" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

lundi 14 janvier 2013

12-14, les poissons-chats piégés, l'irruption des laridés

2013 01 13 soir, les mouettes à tête grise sur la prise d'eau du Lampsar  'doux' / Photo par Frédéric Bacuez

* Bango. Digue-barrage de Biffeche et Lampsar d'eau douce -

Nota: chaque année entre décembre et janvier, des centaines de laridés arrivent du littoral pour profiter des milliers de poissons qui tentent de fuir la salinisation saisonnière des eaux du bas-delta. Piégées, des grappes de poissons-chats, entre autres victimes, se trouvent bloquées par les vannes refermées du barrage de Diama et de la digue bangotine de Biffeche (cf. photo ci-après et 'Commentaires' en bas de notule), empêchant la "langue salée" de continuer sa remontée vers l'amont du fleuve et de ses affluents comme le Lampsar. Du coup, au débouché du bolong de Khaye, que certains poissons et alevins tentent de remonter en vain, les ardéidés et quelques limicoles (Voir ICI) - ainsi que des civettes ! (Voir ICI)- profitent de l'aubaine. Dans la baie saumâtre devant la mangrove de Thiolet, les sternes caspiennes et caugeks mais aussi les cormorans africains et à poitrine blanche plongent pour gober les poissons asphyxiés tandis que les mouettes et les goélands tentent de ramasser  les mourants. Beaucoup de ces laridés continuent aussi leur vol vers l'amont du marigot, prennent leur bain sur la partie douce du Lampsar, ou se reposent sur les échaffaudages métalliques de la prise d'eau de la SDE (cf. photo en haut).













Ci-contre: 2013 01 12, digue de Biffeche:
fuyant la salinisation des eaux, 
les poissons-chats piégés devant les vannes refermées du 'barrage' bangotin  
/ Photo par Frédéric Bacuez



SOIR, 17h15-18h15-

- Plan d'eau:
  • Cormoran africain (phalacracorax africanus, long-tailed cormorant) / 
  • Anhinga (roux) d'Afrique (anhinga rufa, african darter), 2 en vol, mâle et femelle (ardeola ralloides, squacco heron), 15+ / 
  • Aigrette (dimorphe) des récifs (egretta gularis, western reef egret), 1 immature / 
  • Héron garde-boeufs (bubulcus ibis, cattle egret) / 
  • Balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey), 1 ind. avec un poisson dans les serres {01 13} et 2 juvéniles viennent boire en vol, en rasant la surface des eaux  {01 14} /
  • Mouette à tête grise (larus cirrocephalus ssp. poiiocephalus, grey-headed gull), dont ~60 ind. stationnant sur les installations de prise d'eau de la SDE {01 13} / 
  • Mouette rieuse (larus ridibundus, black-headed gull), au moins 1 ind. en vol passant / 
  • Goéland brun (larus fuscus, lesser black-backed gull), dont adultes encore en plumage (post)nuptial, et juvéniles de 1er et 2e hiver / 
  • Goéland railleur (larus genei, slender-billed gull), par petits groupes / 
  • Sterne caspienne (sterna caspia, caspian tern) / 
  • Sterne caugek (sterna sandvicensis, sandwich tern) /  
  • Guifette noire (chlidonias niger, black tern) / 
Ainsi que, à proximité du plan d'eau:
Pigeon roussard (de Guinée, columba guinea, speckled pigeon), 4 en vol / Bulbul commun (des jardins, pycnonotus barbarus, common bulbul), 2 en vol, traversant le Lampsar d'une berge à l'autre [S>N] / Tourterelle maillée (streptopelia senegalensis, laughing dove) / Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens, african mourning dove) /

- Dans les herbiers:
  • Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanus, africana jacana), 3 / 
  • Phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenus, sedge warbler), 1 / 
  • Cisticole roussâtre (cisticola galactotes, winding cisticola), 1 adulte non reproducteur / 
  • Pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff), 1 /
AUTRES:
  • Varans du Nil (varanus niloticus, Nile monitor), 3 adultes + 2 juvéniles dans la maison, dormant quasiment 24/24h !

2 commentaires:

  1. Dimanche 13 sur la petite piste Bango-route de Diama nous avons constaté à marée basse une remontée très importante (plusieurs milliers) de petits et plus gros poissons dans le "ruisseau" longeant la piste avec de nombreuses mortalités et des comportements aberrants: poissons sautant sur les berges par exemple. Des enfants capturaient à la main de gros poissons chats et nous disaient que ces poissons fuyaient l'eau salée et allaient mourir ??? L'explication nous paraît peu plausible; avez vous aussi constaté ce phénomène ? avez vous une explication ? Insecticide ?? pollution chimique ?
    Très cordialement
    Daniel Mignot

    RépondreSupprimer
  2. Et pourtant ! Les enfants ne vous ont pas menti et c'est là toutes les conséquences des impérities de nos experts bureaucratiques quand ils ont bâti leurs ouvrages sur les cours d'eau (digue bangotine de Biffeche, pont du Ngalam, barrage de Diama etc...). Chaque année, quand les eaux salines remontent le peu du fleuve non régenté par les Hommes, les poissons qui tentent de regagner les eaux plus douces sont piégés par les vannes refermées: ils font alors le bonheur des pêcheurs, des enfants et... des oiseaux (laridés et ardéidés) pour une curée plus ou moins miraculeuse... C'est le cas cette année ! Vous pouvez voir au pied de la digue de Biffeche, actuellement, des centaines de poissons-chats regroupés, qu'il est aisé de sortir hors de l'eau avec un hameçon même pas appâté !
    Quant aux hécatombes récurrentes de poissons que l'on peut observer sur les rives du fleuve et de ses affluents, en leurs parties saumâtres, elles ont généralement lieu au 'printemps', c'est à dire au coeur de notre saison sèche quand les eaux sont les plus salées - un grand hommage au Maître de la brèche qui n'a pas arrangé le phénomène ! Le complexe et fragile équilibre entre eaux douces et eaux saumâtres de jadis est déréglé, sujet à des variations soudaines et violentes - avec les grandes marées d'équinoxe, notamment: la faune aquatique a bien du mal à s'adapter à ces amplitudes exagérées. Et les poissons en sont les victimes 'collatérales' les plus spectaculaires !
    Cordialement.
    Frédéric Bacuez pour Ornithondar

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues