" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

lundi 19 février 2018

7, à la station d'épuration de Saint-Louis, on voit aussi des oiseaux - y compris des 'secretives' !

Mâle de rhynchée peinte - rostratula b. benghalensis
Station d'épuration de Saint-Louis,
Bas-delta du Sénégal 2018 01 7, 8h22 / © Photo par Frédéric Bacuez

* Station d'épuration de Saint-Louis (STEP) et Gandiolais-

Dimanche 7 janvier 2018.
MATIN, 7h35-11h15-
En voiture et à pied.
Avec Bram Piot [Senegal Wildlife] et Filip Verroens [Natuurpunt, Belgique] / Part. 7 (et fin).
En lien avec:
4-7, Ornithondar et Senegal Wildlife: 3 jours dans la moyenne vallée - l'essentiel du carnet..., par Frédéric Bacuez in Ornithondar 2018 01 16
Northern Specials (Part II), par Bram Piot in Senegal Wildlife 2018 01 28
Temps: 14-27°, ciel bleu avec des cheveux au vent... Lever de soleil, 7h35, UV, 8 très élevé / Humidité, 64% / Vent du nord, 26 km/h maxi
(6h, 14°) / 7h, 15° / 9h, 17° / 11h, 23° /
Température maximale enregistrée ces 30 dernières années: 34° (1996) / Moyenne maximale: 28°
Température minimale enregistrée ces 30 dernières années: 14° (2007) / Moyenne minimale: 19°
Ci-contre en haut: le lagunage et les jardins maraîchers de la Step' (9h17)
Ci-contre en bas: Bram dans la steppe à halophytes de Ndiebène (10h28)
Gandiolais 2018 01 7 matin / © Photos smartphone Frédéric Bacuez


Cela faisait longtemps que je n'avais pas respiré les effluves de la STEP', la station de lagunage de Saint-Louis, là où les camions-citernes viennent vidanger les déjections humaines de la cité. C'est dommage, car le site vaut mieux que sa réputation olfactive. Et que l'hostilité de quelques décérébrés à la peine et probablement revanchards (mea culpa mea culpa !), qui confondent surtout paires de jumelles et appareils photos - nous ne sommes qu'en 2018. Il faut dire que mes semblables "à la peau couleur de cochon écorché" n'y vont pas parfois avec retenue: ces antiracistes racistes ont le sourire béat quand ils te mitraillent l'indigène courbé sur sa houe, même lorsqu'il laboure son lopin exactement comme un jardinier de chez eux, dans la même tenue vestimentaire que partout dans ce monde uniformisé; il faut croire que c'est donc l'épiderme, ou le pittoresque de l'Homme au travail tropicalisé qui excitent tant le crépitement photographique d'Homo Festivus...

"Là où ça sent la merde, 
ça sent l'être"

Artaud ne croyait pas si bien dire. La Step sent la vie ! Y compris pour l'ornithologue, plein les poumons, plein les yeux. Car la station de lagunage est connue pour être parfois le seul site dans le nord du Sénégal, voire dans tout le pays, à accueillir régulièrement des espèces ailleurs pas rares mais ici accidentelles ou en limite sud de leur répartition hivernale. A défaut de Chot Tboul mauritanien, difficile d'accès, la Step a été pendant quelques années le lieu le plus commode pour observer, par exemple, des grèbes à cou noir (podiceps nigricollis). Pour découvrir l'avifaune du marais, la visibilité y est aussi moins obstruée par les massettes qu'aux alentours de Bango, l'autre spot à oiseaux d'eau de la périphérie ndar ndar. Il y a quelques semaines ici même, Bram Piot a pu voir et photographier une marouette de Baillon (zapornia pusilla), dans d'excellentes conditions (une demi-heure ! Voir sa photo ICI et LA), ce qui est rarement le cas sur les berges du Djeuss ou du N'Galam. Nous vérifions encore aujourd'hui ce que je viens d'écrire: parmi les afrotropicaux dendrocygnes veufs (dendrocygna viduata) et fauves (dendrocygna bicolor), les paléarctiques sarcelles d'été (spatula querquedula) et canards souchets (spatula clypeata), au reposoir, outre les gallinules poules-d'eau (gallinula chloropus), des marouettes à bec jaune (zapornia flavirostra) et quelques talèves d'Afrique (porphyrio madagascariensis), on repère deux (2foulques macroules (fulica atra), cette inséparable décoration de nos plans d'eau européens, une curiosité pour nous autres subsahariens (cf. photo ci-après)...

Des sympathiques rencontres du matin: encore des hirondelles de Guinée (hirundo lucida), ça devient systématique partout où il y a des ouvrages d'art; un (1pipit des arbres (anthus trivialis) à l'envol; une (1) guifette leucoptère (chlidonias leucopterus) revenant sans cesse à son piquet émergé comme le ferait un guêpier nain; encore du chevalier stagnatile (tringa stagnatilis) - quelle saison !- et des petits gravelots nordiques (charadrius dubius ssp. curonicus), bien dégueulassés de merde humaine comme s'ils avaient été mazoutés (cf. photo ci-après). Sur les bordures lagunaires et dans les herbes grasses, la bécassine des marais (gallinago gallinago, cf. photo ci-après) et une (1) rhynchée peinte (rostratula benghalensis), un mâle, autrement moins flamboyant que la femelle (cf. photo en haut de notule), alors que les garçons sont très majoritairement plus beaux que les filles, dans le monde des oiseaux; une arme de séduction inversée peut-être fort utile à l'insatiable dame aux mœurs dissolues pour exciter et consommer tous ses hommes... Cette bécassine afrotropicale n'est ni une "bécasse" ni "une rareté", comme je l'ai lu récemment sous la plume d'un de nos imposteurs qui raconte(nt) n'importe quoi et font florès en ce siècle décadent; juste une de ces nombreuses espèces du marais, "elusive", "secretive", comme on le dit avec précision dans la langue des Anglais.

Rousserolle effarvatte ou rousserolle africaine, ssp. minor, sssp. guiersi
- de ces paludicoles si délicates à identifier

Autour des lagons, dans les herbages et les roseaux, il y a toutes les paludicoles habituelles: des prinias aquatiques (prinia fluviatilis), des cisticoles des joncs (du Nigeria, cisticola juncidis ssp. uropygialis), de la rousserolle des cannes (acrocephalus rufescens ssp. senegalensis); les phragmites des joncs (acrocephalus schoenobaenus), plus des fauvettes (curruca communis et curruca inornata ssp. inornata ou/et iberiae) et des pouillots véloces (phylloscopus collybita). Dans les rayons mordorés du soleil matinal et le fouillis des massettes compactées comme autant de murailles végétales, une (1cisticole roussâtre (de la Côte d'or, cisticola marginatus ssp. amphilectus) prend la pose (cf. photo ci-dessous). Et puis il y a ces rousserolles autrement plus problématiques à identifier tant qu'elles ne chantent pas - et elles ne chanteront pas ! Celles qui se faufilent entre les amas de tiges mortes (cf. photos ci-après), sont-ce des rousserolles effarvattes (acrocephalus scirpaceus) ou des rousserolles africaines (acrocephalus baeticatus ssp. minor) ?* Avec tous les splits récents qui ont divisé, subdivisé, fractionné et compliqué encore un peu plus l'identification de cette famille déjà peu facile à observer, je ne m'aventurerai pas ici à affirmer qu'il s'agit plus de telle espèce que telle autre. C'est affaire de chant,: pas de chance, je ne sais plus qui chantait et qui ne chantait pas; et c'est encore une histoire de projection primaire, plus courte chez l'africaine que chez l'eurasienne - à quelques millimètres près ! D'autant que j'y perds aussi mon latin, après avoir découvert que la rousserolle africaine, déjà extrêmement localisée dans l'Afrique de l'ouest, y serait parfois cinnamomeus (entendons par là les sudistes savanicoles) et, dans le Sahel, minor et même guiersi ! Minor et guiersi, c'est quoi la différence ? Une sous-espèce palustre avec sa sous-sous-espèce lacustre ? Allô, JMD ? A l'aide !

* Lire sur Ornithondar:
Medina Marmiyal, Darou: miasmes, prinias et cisticoles - et d'une rousserolle, 2017 06 8
Rousserolle effarvatte: y voir plus clair dans les sous-espèces, ça ne s'arrange pas, ha ha ha !, 2016 12 19

Ci-dessous:
rousserolle africaine ou rousserolle effarvatte  ?
STEP 2018 01 7, 8h28 / © Photo par Frédéric Bacuez
Ci-dessus:
sous certains angles, de la rousserolle africaine... Sous d'autres, de la rousserolle effarvatte... Pffff...
STEP 2018 01 7, 8h29 / © Photos par Frédéric Bacuez

Ci-dessous:
cisticole roussâtre (de la Côte d'or)
STEP 2018 01 7,  8h28 / © Photo par Frédéric Bacuez

Dans la steppe à halophytes

Ce matin au premier lagon permanent du Gandiolais (cf. photo ci-dessous), il y a un peu plus de deux cent dix (210+) spatules blanches (platalea leucorodia) et quelques dizaines de pélicans blancs (pelecanus onocrotalus) non reproducteurs, sur leur reposoir habituel; et surtout plus de quarante (40+) pélicans gris (pelecanus rufescens), une de nos rares espèces plutôt méridionales dont les effectifs augmentent sensiblement depuis quelques années dans le nord du pays.

Un petit transect à travers la steppe à halophytes vers Ndiebène, là où Bram avait découvert et photographié fin décembre un splendide hibou des marais (asio flammeus), posé sur le sable derrière une touffe de salicornes (voir sa photo ICI). Hélas le strigidé ne nous a pas attendus. D'autant que la présence hivernale de l'espèce au sud du Sahara est généralement très courte; même si les mentions de cet hiver ont été plus nombreuses qu'en d'autres années (au moins six données validées, écrit Bram Piot dans Senegal Wildlife), sur plusieurs sites du pays, pour le meilleur comme pour le pire - Ornithondar y reviendra bientôt, à son tour, nouvelle donnée et photo à l'appui.

Ci-dessous:
reposoir à spatules blanches et pélicans (2 sp.) 
Gandiolais 2018 01 7, 9h59 / © Photo par Frédéric Bacuez


OISEAUX / 82 espèces cochées
MAMMIFÈRES / 2 espèces vues

Vu:
  • Pélican blanc (pelecanus onocrotalusgreat white pelican), NC - groupes stationnés [Leybar][Gandiolais]
  • Pélican gris (pelecanus rufescenspink-backed pelican), 40+ ind. au repos [Gandiolais]
  • Cormoran africain (microcarbo a. africanuslong-tailed cormorant), NC [Step]
  • Grand cormoran à poitrine blanche (phalacrocorax l. luciduswhite-breasted cormorant), vol de 20 ind. [fleuve N-S]
  • Anhinga (roux) d'Afrique (anhinga r. rufaafrican darter), NC [Step]
  • Gardeboeuf d'Afrique (bubulcus i. ibiscattle egret), NC
  • Aigrette à gorge blanche (egretta g. gulariswestern reef-egret), 1 ind. [Khor]
  • Grande aigrette (ardea alba ssp. melanorhynchoswestern great egret), NC
  • Héron cendré (ardea c. cinereagrey heron), 12+ ind. stationnés sur lagon [Gandiolais]
  • Spatule blanche (d'Europeplatalea l. leucorodiaeurasian spoonbill), 210+ ind. stationnés [Gandiolais]
  • Dendrocygne fauve (dendrocygna bicolorfulvous whistling-duck), NC [Step]
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduatawhite-faced whistling duck), NC [Step]
  • Canard souchet (spatula clypeatanorthern shoveler), NC [Step]
  • Sarcelle d'été (spatula querquedulagarganey), NC [Step]
  • Balbuzard pêcheur d'Eurasie (pandion h. haliaetuseurasian osprey), 1 ind. ad. femelle + 2 ind. posés au sol près de lagon [Gandiolais]
  • Milan d'Afrique à bec jaune (Milan parasite, milvus aegyptius ssp. parasitusyellow-billed kite), NC
  • Marouette de Baillon (zapornia pusilla ssp. intermediaBaillon's crake, african spotted crake)
  • Marouette à bec jaune (zapornia flavirostrablack crake), NC [Step]
  • Gallinule poule-d'eau (gallinula c. chloropus, common moorhen), NC [Step]
  • Talève d'Afrique (porphyrio madagascariensisafrican swamphen), NC [Step]
  • Foulque macroule (fulica atra, common coot), 2 ind. [Step]
  • Échasse blanche (himantopus himantopusblack-winged stilt), NC [Step]
  • Petit gravelot du Nord (charadrius dubius ssp. curonicus, northern little ringed plover), 2 ind. [Step]
  • Grand gravelot (charadrius h. hiaticulacommon ringed plover), NC [Step]
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosusspur-winged lapwing), NC [Step]
  • Barge à queue noire (limosa limosablack-tailed godwit Near threatened/NR-Quasi menacésur la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées de disparition), NC [Step]
  • Courlis corlieu (numenius phaeopuswhimbrel), 2 ind. [Leybar]
  • Bécasseau minute (calidris minutalittle stint), NC [Step] [Gandiolais]
  • Bécasseau variable (calidris alpina ssp. schinzii et/ou arcticadunlin), NC [Gandiolais]
  • Combattant varié (calidris pugnaxruff), NC [Step]
  • Chevalier gambette (tringa t. totanuscommon redshank), NC [Step]
  • Chevalier aboyeur (tringa nebulariacommon greenshank), NC [Step]
  • Chevalier stagnatile (tringa stagnatilis, marsh sandpiper), NC [Step]
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), NC [Step]
  • Chevalier guignette (actitis hypoleucoscommon sandpiper), NC [Step]
  • Rhynchée peinte (rostratula b. benghalensiscommon greater painted-snipe), 1 ind. mâle [Step]
  • Bécassine des marais (gallinago g. gallinagocommon snipe), 1 ind. [Step]
  • Goéland brun (larus fuscus ssp. fuscusintermediagraellsiilesser black-backed gull), NC
  • Goéland railleur (chroicocephalus geneislender-billed gull), NC
  • Mouette à tête grise (chroicocephalus cirrocephalus ssp. poicephalusgrey-headed gull), NC
  • Mouette rieuse (chroicocephalus ridibundus, black-headed gull), NC - photographié un sujet [Gandiolais]
  • Sterne hansel (gelochelidon n. niloticagull-billed tern), NC
  • Sterne caugek (thalasseus sandvicensis, sandwich tern), NC [Gandiolais]
  • Guifette moustac (chlidonias h. hybridawhiskered tern), 5 ind. [Step]
  • Guifette leucoptère (chlidonias leucopterus, white-winged tern), 1 à 2 ind. [Step]
  • Tourtelette d'Abyssinie (turtur abyssinicusblack-billed wood-dove), 1 ind. [Step]
  • Tourterelle masquée (tourterelle à masque de fer, oena c. capensisNamaqua dove)
  • Tourterelle maillée (spilopelia/streptopelia s. senegalensislaughing dove), NC
  • Pigeon roussard (de Guinée, columba guineaspeckled pigeon), NC
  • Tourterelle pleureuse du Niger (streptopelia decipiens ssp. shelleyi, -Nigermourning collared-dove), NC
  • Hibou des marais (asio flammeusshort-eared owl) (voir ICI, par Bram Piot) [Gandiolais]
  • Martinet des maisons d'Afrique de l'ouest (apus affinis ssp. aerobateswest african little swift), quelques ind. [Gandiolais]
  • Guêpier nain (merops p. pusilluslittle bee-eater), quelques ind. [Step]
  • Coliou huppé (à nuque bleue, 'oiseau-souris', urocolius m. macrourusblue-naped mousebird), NC
  • Pic goertan (mesopicos goertaegrey woodpecker) [Step]
  • Cochevis huppé du Sénégal (galerida cristata ssp. senegallensis, -Senegalcrested lark), NC
  • Hirondelle de rivage (riparia r. ripariacommon sand martin), NC
  • Hirondelle de Guinée (hirundo l. lucidared-chested swallow) [Step]
  • Bergeronnette grise (motacilla a. albawhite wagtail) [Step]
  • Bergeronnette printanière (motacilla f. flavablue-headed wagtail) [Step]
  • Bergeronnette flavéole (motacilla flava ssp. flavissimayellowish-crowned wagtail), 1 ind. au toilettage [Step]
  • Pipit des arbres (anthus trivialis, tree pipit), 1 ind. à l'envol [Step]
  • Bulbul des jardins (pycnonotus barbatus ssp. inornatusgarden bulbul), NC
  • Traquet motteux (oenanthe o. oenanthenorthern wheatear), 1 ind. [Gandiolais]
  • Phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenussedge warbler), NC - vu et entendu [Step]
  • Rousserolle africaine (acrocephalus baeticatus ssp. minor, african reed-warbler), sans doute 3 ind. [Step]
  • Rousserolle effarvatte (acrocephalus scirpaceus, eurasian reed-warbler), 1 ind. ? [Step]
  • Rousserolle des cannes (acrocephalus rufescens ssp. senegalensis, -Senegalgreater swamp-warbler), 1+ ind. [Step]
  • Pouillot véloce (phylloscopus c. collybita, common chiffchaff), NC
  • Fauvette grisette (curruca c. communiscommon whitethroat), 1 ind. [Step]
  • Fauvette (passerinette) de Tschusi (curruca inornata ssp. inornata ou/et iberiaewestern subalpine warbler), NC
  • Crombec sitelle (sylvietta b. brachyuranorthern crombec), 2 ind. [Gandiolais]
  • Cisticole roussâtre de la Côte d'or (cisticola marginatus ssp. amphilectusGold Coast winding/black-backed cisticola), 2+ ind. [Step]
  • Cisticole des joncs du Nigeria (cisticola juncidis ssp. uropygialisnigerian zitting cisticolafan-tailed cisticola), ~3 ind. [Step]
  • Prinia aquatique (à ventre blanc, prinia fluviatilisriver prinia), 2 à 4 ind. [Step]
  • Souïmanga à longue queue (cinnyris p. pulchellusbeautiful sunbird), NC
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius s. senatorwoodchat shrike), 2 ind. - vu et entendu [Gandiolais]
  • Corbeau pie (corvus albuspied crow), NC
  • Choucador à ventre roux (lamprotornis pulcherchestnut-bellied starling), NC
  • Moineau doré (passer luteusSudan golden sparrow), NC
  • Alecto à bec blanc (bubalornis albirostris, white-billed buffalo-weaver), NC
  • Tisserin à tête noire (ploceus m. melanocephalus, black-headed weaver), NC
  • Travailleur à bec rouge (quelea queleared-billed quelea), NC
  • Amarante (commun) à bec rouge (du Sénégal, lagonosticta s. senegalared-billed firefinch), NC

Ci-dessous, de haut en bas et de g. à d.:
bécassine des marais - foulque macroule avec dendrocygnes veufs au reposoir
canard souchet, mâle - sarcelles d'été - dendrocygnes veufs
tourterelle pleureuse - canard souchet et sarcelles d'été - pie-grièche à tête rousse
chevalier guignette - bécasseau minute - petit gravelot... dégueulasse !
Station d'épuration de Saint-Louis (STEP) 2018 01 7 matin / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

Du lagunage de la STEP' aux lagons saumâtres du Gandiolais

Ci-dessous:
balbuzard pêcheur, martinet des maisons et pélicans blancs
Gandiolais 2018 01 7, 10h14-18 / Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

AUTRES:

  • Patas 'singe rouge' (erythrocebus pataspatas monkey), ~15 ind. dont jeunes et mère avec deux petits, l'un à ses cotés l'autre sous le ventre (cf. photos ci-dessous[Gandiolais] + 1 + ~6 ind. [route vers Ndiawsir]
  • Écureuil terrestre du Sénégal (xerus erythropusstriped ground squirrel), 1 ind. [Gandiolais]
  • Gélasime africain (crabe violoniste, uca tangeri, west african fiddler crab) [Gandiolais]

Ci-dessous:
les patas du Gandiolais, de tous les âges...
2018 01 7 matin / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -


* Bango-aérodrome -

MATIN, 7h20-7h35-
  • Grand cormoran à poitrine blanche (phalacrocorax l. luciduswhite-breasted cormorant), 4 ind. (7h30) + 3 ind., en vol passant
  • Gardeboeuf d'Afrique (bubulcus i. ibiscattle egret), 2 + 3 + 3 ind. en vol [ville vers campagne]
  • Grande aigrette (ardea alba ssp. melanorhynchoswestern great egret), 1 ind. en vol
  • Milan d'Afrique à bec jaune (Milan parasite, milvus aegyptius ssp. parasitusyellow-billed kite), 6 ind. en vol passant (7h25-30) + un cumul de 72 ind. (7h30-35) [ville vers campagne]
  • Martinet des palmes (cypsiurus p. parvusafrican palm swift), 1 ind.
  • Coliou huppé (à nuque bleue, 'oiseau-souris', urocolius m. macrourusblue-naped mousebird), 5 ind. en vol
  • Bulbul des jardins (pycnonotus barbatus ssp. inornatusgarden bulbul), NC
  • Corbeau pie (corvus albuspied crow), 1 ind. [Sinthiane] + 2 ind.
  • Amarante (commun) à bec rouge (du Sénégal, lagonosticta s. senegalared-billed firefinch), ~30 ind. au sol avec un combassou
  • Combassou du Sénégal (vidua c. chalybeatavillage indigobird), 1 ind. mâle nuptial avec les amarantes

Entendu:
Perruche à collier (psittacula k. kramerirose-ringed parakeet) (7h30) / Coucal du Sénégal (centropus s. senegalensisSenegal coucal), 2 ind. / Bulbul des jardins (pycnonotus barbatus ssp. inornatus) /

samedi 17 février 2018

6, un œil sur les dorures du Ndiaël: pipits rousselines et locustelle tachetée, un aigle botté de la forme sombre

Locustelle tachetée - locustella n. naevia
Près du Nyeti Yone 2018 01 6, 17h56 / © 
Photo par Frédéric Bacuez

* N2, Richard-Toll/Ross Bethio. Réserve spéciale d'avifaune du Ndiaël (RSAN)-


Samedi 6 janvier 2018.
En voiture et à pied.
Avec Bram Piot [Senegal Wildlife] et Filip Verroens [Natuurpunt, Belgique] / Part. 6.

En lien avec:
4-7, Ornithondar et Senegal Wildlife: 3 jours dans la moyenne vallée - l'essentiel du carnet..., par Frédéric Bacuez in Ornithondar 2018 01 16
Northern Specials (Part II), par Bram Piot in Senegal Wildlife 2018 01 28

Ci-contre: lumières dorées et ombre portée sur le 'désert' du Ndiaël (RSAN)
2018 01 6, 17h14 / © Photo smartphone Frédéric Bacuez

Nos rapaces-à-nous dans leur Ndiaël...

Je me dis toujours combien ces contrées seraient (encore plus) dévitalisées s'il n'y avait pas dans leurs cieux nos rapaces-à-nous, j'entends ceux d'Europe. Surtout depuis qu'on s'est mis à les protéger, in extremis, comme ce fut laborieux, après leur avoir mené la vie dure, sans pitié. Malgré les ornithologues, quelques lois tardives, et la police environnementale qui ne passe pas sa vie professionnelle vautrée sur une chaise ou dans les ateliers de réflexion. Car ici, où sont passés leurs circaètes bruns (circaetus cinereus) et de Beaudouin (circaetus beaudouini), les aigles martiaux (polemaetus  bellicosus) et ravisseurs (aquila rapax), les bateleurs (theratopius ecaudatus), les gymnogènes (polyboroides typus) et j'en passe ? Les sécheresses de la fin du siècle passé, je veux bien imaginer - quoique... Mais cela ne suffit pas à expliquer leur disparition. Les arbres, ou plutôt l'absence d'arbres protecteurs et sécurisants, voilà le manque, j'en suis persuadé; tous raccourcis menu comme des bonsaïs, perpétuellement émondés, malmenés, déchirés, blessés, arrachés, déchiquetés, décapités, arasés, ça oui, cela saute aux yeux, encore faut-il sortir de la cité... On comprend alors, très vite, à moins d'avoir été coupé du monde vivant dès ses premiers vagissements, que durant ces trente à cinquante dernières années les oiseaux de proie de cette Afrique n'ont jamais pu mener à terme une ponte, une couvée, une nichée... On ne voit jamais une aire, très rarement un nid, ou alors au plus haut d'un pylône à haute tension, c'est tout dire - et oui, c'est tout bête: il faut un endroit, pour pondre et couver, pour avoir des poussins puis une relève générationnelle, chez les oiseaux aussi. Voilà la seule explication raisonnable qui tienne. Comme pour les vautours bientôt, après cette ultime lignée que nous voyons encore évoluer par ici, dont la disparition bientôt sera expéditive, comme un crash de bourse, du jour au lendemain: dans quelques années les nécrophages actuels mourront de leur belle mort, au meilleur des cas, si les décérébrés du cru ne se mettent pas à tout empoisonner pour éliminer les insupportables prédateurs que sont les renards et les genettes. La mort sans descendance. Quelques uns des Hommes plus observateurs et concernés que la masse progressiste s'en étonneront, éventuellement; la plupart ne s'en apercevront même pas. Et s'y feront fort bien. Comme pour le reste. Les yeux rivés sur leur nombril. Et les joies du smartphone. Épidermes confondus, mondialisés.

Aujourd'hui dans le Ndiaël et sa périphérie, ce sera donc un (1aigle botté (hieraaetus pennatus) de la forme sombre (cf. photo ci-dessous au centre), plus fréquente en Afrique occidentale que la forme claire mais beaucoup moins documentée faute d'observateurs suffisamment avertis; cinq (~5) circaètes Jean-Le-Blanc (circaetus gallicus), le grand chasseur méditerranéen de reptiles (cf. photos ci-dessous) qui dans ses quartiers d'hiver nourrirait un faible pour les gros lézards tels que le varan de savane (varanus exanthematicus); sept (~7) busards des roseaux (circus a. aeruginosus), le rapace eurasien le plus commun dans la vallée du fleuve Sénégal en hiver tropicalisé (avec le milan noir), pour le moment favorisé par la nouvelle configuration hydro-agricole de la région; un (1) seul busard cendré (circus pygargus) en revanche, que je trouve nettement moins fréquent qu'il ne l'était il y a dix ans - je ne saurais dire plus et pourquoi; deux (2faucons crécerelles (falco tinnunculus), jamais très commun non plus, ces deux dernières espèces connaissant tout de même un (nouveau) déclin récent de leurs effectifs dans l'Europe phytosanitaire chère à nos représentants politiques de la chimie toute-puissante - on s'en fout des oiseaux, et longue vie aux cancers qui vont pourrir l'existence de la chère progéniture humaine ! Au nord du Ndiaël, ces rassemblements de plusieurs dizaines de milans noirs (milvus m. migrans), dont une jolie pompe d'une soixantaine (~60) de sujets, me paraissent un peu précoces mais pas anormaux.

Ci-dessous:
circaète Jean-Le-Blanc et aigle botté de la forme sombre
Ndiaël 2018 01 6, aprem' / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

Pipits, locustelle et serins à croupion blanc...

Dans les immensités steppiques, on pourrait y rencontrer si l'on est chanceux (ou opiniâtre) quelques courvites isabelles (cursorius c. cursor) et sirlis du désert (alaemon a. alaudipes); ce ne sera pas le cas en cette fin de journée pour une fois clémente avec les visiteurs de la rudoyante réserve du Ndiaël, aussi discrets ici que l'est sa faune relictuelle... Ciel bleu, presque bleu; pas de vent donc pas de sables, ni chassés ni suspendus; la visibilité autorise le regard lointain. Outre les saisonnières alouettes calandrelles (calandrella brachydactyla ssp.), on se satisfera des classiques moinelettes à oreillons blancs (eremopterix leucotis ssp. melanocephalus) à défaut de celles à front blanc (eremopterix nigriceps ssp. albifrons), pourtant plus déserticoles - et plus belles que les cousines du jour. Ici et là une pie-grièche (méridionale) du désert (lanius -meridionaliselegans ssp. elegans), bien en évidence au sommet d'un de ces rarissimes arbustes qui cassent un peu l'horizon sans borne; et l'immanquable traquet motteux (oenanthe o. oenanthe). Petite attention aux pipits rousselines (anthus campestris) qui trottinent sur les veines herbacées et arborées du désert (cf. photos ci-dessous). Un arrêt au milieu de nulle part tandis qu'au loin un improbable taxi-brousse antédiluvien passe en trombe, poursuivi par son nuage de particules: le trio se disloque et chacun part dans une direction différente pour un court transect d'une demi-heure... qui n'offrira guère plus de trouvailles qu'en voiture... Il faut redevenir humble et peu exigeant, dans ce Sahel minimaliste - personnellement, j'aime cette économie-là... Du moment que les Hommes, leur Progrès et sa bruyante furie gardent leur distance...

A l'extrémité sud du Nyeti Yone, on marche à nouveau, cette fois à travers les herbiers, pour atteindre les bourrelets boisés qui enchâssent la rivière. Dans ces belles prairies entre le cours d'eau et Boppu Taré, la petite mare, il y a toujours de nombreux estrildidés et petits granivores qui profitent ici d'une diversité herbacée partout dans le Sahel dramatiquement appauvrie suite à l'implacable destruction de la flore la plus fragile par le bétail domestique. A cet endroit, toutes sortes de strates herbacées. A chacune son ou ses espèces: ce soir, ce sont les serins à croupion blanc (crithagra leucopygia ssp. riggenbachi) qui dominent; il y a une volée qui compte pas moins de quatorze (14) individus. Un peu plus loin, quelques arbustes sur une zone encore humide: voici une (1locustelle tachetée (locustella n. naevia) qui s'extirpe des herbages et se dérobe dans la végétation; le temps tout de même de grimper dans un arbuste pour repérer l'intrus qui a osé la déranger dans son coin reculé (cf. photos ci-dessous et en haut de notule)... Autrement plus que l'autre espèce de locustelle hivernant dans le bas-delta sénégalais (locustella l. luscinioides), et bien que furtive comme toutes les paludicoles, locustella naevia se laisse en général observer quelques instants avant de disparaître, ce qui facilite son identification. Sa curiosité est peut-être plus grande que chez les autres 'fauvettes' et 'rousserolles' du marais; elle est surtout la moins inféodée au milieu humide stricto sensu. Car on peut rencontrer la locustelle tachetée, surtout aux passages migratoires, au voisinage de simples rigoles et même dans les friches arbustives; je l'ai trouvée en France à près de 1400 mètres d'altitude sous le col de la Colombière, en Haute-Savoie, stationnée dans un alpage en cours de colonisation par les aubépiniers.

Ci-dessous:
deux pipits rousselines (16h48-49) et une locustelle tachetée (17h56-57)
De la steppe herbacée sèche aux herbiers humides des rives du Nyeti Yone
Réserve spéciale d'avifaune du Ndiaël (RSAN) 2018 01 6 aprem' / Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

Là où bouchonne (encore) le Nyeti Yone...

Au royaume des envolées lyriques, on dira que le Nyeti Yone est au Sénégal ce que l'Okavango est au Botswana - on ne se moque pas: la rivière s'échappe du lac de Guiers et creuse son sillon sur moins de trente kilomètres pour s'évanouir dans une vaste dépression appelée cuvette du Ndiaël. Très longtemps vidée de son eau pour des exigences fort contestables d'agriculture intensive, la rivière n'alimentait plus ni la grande ni la petite des mares de ladite cuvette rapidement convertie en chott désertique, à l'image de l'Iriki marocain ou de tant d'autres lagunes saisonnières assoiffées par les délires humains. Depuis quelques années, très laborieusement, les tentatives de remettre en eau le Nyeti Yone ont enfin l'air de se concrétiser, même si en bout de course un ultime verrou d'accumulation limoneuse empêche encore l'eau de se déverser abondamment dans le Ndiaël afin de lui rendre ses lustres d'antan - ainsi que sa faune aviaire qui en fit la gloire et lui valut inscription au registre de Ramsar des zones humides d'importance internationale.

On suit la sente des phacochères (phacochoerus africanus) pour trouver l'accès à l'eau du Nyeti Yone; sauf que nous, nous devons nous courber. Nous surprenons trois de ces suidés dans leur sommeil, à la fraîche d'une litière sablonneuse, entre les racines d'un salvadora persica; disons que nous ne les avons pas vus et qu'ils déboulent dans notre dos pour fuir dans la plaine. De toute façon, c'est leur heure: nous en observerons sept (1 + 6) quasiment au crépuscule (18h45-50), au beau milieu de la steppe, en partance pour des pâtures noctambules. Comme pour les phacos, c'est la débandade chez les bihoreaux gris (nycticorax n. nycticorax) qui ont à l'évidence fait de cette belle et dense ripisylve leur reposoir diurne. Une cinquantaine (50+) de ces hérons nocturnes s'envolent en croassant, tandis que des dizaines de tourterelles pleureuses du Niger (streptopelia decipiens ssp. shelleyi) sont à l'abreuvoir ou roucoulent dans les arbres (cf. vidéos ci-dessous). Tiens, deux (2) martins-chasseurs à tête grise (halcyon l. leucocephala) - hors saison, on ne les verrait donc pas que sur la rive bangotine du Djeuss ?...

Ci-dessous:
le dérangement des bihoreaux gris [image] et des phacochères assoupis... qui déboulent [son]...
Bords du Nyeti Yone, RSAN 2018 01 6, 18h06-07 / © Vidéos smartphone Frédéric Bacuez



OISEAUX / 42 espèces cochées, 2 sp. entendues
MAMMIFÈRES / 2 espèces vues

Vu:
  • Anhinga (roux) d'Afrique (anhinga r. rufaafrican darter), 1 ind. nage - l'oiseau-serpent ! (cf. photos ci-dessous) [Nyeti Yone] + 1 ind. en vol [près du Nyeti Yone]
  • Bihoreau gris (nycticorax n. nycticoraxblack-crowned night-heron), 50+ ind. (ad. et imm.) réveillés par notre arrivée au bord de la rivière ! (cf. photos ci-dessous) [Nyeti Yone]
  • Grande aigrette (ardea alba ssp. melanorhynchoswestern great egret), 1 ind. en vol [vers Boppu Taré]
  • Héron cendré (ardea c. cinereagrey heron), 3 ind. [canal de Bombol]
  • Héron pourpré (ardea p. purpureapurple heron), 2 ind. [canal de Bombol] 
  • Ouette d'Egypte (alopochen aegyptiacaegyptian goose), 1 ind. en vol + 2 ind. en vol [près du Nyeti Yone]
  • Milan noir (milvus m. migransblack kite), ~60 ind. pompent et cerclent [vers le carrefour de Rosso] + 10+ ind. + 2 + 2 ind. [au nord du Ndiaël] + 2 ind. avec un circaète JLB [Ndiaël déclassé] + 1 ind. cercle avec un second circaète JLB [Ndiaël]
  • Busard cendré (circus pygargusMontagu's harrier), 1 ind. mâle chassant dans la steppe herbacée [vers Boppu Taré]
  • Busard des roseaux (circus a. aeruginosuswestern marsh-harrier), 1 ind. au niveau des mangueraies + 1 ind. mâle [à l'ouest de Richard-Toll] + 1 ind. mâle  + 1 ind. [au nord du Ndiaël] + 1 ind. mâle [Ndiaël déclassé] + 1 ind. cercle au-dessus de la steppe + 1 ind. [Ndiaël]
  • Circaète Jean-Le-Blanc (circaetus gallicusshort-toed snake-eagle), 1 ind. juvénile tournoie avec des milans [Ndiaël déclassé] + 1 ind. cercle avec un milan noir [Ndiaël] et 2 à 4 ind. au loin sur sites habituels (cf. photos ci-dessus) [steppe et gonakeraies du Ndiaël] + 1 ind. perché sur poteau, au bord de la N2 (19h+) [RSAN]
  • Aigle botté (hieraaetus pennatusbooted eagle), 1 ind. de la forme sombre, haut, s'élève encore... (cf. photo ci-dessus) [steppe du Ndiaël]
  • Faucon crécerelle (falco t. tinnunculuscommon kestrel), 1 ind. [au nord du Ndiaël] + 1 ind. perché à l'orée d'une gonakeraie [steppe du Ndiaël]
  • Marouette à bec jaune (zapornia flavirostrablack crake), 3+ ind. dont deux immatures [canal de Bombol]
  • Gallinule poule-d'eau (gallinula c. chloropus, common moorhen), 12+ ind. [canal de Bombol] + ~8 ind. [Nyeti Yone]
  • Talève d'Afrique (porphyrio madagascariensisafrican swamphen), 3+ ind. (cf. photo ci-dessous) [canal de Bombol]
  • Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanusafrican jacana), 1+ ind. [canal de Bombol] + ~4 ind. [Nyeti Yone]
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosusspur-winged lapwing), plusieurs ind. [au nord du Ndiaël]
  • Échasse blanche (himantopus himantopusblack-winged stilt), 1 à 2 ind. [canal de Bombol]
  • Oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensisSenegal thick-knee), 2 ind. en vol passant (19h11) + 1 ind. en vol [vers Ross-Bethio]
  • Bécasseau minute (calidris minutalittle stint), 2 ind. [canal de Bombol]
  • Chevalier culblanc (tringa ochropus, green sandpiper), 1 ind. [canal de Bombol]
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), 1 ind. dans les herbiers de crue (cf. photo ci-dessous) [du Nyeti Yone]
  • Martin-chasseur à tête grise (halcyon l. leucocephala, grey-headed kingfisher), 2 ind. [Nyeti Yone]
  • Martin-pêcheur pie (ceryle r. rudispied kingfisher), 1 ind. [Nyeti Yone]
  • Guêpier nain (merops p. pusilluslittle bee-eater), 2 ind. + 1 + 1 ind. [près du Nyeti Yone]
  • Cochevis huppé du Sénégal (galerida cristata ssp. senegallensis, -Senegalcrested lark), quelques ind. sur la digue [canal de Bombol]
  • Alouette calandrelle (calandrella brachydactyla ssp., greater short-toed lark ssp.), plusieurs ind. puis petites troupes en toute fin de journée [steppe du Ndiaël] + ~5 ind. ind. vus par Bram [à pied vers une gonakeraie]
  • Moinelette à oreillons blancs du Sénégal (eremopterix leucotis ssp. melanocephalus-Senegal- chestnut-backed sparrow-lark), plusieurs ind. [steppe du Ndiaël]
  • Hirondelle de rivage (riparia r. ripariacommon sand martin), plusieurs ind. croisent au-dessus [du canal de Bombol]
  • Bergeronnette grise (motacilla a. albawhite wagtail), 1 ind. [canal de Bombol]
  • Bergeronnette printanière (motacilla f. flavablue-headed wagtail), plusieurs ind. notamment autour des herbiers riverains [du Nyeti Yone]
  • Pipit rousseline (anthus campestris, tawny pipit), 2 à 3 ind. dans une partie herbacée et légèrement arborée (cf. photos ci-dessus) + 1 ind. [steppes du Ndiaël] + 2 ind. vus par Bram [à pied vers une gonakeraie]
  • Traquet motteux (oenanthe o. oenanthenorthern wheatear), 1 + 1 ind. [steppe du Ndiaël] + 1 ind. vu par Bram [à pied vers une gonakeraie] + 1 ind. [près du Nyeti Yone] + 1 ind. [piste Ndiaël]
  • Fauvette grisette (curruca c. communiscommon whitethroat), 1 ind. [près du Nyeti Yone]
  • Fauvette (passerinette) de Tschusi (curruca inornata ssp. inornata ou/et iberiaewestern subalpine warbler), 1+ ind. [près du Nyeti Yone]
  • Locustelle tachetée (locustella n. naevia, common grasshopper-warbler), 1 ind. dans les herbiers de crue [du Nyeti Yone] (cf. photos ci-dessus et en haut de notule)
  • Prinia modeste (prinia s. subflavatawny-flanked prinia), 1 ind. [près du Nyeti Yone]
  • Pie-grièche (méridionaledu désert (lanius -meridionaliselegans ssp. elegansSaharan shrike), 1 ind. [steppe du Ndiaël] + 2 ind. vus par Bram [à pied vers une gonakeraie] + 1 ind. [près du Nyeti Yone] + 1 ind. criant (19h) [steppe du Ndiaël]
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius s. senatorwoodchat shrike), 1 ind. [à pied vers une gonakeraie] + 1 ind. [près du Nyeti Yone]
  • Gonolek de Barbarie (laniarius b.barbaruscommon gonolekyellow-crowned gonolek), 2 ind. [bords du Nyeti Yone]
  • Travailleur à bec rouge (quelea queleared-billed quelea), NC
  • Serin à croupion blanc du Sénégal (crithagra leucopygia ssp. riggenbachi), volée de 14 ind. sur terrain herbacé avec quelques arbustes, en compagnie de queleas [près du Nyeti Yone]

Entendu:
Héron cendré (ardea c. cinerea), 1 ind. [Nyeti Yone] / Calao occidental (tockus kempiwestern red-billed hornbill) [bords du Nyeti Yone] / Tourterelle pleureuse du Niger (streptopelia decipiens ssp. shelleyi, -Nigermourning collared-dove) [bords du Nyeti Yone] /


Ci-dessous, de haut en bas et de g. à d.:
chevalier sylvain - anhinga roux d'Afrique - bihoreaux gris, ad. et imm. - talève d'Afrique
Du Nyeti Yone au canal de Bombol, RSAN 2018 01 6 / © Photos par Frédéric Bacuez

AUTRES:
  • Phacochère commun (phacochoerus africanuscommon warthog), 3 ind. réveillés sous les arbres déboulent dans notre dos et s'enfuient vers la plaine [Nyeti Yone] + 1 ind. (18h45) + 6 ind., traversant la vaste steppe - ad. avec cinq jeunes (18h50) [Ndiaël]
  • Chiroptère sp. indéterminée, 1 ind. en vol passant (~19h15) [vers Ross-Bethio]

Nombre total de pages vues