" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

dimanche 24 février 2013

24, cinq gyps africains refoulés par les milans parasites

2013 02 24 13h, des vautours (gyps) africains juvéniles dans le ciel du Lampsar bangotin / Photo par Frédéric Bacuez

* Bango -

MIDI-
Autour de 13h, 5 vautours (gyps) africains (gyps africanus, african white-backed vulture) cerclent en altitude à la verticale de la mosquée de Bango. Dans les thermiques d'un zénith à nouveau très chaud, les grands voiliers sont vite rejoints par un pélican blanc (pelecanus onocrotalus, great white pelican) solitaire, mais aussi et surtout par une meute de milans parasites (à bec jaune, milvus parasitus, yellow-billed kite) qui n'apprécient guère ces intrusions allogènes dans leur ciel du Lampsar bangotin ! Il est vrai qu'en dehors de ces visites caniculaires, ou quand en saison des pluies les charognards remontent vers la Mauritanie pour y rechercher pitance, les vautours ne stationnent pas dans le bas-delta du fleuve Sénégal. Dès qu'un rapace venu du sud ou de l'est fait une incursion dans les parages du village, c'est à chaque fois la même volée de bois vert: qu'il s'agisse d'un gymnogène ou de vautours, ou comme il y a quelques jours de palmistes africains (Voir ICI sur Ornithondar), les milans - accompagnés, encore plus haut dans le ciel bleu, par l'autre locataire des lieux, le pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle)...- font tout pour mettre en déroute la ronde aérienne des vautours du Ndiambour ou du Ferlo. Peu à peu, les charognards, qui sont tous des juvéniles sans collerette blanche, repartent vers l'intérieur des terres en effectuant de larges cercles, avant de fondre en ligne droite, à grande vitesse sans aucun battement d'ailes, sur l'orient sahélien d'où ils étaient venus.

Les vautours sur la Liste rouge

Nota: longtemps indissociables du paysage tropical, toutes les espèces de vautours sont désormais en danger d'extinction, notamment en Asie et en Afrique. Sur la célèbre liste rouge des espèces d'oiseaux en danger ou en voie de disparition - 28 pouvant fréquenter le Sénégal-, 8 des 10 espèces de vautours et apparentés qu'il est aussi possible d'observer dans le ciel sénégalais y sont inscrites: si le palmiste africain (gypohierax angolensis, afrotropical) et le vautour fauve (gyps fulvus, hivernant du paléarctique) ne sont pas ici menacés, l'erratique européen vautour moine (aegypius monachus) et les africains bateleur des savanes (terathopius ecaudatus), vautour africain (gyps africanus) et vautour de Ruppell (gyps rueppellii) sont 'Bientôt menacés / Near Threatened';  les vautour oricou (torgos tracheliotus) et vautour à tête blanche (trigonoceps occipitalis) sont 'Vulnérables / Vulnerable' c'est à dire affectés par un  haut risque de disparition à moyen terme; quant aux vautour percnoptère (neophron percnopterus) et charognard africain (necrosyrtes monachus) - longtemps lié au décor des marchés et villes d'Afrique !-, ils sont désormais 'En Danger/ Endangered', c'est à dire frappés par un très haut risque de disparition dans un futur proche - chose impensable il y a encore quinze ans !

1 commentaire:

  1. Dear Frédéric Bacuez

    Could you please get in touch with me concerning the straw-coloured fruit bats in St. Louis?

    Many thanks in advance,

    Jakob Fahr

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues