" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

lundi 21 janvier 2013

21, événement: 2e mention d'un jacana nain au Sénégal !

2013 01 21, un jacana nain sur les herbes aquatiques du Ngalam/N'Guisset, à plus de 1900 kilomètres de son plus proche habitat connu !
/ Photo par Frédéric Bacuez

* Aire communautaire patrimoniale des Trois-Marigots.
Ngalam, au seuil du marigot de N'Guisset (marigot n°2) -

MATIN, ~9h-

Abstract: second report of the afrotropical micoparra capensis in Senegal, by Ornithondar ! The nearest place where it should be possible to see the little aquatic bird is the inner delta of the Niger river, in Mali: it is more than 1 900 kilometres from the Ngalam river where we watched this lesser jacana, this morning !

A plus de 1 900 kilomètres de ses premiers sites de distribution (delta intérieur du fleuve Niger, au Mali), l'observation par Ornithondar d'un jacana nain sur le Ngalam au seuil du marigot de N'guisset pourrait être, seulement, la seconde mention de l'afrotropical microparra capensis au Sénégal, la première datant de juillet 2009 dans le sud-est du pays (zone de Kédougou). Dans la région, seules de rares notations du sud mauritanien et de Sierra Leone ont été signalées. Néanmoins, la découverte en mai 2004 par Yvan Perre de plusieurs jacanas nains sur le lac Darkoy du Sahel burkinabè (Voir ICI), prouve s'il le fallait, que d'autres surprises nous sont promises par ce jacanidé peu étudié...

Ci-dessous: un microparra capensis sur le Ngalam sénégalais à plus de 1900 kilomètres de son premier site connu !
16° 2'31.96"N -16°20'7.01"O / Ornithondar et Google Earth




Ci-dessus: 2013 01 21 matin, un petit coin ouvert sur le Ngalam/N'guisset... 
Ici même se promènent le jacana nain et la marouette poussin, tandis que gloussent les râles à bec jaune et chante mélancoliquement le tchagra à tête noire... 
/ Vidéo par Frédéric Bacuez

Je connais bien le jacana nain (ex petit jacana, microparra capensis, lesser jacana) pour l'avoir côtoyé sur ce qui est probablement l'un des rares sites d'Afrique occidentale où il abonde - on ne sait pas trop pourquoi : la mare aux hippos, dans la réserve de biosphère de Bala, au nord-ouest de Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso. Lorsque vous glissez sur le vaste marigot de débordement du fleuve Mouhoun (ex Volta noire), dans la lourde embarcation métallique et écarlate... des pompiers de Nérac (Lot-et-Garonne, France), il est partout alentour, sur le tapis violacé des plantes aquatiques, marchant tranquillement et picorant ici et là les insectes dont il se repaît, absolument pas farouche.
Ce matin dans l'extrême nord-ouest du Sénégal, je l'ai immédiatement reconnu, sur ce plan d'eau dégagé des Trois-Marigots (cf. vidéo ci-dessus et photos ci-dessous), généralement envahis par les roselières et le vorace typha australis ! Au seuil du marigot (n°2) de N'Guisset, sur la rivière Ngalam au milieu des dizaines de gallinules poules-d'eau (gallinula chloropus), de quelques anserelles naines (nettapus auritus) et de ses grands cousins les jacanas à poitrine dorée (actophilornis africanus), le jacana nain solitaire ne se mettait pas à la moindre alerte à l'abri des roseaux qui bordent les rives, au contraire des autres locataires du site. Jamais agressé, traversant sereinement l'ensemble du bassin recouvert du même tapis mauve qu'au Burkina Faso, le jacana nain était indifférent aux cris, aux agitations des râles à bec jaune et des gallinules qui se disputent l'éden, passant à coté d'un chevalier sylvain (tringa glareola) également au milieu des végétaux aquatiques, pas très loin d'une craintive marouette poussin (porzana parva) se faufilant entre les tiges des typhas (Voir ICI sur Ornithondar). Régulièrement, le jacana nain extirpait ses pattes des herbes qui enlacent: dans l'oeilleton de ma longue-vue, je voyais parfaitement, à cet instant, la taille démesurée des doigts par rapport au tout petit corps de l'oiseau aquatique - 16 centimètres pour 40 grammes !


Ci-dessus: un jacana nain sur les eaux du Ngalam sénégalais, à plus de 1900 kilomètres de distance de son plus proche site connu de présence 
/ Photos par Frédéric Bacuez 

Nota: au sud du Sahara, du delta intérieur du fleuve Niger (Mali) à l'Ethiopie la répartition du jacana nain est très fragmentée, même si l'oiseau n'est globalement pas (encore) menacé  - de 25 à 100 000 individus-, grâce à l'abondance de ses effectifs du Kenya à l'Afrique australe. A l'ouest, on trouve le jacana nain sur les confins du lac Tchad et du Logone (Tchad, nord Cameroun, Nigeria, Niger); au croisement du Niger, du Bénin et du Burkina Faso (W, Arly, sud du fleuve Niger); à l'ouest du Burkina Faso (dans la boucle du fleuve Mouhoun et dans la région de Banfora); du nord au sud de la Côte d'Ivoire (le long des Bandamas); et enfin au Mali central (delta intérieur du fleuve Niger). L'espèce n'est jamais commune dans cette partie du continent, sauf sur quelques sites localisés comme la mare aux hippos de Bala (Burkina Faso) - plusieurs centaines d'individus !

Ci-contre: carte de distribution de microparra capensis / UICN

3 commentaires:

  1. Toi, tu vois !... L'oeil du chasseur...
    Lolo (from Colombo)

    RépondreSupprimer
  2. Pas certain que nos vaillantes gâchettes ne s'attardent sur de tels détails...
    Amitiés. Frédéric.

    RépondreSupprimer
  3. Cher Frédéric,

    Superbe trouvaille !! Il faut visiter les Trois-Marigots ensemble (...)

    A bientôt.
    Paul (BirdLife International/Dakar)

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues