" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

dimanche 3 mai 2015

3, roux sur roux: la parade nuptiale des agrobates rubigineux !

2015 05 3 17h10, un agrobate roux de la race afrotropicale minor parade autour d'un acacia seyal du Gandiolais / © Photo par Frédéric Bacuez 

* Gandiolais inter-dunaire -

APREM'-
Avec Alix & Daniel Mignot.

C'est la fin de la saison sèche-sèche: l'hygrométrie augmente, générée par la lente et lointaine remontée du Front Inter Tropical annonciateur de futures pluies de mousson, encore très hypothétiques pour le moment. Du coup, trois célèbres rouquins de la brousse sahélienne commencent à sortir de leur discrétion - d'autant que les passereaux de l'hiver paléarctique regagnent leurs contrées d'origine... La place est libre, les afrotropicaux résidents vont offrir à la brousse tout le registre vocal dont ils sont capables ! Les tchagras (tchagra s. senegalus) font des gammes, la mélopée séductrice n'a pas encore le timbre qui donnera presque la chair de poule tant elle sera mélancolique... Les brubrus (nilaus a. afer), invisibles une grande partie de l'année, émergent de leurs frondaisons épineuses, on les devine traverser l'espace comme des fusées pour rallier le meilleur perchoir à partir duquel ils vont lancer leur vibrato si caractéristique de la saison nuptiale. A cette heure, ce sont les agrobates roux (cercotrichas galactotes) qui ouvrent la parade: leurs cousins méditerranéens venant de s'envoler vers l'Afrique du nord et la péninsule ibérique, les autochtones peuvent désormais passer aux choses sérieuses... La race locale minor a beau en effet être plus petite, plus ramassée que la méditerranéenne galactotes, elle a en revanche une queue plus longue - l'arme fatale pour séduire (sic)- que celle des nordiques. Car l'agrobate roux (ou rubigineux) sait utiliser ses plus beaux atours pour évincer tout rival, et séduire sa dulcinée: d'abord il s'accroche à tout ce qui émerge des buissons d'euphorbes et des parterres à figuiers de Barbarie; puis il lance son chant à la cantonade avant de descendre au sol faire sa ronde: fier comme Artaban, il se raidit sur ses pattes, sautille ou tourne autour d'un tronc d'arbre la pointe des ailes baissées vers le sol, la queue dressée; l'excité court vers le rival pour l'effaroucher, si c'est un autre mâle, ou vers la femelle si celle-ci daigne rapidement s'éprendre d'un tel ramage... Si monsieur se met à poursuivre, la queue étagée sera largement ouverte comme un éventail - effet garanti !

Lire: Agrobate roux, sur Oiseaux.net
Voir aussi sur OrnithondarDans le système inter-dunaire du Gandiolais, 2015 05 3



Ci-dessus: 2015 05 3 dans les figuiers de Barbarie du Gandiolais intérieur...
A g., agrobate roux, chanteur / Courtesy © photo par Daniel Mignot - Au centre et à d., poursuites nuptiales / © Photos par Frédéric Bacuez








Ci-dessous: 2015 05 3 12h30, agrobate roux chanteur dans le Gandiolais / © Photo par Frédéric Bacuez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues