. Maggini, R. Neumann & F. Bairlein 
in Researchgate.net/publication, avril 2008 ; et ABC Bulletin 15.2 septembre 2008, p. 242-244, African Bird Club
Voir aussi sur OrnithondarSur la Doué, un pluvian d'Egypte et un traquet de Seebohm, 2015 12 4


De l'Atlas marocain comme du Labrador canadien, 
rendez-vous hivernal dans le Sahel !

Ci-dessous:
traquets de Seebohm - oenanthe -o.- seebohmi
Forêt de Bokhol 2018 01 5, 8h28 (à d.) et 9h53 (à g.) / © Photos par Frédéric Bacuez

Traquet de Seebohm...
Nota 1 [in Ornithondar 2015 12 4]:

"Peu d'ornithologues continuent de considérer le traquet de Seebohm (oenanthe seebohmiSeebohm's wheatear) comme une race "berbère" du traquet motteux. Ses différences morphologiques étant incontestables, Ornithondar prend aussi le parti des ornithologues 'africanistes' en décidant d'y voir une espèce à part entière. Espèce localisée puisqu'elle ne réside et niche qu'en zones montagneuses du Maroc (Moyen et Haut-Atlas au-dessus de 1500 m d'altitude, ainsi que dans quelques sites du Rif et de l'Oriental) et d'Algérie (Aurès, Djurdjura). Il semblerait qu'un bon nombre voire la majorité de ces oiseaux passe l'hiver, tout ou partie, au sud du Sahara, essentiellement dans le Sahel mauritanien et sénégalais mais aussi du nord-ouest malien. Morel signalait la présence du traquet de Seebohm dans la vallée du fleuve Sénégal dès 1964, à Richard-Toll, Saldé et Ndioum, ce dernier site se trouvant à quelques kilomètres à l'est de notre observation d'aujourd'hui..."

"(...) obtenu en 1964 à Ndioum (16°30N -14°40W) le 1er avril et à Saldé (16°10N -13°54W) le 14 avril (M & R 1966), puis les 24 mars 1976 et 25 mars 1980, 60 km au SE de Richard-Toll; les quartiers d'hiver de cette espèce sont encore inconnus (peut-être plus au sud) bien que TYE, A. l'ait observée près de Richard-Toll début janvier 1981; (...) "
- Gérard J. & Marie-Yvonne Morel
in Les oiseaux de Sénégambie, notices et cartes de distribution, IRD Editions

En 1973, le traquet de Seebohm est signalé comme 
l'espèce la plus répandue en hiver dans la région de Podor (B. N'Dao, comm. pers.). A Richard-Toll, capture d'un mâle nuptial le 13 mars 1973 (B. Tréca, comm. pers.) "
- Gérard Morel et Francis Roux
Les migrateurs paléarctiques au Sénégal: notes complémentaires, 
in La Terre et la Vie, Revue d'Ecologie Appliquée, Vol. 27, 1973

En février-mars 2007, une équipe d'ornithologues emmenés par Marc Förschler*
conforte les travaux de Peter Browne lequel en 1982 envisageait une population hivernante d'au moins 50 000 sujets à l'orient du sud-ouest mauritanien  !
The majority of this taxon's population appears to winter immediately south of Sahara, in the Sahezone of  southern Mauritania, northern Senegal and north-west Mali between 15-18°N and 09-16°W (...) "
- M.I. Förschler, B. Metzger, I. Maggini, R. Neumann, F. Bairlein,
 in Seebohm's Wheatear Oenanthe oenanthe seebohmi in West Africain ABC Bulletin 15.2, 18 07 2008, African Bird Club

Le traquet de Seebohm hiverne
"surtout en Mauritanie sahélienne (...), dans le nord du Sénégal et l'ouest du Mali entre 15°N et 18°N et, vers l'est, au moins jusqu'à 9°W (...)"
- Paul Isenmann et al. 
dans l'indispensable Oiseaux de Mauritanie (2010) 


Ci-dessus:
traquet du Groenland - oenanthe -o.- leucorhoa
Forêt de Bokhol 2018 01 5, 9h54 / © Photos par Frédéric Bacuez

"Seul passereau nicheur du nord-est américain 
à migrer vers l'Afrique"
- F.B. in Ornitnondar 2015 04 5

Traquet du Groenland...
Nota 2 [in Ornithondar 2015 04 5]:

"L'hirondelle rustique (hirundo rustica) est battue. Le traquet (motteux) du Groenland (oenanthe oenanthe ssp. leucorhoa) est désormais le passereau qui parcourt la plus longue distance migratoire au monde: les sujets d'Alaska - pas toujours rattachés à la race leucorhoa-, qui passent l'hiver en Afrique orientale, peuvent effectuer près de 30 000 kilomètres aller-retour entre leur lieu de naissance et/ou de reproduction et leur villégiature hivernale. Les authentiques leucorhoa d'Islande, du Groenland et du nord-est canadien (Terre-Neuve, Labrador) ne sont pas en reste, même si la distance parcourue est moindre que celle de leurs parents/cousins du Pacifique. Car ceux qui vont rejoindre puis quitter l'Afrique occidentale, où ils séjournent en hiver, survolent autrement plus d'étendues sur lesquelles ils ne peuvent absolument pas faire halte: l'océan, rien que l'océan ! Un traquet de la région de Nuuk, au Groenland, aura ainsi 5 985 kilomètres de mer à survoler pour atteindre le bas-delta de Saint-Louis-du-Sénégal. Distance parfois parcourue en trente heures de vol non stop, sans manger ni boire ! Quand on sait que le petit oiseau ne pèse que 25 grammes, on mesure l'exploit. Et les leucorhoa les plus nordiques en rajoutent sur la distance: le suivi par balise de 16 individus de la Terre de Baffin (Canada, 2009-2010) a démontré que ces traquets volaient d'abord vers la Grande-Bretagne par-dessus le Groenland (soit plus de 4 000 kilomètres) avant de prendre plein sud vers le Sahel littoral (soit plus de 3 000 kilomètres): au moins 7 000 kilomètres d'un voyage éclair - pas plus de sept jours !-, effectué deux fois l'an - on reste sans voix ! Ultime tour de force: si les mâles sont les premiers à rejoindre les sites de reproduction, pour préparer la venue de madame, ils sont aussi les premiers à repartir dans le sens inverse, dès que les affaires sexuelles sont conclues, parfois dès la fin de juin, et souvent alors que leur descendance est à peine sortie de l’œuf... Dans ces lointains arctiques, les stocks alimentaires d'insectes étant limités, le mâle/père s'éclipse très vite pour laisser un maximum de chances à sa progéniture: seule la femelle/mère restera quelques semaines supplémentaires pour enseigner aux oisillons les rudiments de survie en milieu hostile. Avant ses petits, elle prendra à son tour les airs vers la Mauritanie et le Sénégal, principaux sites d'hivernage du traquet motteux leucorrhoaseul passereau nicheur du nord-est américain à migrer vers l'Afrique; encore un record !"


Ci-dessus:
pic gris, mâle
Forêt de Bokhol 2018 01 5, 9h / © Photo par Frédéric Bacuez

Les boisements à vieux gonakiers (acacia nilotica) un peu vite appelés forêts, comme ceux de Bokhol, sont les maigres reliques d'un long ruban boisé qui faisait jadis l'interface entre les basses terres du fleuve (le walo) et les hautes terres sablonneuses (dieri). Les années de sécheresse, le charbonnage impuni et la pression démographique incontrôlée ont eu raison de ces biotopes particulièrement choyés par les oiseaux - on le vérifie encore aujourd'hui. Il y a même des nids de l'ombrette africaine (scopus u. umbretta), classiquement décorés de rubans, tissus et autres fanfreluches colorées des Hommes (cf. photos ci-après et lire ICI sur Ornithondar). De la trentaine (30+) d'espèces que nous y observons (cf. photos ci-après), avec trois sortes de traquets (oenanthe oenanthe, seebohmi, leucorrhoa, cf. ci-dessus), deux bandes d'irrisors moqueurs du Nigeria (phoeniculus purpureus ssp. guineensis), inspectant méticuleusement l'écorce rugueuse et fissurée des arbres pour en extraire larves et araignées; des drongos brillants du Sénégal (dicrurus adsimilis ssp. divaricatus), des guêpiers d'Orient (merops orientalis ssp. viridissimus), des brubrus africains (nilaus a. afer), des cordonbleus à joues rouges (uraeginthus b. bengalus) et des huppes fasciées (upupa epops ssp.), européennes comme sénégalaises; en plus de l'hivernante cohorte des rougequeues à front blanc (phoenicurus p. phoenicurus), pouillots de Bonelli (phylloscopus b. bonelli) et hypolaïs obscures (iduna opaca), fauvettes orphées (curruca h. hortensis) et passerinettes (de Tschusicurruca inornata ssp.). Et d'un (1) petit gravelot du Nord (charadrius dubius ssp. curonicus) trottinant sur les sols secs du sous-bois à gonakiers - ce n'est pas la première fois que nous observons le petit  limicole se nourrissant loin de l'eau, en terrain inhabituel et boisé.

La belle surprise du matin, mais qui n'en est pas une puisque nous sommes en plein sur son territoire connu - couru (n’exagérons pas tout de même !) par les agences et autres guides sérieux, voici un mâle de pic gris (dendropicos elachus), trop occupé à déloger son petit déjeuner des vieux arbres qu'il en oublierait presque notre présence insistante (cf. photo ci-dessus)... Comme le dit justement dans Senegal Wildlife notre camarade Paul Robinson, dans une invite aux séjours ornithos' dans le pays (Lire ICI), et comme Ornithondar n'a cessé de l'écrire sur l'espèce, le pic gris est à coup sûr l'un de nos quelques oiseaux phares pour un un trip ornithologique dans le nord du Sénégal...

A la courbe du fleuve vers Gaya - et non Gaïa, hélas-, une scène pas ordinaire: une jeune marouette à bec jaune (zapornia flavirostra) en train de déchirer les chairs d'un poisson mort de chez mort et de s'en régaler (cf. photo ci-après) ! Des volées d'astrilds cendrés (estrilda troglodytes) comme jamais je n'en avais vu autant à la fois; le passage d'un élanion blanc (elanus c. caeruleus, 10h10) puis d'un jeune faucon lanier (falco biarmicus erlangeri, 10h20); et pour finir, l'hystérie collective des petits oiseaux dans la broussaille: comme il y a de belles crevasses dans le sol et sous nos pieds, je pense à un cobra - c'est un chat ganté (felis silvestris ssp. lybica) qui ne demande pas son reste et sans se retourner, à pas de velours, s'échappe vers les roseaux...

Kooya latéritique et dunaire-
Moinelettes à front blanc et prinias à front écailleux - et toujours les pies-grièches du désert

Sur les 'hauteurs' du Kooya, d'abord sur sols en partie latéritiques: les immanquables moinelettes à front blanc du Sahara (eremopterix nigriceps ssp. albifrons) sont en place (cf. photos ci-dessous). Ici, elles remplacent carrément l'omniprésent cochevis huppé (galerida ristata senegallensis) de la basse vallée, supplantant même sa cousine la moinelette à oreillons blanc (eremopterix leucotis). La moinelette à front blanc a considérablement étendu son aire de distribution vers le sud, à la faveur du dernier cycle sec (années 70'-90' du XXe siècle), atteignant désormais le Siné Saloum ! Ensuite dans le Kooya dunaire: près de Taredji dans une belle ondulation aux sables orangés, il y a de belles étendues de leptadenia pyrotecnica; et là où croît le fameux arbuste à balais (cf. photos ci-dessous) s'épanouit aussi le prinia à front écailleux (spiloptila clamans), un des petits oiseaux emblématiques des zones péri-sahariennes, lui-même en expansion vers le sud. On a à peine marché quelques dizaines de mètres que retentissent les cris stridents du passereau, très vite repérés en train de fureter dans lesdites touffes (cf. photos ci-dessous)... Quant aux pies-grièches (méridionales) du désert (lanius -meridionaliselegans ssp. elegans), elles règnent en maîtresses du domaine, ici et là perchées en évidence, à l'affût (cf. photos ci-dessous). Pour elles, juste un changement de bord: en hiver sur les marges méridionales de leur Sahara, le reste du temps sur ses confins septentrionaux - pas de dépaysement !

Ci-dessous, de haut en bas et de g. à d.:
pies-grièches (méridionales) du désert
moinelettes à front blanc, mâles
prinias à front écailleux dans les buissons de leptadenia pyrotecnica
Kooya 2018 01 5 midi / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

OISEAUX / 63 espèces cochées, 4 sp. entendues
MAMMIFÈRES / 3 espèces vues
LÉPIDOPTÈRES / 1 espèce

Vu (liste non exhaustive):
  • Gardeboeuf d'Afrique (bubulcus i. ibiscattle egret), 2 ind. sur rigole [walo route de Gaya] + 3 ind. accompagnant le bétail bovin [gonakeraie vers Fanaye]
  • Elanion blanc (elanus c. caeruleusblack-shouldered kite), 1 ind. en vol passant [berge du fleuve vers Gaya]
  • Milan noir (milvus m. migransblack kite), 3 + 2 ind. cerclent au loin [Kooya sablonneux]
  • Busard des roseaux (circus a. aeruginosuswestern marsh-harrier), 1 ind. en vol [fleuve vers Gaya] + 1 ind. femelle [route vers Fanaye]
  • Autour sombre (melierax m. metabatesdark chanting-goshawk), 1 ind. sur un poteau électrique (8h25) [N2 Dagana-Bokhol]
  • Faucon lanier (falco biarmicus erlangeri, lanner falcon), 1 ind. en vol passant [berge du fleuve vers Gaya]
  • Faucon crécerelle (falco t. tinnunculuscommon kestrel), 1 ind. survole les labours [walo route de Gaya] + 1 ind. poursuivi par deux vanneaux à tête noire [Kooya latéritique]
  • Marouette à bec jaune (zapornia flavirostrablack crake), 1 ind. arrache et ingurgite de la chair d'un poisson trouvé mort [berge du fleuve vers Gaya]
  • Échasse blanche (himantopus himantopusblack-winged stilt), 1 ind. sur rigole [walo route de Gaya]
  • Vanneau à tête noire (vanneau coiffé, vanellus t. tectusblack-headed lapwing), 2 + 7 ind. [forêt de Bokhol] + 6 ind. dans les labours voisins [walo] + 1 ind. + 2 ind. poursuivant un faucon crécerelle + 4 ind. [Kooya latéritique] + 1 ind. [gonakeraie vers Fanaye]
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosusspur-winged lapwing), 2 ind. [berge du fleuve vers Gaya]
  • Petit gravelot (charadrius dubius ssp. curonicus, northern little ringed plover), 1 ind. en terrain sec et sous-bois [forêt de Bokhol]
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), 2 ind. en vol au-dessus des labours et 1 ind. sur rigole [walo]
  • Tourterelle masquée (tourterelle à masque de fer, oena c. capensisNamaqua dove), NC
  • Tourterelle maillée (spilopelia/streptopelia s. senegalensislaughing dove), plusieurs ind. glanent au sol en sous-bois [forêt de Bokhol]
  • Perruche à collier (psittacula k. kramerirose-ringed parakeet), 1 ind. en vol passant [berge du fleuve vers Gaya] + 1 ind. [Taredji]
  • Coucal du Sénégal (centropus s. senegalensisSenegal coucal), 1 ind. [berge du fleuve vers Gaya]
  • Martinet des palmes (cypsiurus p. parvusafrican palm swift), quelques ind. [fleuve vers Gaya]
  • Guêpier d'Orient (merops orientalis ssp. viridissimuslittle green bee-eater), 1 + 3+ ind. [forêt de Bokhol] + 1 ind. [berge du fleuve vers Gaya] + 1 ind. [Kooya latéritique]
  • Coliou huppé (à nuque bleue, 'oiseau-souris', urocolius m. macrourusblue-naped mousebird), 4 + 6 +2 + ~6 ind. [forêt de Bokhol] + 3 ind. [gonakeraie vers Fanaye] + 2 ind. [Kooya sablonneux]
  • Irrisor moqueur du Nigeria (phoeniculus purpureus ssp. guineensis, Nigerian green woodhoopoe), 3 à 4 ind. [forêt de Bokhol] + 7 ind. [gonakeraie vers Fanaye]
  • Huppe fasciée d'Eurasie (upupa e. epopseurasian hoopoe), au total 4 ind. [forêt de Bokhol]
  • Huppe fasciée d'Afrique de l'ouest (huppe du Sénégal, upupa -epopssenegalensis ssp. senegalensiswestern african hoopoe), 1 ind. en compagnie de deux huppes eurasiennes [forêt de Bokhol] + 1 ind. pupule dans les dunes [Kooya sablonneux]
  • Calao occidental (tockus kempiwestern red-billed hornbill), 2 + 6 ind. [forêt de Bokhol] + 2+ ind. [gonakeraie vers Fanaye]
  • Pic gris (petit pic gris, dendropicos elachuslittle grey woodpeckersahelian woodpecker), 1 ind. mâle dans les vieux acacias [forêt de Bokhol]
  • Bergeronnette grise (motacilla a. albawhite wagtail), 1 ind. [forêt de Bokhol] + 1 ind. le long d'une rigole proche [walo]
  • Bergeronnette printanière (motacilla f. flavablue-headed wagtail), quelques ind. [forêt de Bokhol] + quelques ind. [Kooya latéritique]
  • Bergeronnette ibérique (motacilla flava ssp. iberiaespanish wagtail), 1 ind. [forêt de Bokhol]
  • Pipit rousseline (anthus campestris, tawny pipit), 1 à 2 ind. dans les labours [walo]
  • Moinelette à front blanc du Sahara (eremopterix nigriceps ssp. albifronssaharan black-crowned sparrow-lark), plusieurs ind. ici et là [Kooya latéritique]
  • Hirondelle de rivage (riparia r. ripariacommon sand martin), 1 ind. en vol [berge du fleuve vers Gaya] + 2 ind. en vol passant [Kooya sablonneux]
  • Hirondelle de Guinée (hirundo l. lucida, red-chested swallow), 1 ind. en vol [berge du fleuve vers Gaya]
  • Hirondelle rustique (hirundo r. rusticabarn swallow), 5 à 6 ind. en vol passant, traversent la voie vers Gaya [walo] + 1 ind. en vol passant [berge du fleuve vers Gaya]
  • Rougequeue à front blanc (phoenicurus p. phoenicuruscommon redstart), 1 ind. mâle [forêt de Bokhol] + 1 ind. mâle [gonakeraie vers Fanaye] 
  • Traquet motteux (oenanthe o. oenanthenorthern wheatear), 1 ind. [forêt de Bokhol] + au total 3 ind. [Kooya latéritique] + 1 ind. [gonakeraie vers Fanaye]
  • Traquet (motteux) du Groenland (oenanthe o. leucorhoa, Greenland wheatear), au total 3 ind. [forêt de Bokhol] + 1 ind. [Kooya latéritique] + 1 ind. type femelle [Kooya sablonneux]
  • Traquet de Seebohm (oenanthe o. seebohmi, Seebohm's wheatear), 1 à 2 ind. dont 1er hiver [forêt de Bokhol] + 1 ind. de 1er hiver [Kooya sablonneux]
  • Traquet oreillard (oenanthe h. hispanica, black-headed wheatear), 1 ind. [forêt de Bokhol]
  • Agrobate podobé (cercotrichas p. podobeblack scrub-robin), au total 2 ind. [forêt de Bokhol] + 2 ind. [berge du fleuve vers Gaya] + 1 ind. [gonakeraie vers Fanaye] + 1 + 1 ind. [route Taredji-Gamadji Saré]
  • Traquet brun (Traquet-fourmilier brun, myrmecocichla a. aethiopsnorthern anteater-chat), 1 + 2 ind. [route Taredji-Gamadji Saré]
  • Hypolaïs obscure (iduna opacawestern olivaceous warbler), quelques ind. [forêt de Bokhol]
  • Pouillot véloce (phylloscopus c. collybita, common chiffchaff), 1 ind. à découvert ! [berge du fleuve vers Gaya]
  • Pouillot de Bonelli (phylloscopus b. bonelli, western Bonelli's warbler), quelques ind. moucheronnent [forêt de Bokhol]
  • Fauvette orphée (curruca h. hortensis, western orphean warbler), au total 2 ind. [forêt de Bokhol]
  • Fauvette (passerinette) de Tschusi (curruca inornata ssp. inornata ou/et iberiaewestern subalpine warbler), 1 ind. [forêt de Bokhol] + 2 ind. [Kooya latéritique] + au total 3 ind. [Kooya sablonneux]
  • Crombec sitelle (sylvietta b. brachyuranorthern crombec), 1 ind. [berge du fleuve vers Gaya] + 1 ind. [Kooya sablonneux]
  • Prinia à front écailleux (spiloptila clamans, cricket longtail), 4 ind. bavardes dans les 'arbustes à balais [Kooya sablonneux]
  • Souïmanga à longue queue (cinnyris p. pulchellusbeautiful sunbird), 1 ind. mâle [berge du fleuve vers Gaya]
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius s. senatorwoodchat shrike), au total 2 ind. [forêt de Bokhol] + 1 ind. [Kooya sablonneux]
  • Pie-grièche (méridionale) du désert (lanius -meridionalis- elegans ssp. elegans, Saharan shrike), 2 ind. [Kooya sablonneux]
  • Gonolek de Barbarie (laniarius b.barbaruscommon gonolekyellow-crowned gonolek), 1 ind. [forêt de Bokhol] + 3 ind. [berge du fleuve vers Gaya]
  • Brubru africain (nilaus a. aferbrubru), au total 2 ind. [forêt de Bokhol] + 1 ind. [gonakeraie vers Fanaye] 
  • Drongo brillant (dicrurus adsimilis ssp. divaricatus, -Senegal- fork-tailed drongo), au total 2 ind. [forêt de Bokhol]
  • Choucador à oreillons bleus (lamprotornis c. chalybaeusgreater blue-eared glossy-starling), NC [forêt de Bokhol]
  • Choucador à ventre roux (lamprotornis pulcherchestnut-bellied starling), NC [forêt de Bokhol]
  • Moineau gris (passer g. griseusnorthern grey-headed sparrow), quelques ind. [forêt de Bokhol] + 3 ind. le long d'une rigole voisine [walo]
  • Moineau doré (passer luteusSudan golden sparrow), nombreux ind. en lisière [de la forêt de Bokhol] et surtout sur les rigoles des champs voisins - dont troupe de 50+ ind. [walo] + dizaines d'ind. [berge du fleuve vers Gaya] 
  • Tisserin vitellin (masqué, ploceus v. vitellinusvitelline masked-weaver), plusieurs ind. en sous-bois [forêt de Bokhol]
  • Tisserin à tête noire (ploceus m. melanocephalus, black-headed weaver), NC
  • Cordonbleu à joues rouges (uraeginthus b. bengalus, red-cheeked cordonbleu), 1 + 3 + 1 + 2 ind. au sol [forêt de Bokhol]
  • Amarante (commun) à bec rouge (du Sénégal, lagonosticta s. senegalared-billed firefinch), 2 ind. [berge du fleuve vers Gaya] + 2 ind. - cc local [Kooya sablonneux]
  • Astrild cendré (estrilda troglodytes, black-rumped waxbill), ~12 + 4 + 1 + ~30 ind. [berge du fleuve vers Gaya]
  • Capucin bec-d'argent (euodice c. cantans, african silverbillmauritanian silverbill), 1 + 2 + 2 ind. [Kooya latéritique] + assez nombreux ind. dans les cordons dunaires 'à balais' [Kooya sablonneux]

Entendu:
Guêpier de Perse de l'ouest (merops persicus ssp. chrysoconoswestern blue-cheeked bee-eater), 3 à 4 ind. [Kooya sablonneux] / Tourterelle vineuse (streptopelia vinacea, vinaceous dove) [forêt de Bokhol] / Tourterelle pleureuse du Niger (streptopelia decipiens ssp. shelleyi, -Nigermourning collared-dove) [forêt de Bokhol] / Agrobate podobé (cercotrichas p. podobe), 1 ind. [gonakeraie vers Fanaye] / Pouillot de Bonelli (phylloscopus b. bonelli) [forêt de Bokhol][gonakeraie vers Fanaye] / Hypolaïs obscure (iduna opaca) [forêt de Bokhol] / Rousserolle des cannes (acrocephalus rufescens ssp. senegalensis, -Senegalgreater swamp-warbler), 1 ind. [berge du fleuve vers Gaya] / Brubru africain (nilaus a. afer), 1 ind. [forêt de Bokhol] / Souïmanga à longue queue (cinnyris p. pulchellus) [gonakeraie vers Fanaye] /

Deux nids d'ombrette africaine (scopus u. umbretta, hamerkop), cote à cote [forêt de Bokhol] + un nid seul [gonakeraie vers Fanaye]


Dans la forêt de Bokhol...

Ci-dessous:
nids d'ombrettes, décorés comme il faut et comme toujours...
Forêt de Bokhol (9h09-11) / © Photos smartphone Frédéric Bacuez

Ci-dessus, de haut en bas et de g. à d.:
drongo brillant - rougequeue à front blanc, mâle - pie-grièche à tête rousse
tisserins à tête noire, internuptiaux - cordonbleu à joues rouges
choucador à ventre roux - tisserins à tête noire et guêpiers d'Orient
forêt de Bokhol 2018 01 5 matin / © Photos par Frédéric Bacuez

A la courbe du fleuve, vers Gaya...

Ci-dessous, de haut en bas et de g. à d.:
faucon lanier immature - élanion blanc - guêpier d'Orient, adulte
pouillot véloce - marouette à bec jaune mangeant du poisson ! - astrild cendré
Bord du fleuve Sénégal vers Gaya 2018 01 5 matin / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

AUTRES:

  • Chat ganté (chat sauvage d'Afrique, felis silvestris ssp. lybica, african wild cat), 1 ind. houspillé par les tisserins et estrildidés s'échappe furtivement [berge du fleuve vers Gaya]
  • Écureuil terrestre du Sénégal (xerus erythropusstriped ground squirrel), 1 ind. [gonakeraie vers Fanaye]
  • Rat roussard du Nil (arvicanthis niloticusafrican grass rat), 1 + 2 ind. (cf. photos en bas de notule) [forêt de Bokhol]
  • (petit) Monarque d'Afrique (danaus chrysippus ssp. chrysippuscommon plain tigerlesser wandererqueen butterfly, 'african queen'), au total 3 ind. [berge du fleuve vers Gaya]
Ci-dessous:
rats roussards du Nil - arvicanthis niloticus
... avec guêpier d'Orient et mâle de moineau doré
Forêt de Bokhol 2018 01 5 matin / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues