" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

lundi 11 février 2013

11, deux vautours palmistes font une incursion au-dessus du Lampsar

2013 02 11 11h, deux vautours palmistes africains subadultes font une incursion au-dessus du Lampsar:
première mention sur le delta du fleuve Sénégal ! / Photo par Frédéric Bacuez

* Lampsar d'eau douce et plaine de Biffeche -

MATIN, 11h-
Ce matin, c'est un véritable festival dans le ciel de la plaine de Biffeche, au-dessus des chaumes rizicoles proches du Lampsar d'eau douce ! Pélicans blancs, cigognes noires, balbuzards pêcheurs, circaète Jean-Le-Blanc, faucons pèlerin et chicquera, tout ce beau monde cercle parfois ensemble - ou presque, on reste prudent !... 

Première mention deltaïque du palmiste africain

A 11h, venant du sud par les ascendants, deux palmistes africains (gypohierax angolensis, palm-nut vulture) apparaissent dans le ciel deltaïque du Lampsar, en altitude: je ne sais trop si ces vautours sont "au sérieux" ou pas, mais les deux rapaces font des cercles acrobatiques, pattes pendantes, ailes relevées, tête gigotante en tout sens, souvent fièrement redressée comme à la parade, la poitrine bombée. Ce sont deux sujets subadultes, sans doute en mue: l'un est en dessous tout blanc, l'autre est en train de perdre son plumage d'immature sur le dessus, on devine déjà le dessin typique du palmiste, bientôt franchement noir et blanc. Au bout de dix minutes de pirouettes et de jeux aériens, les deux vautours repartent comme ils sont venus, vers le sud par-dessus les arbres des pygargues de Gatien Dardenne, par de larges cercles dans le ciel bleu piqueté des poussières de l'harmattan. Pour moi, c'est aussi la première mention du vautour palmiste dans le delta du fleuve Sénégal, jusqu'alors jamais documenté au nord des Niayes de la côte nord sénégalaise.

2013 02 11 11h, première mention deltaïque de deux palmistes africains
/ Photo par Frédéric Bacuez

Nota: le palmiste africain*, largement distribué du Sénégal à l'Angola, est un vautour à part. Des sept à huit espèces de 'charognards' fréquentant le Sénégal, il est le seul à être... végétarien - en très grande partie ! Son mets préféré ? La noix du palmier à huile (elaeis guineensis), qu'il arrache de l'arbre avec son gros bec robuste et qu'il emporte au loin dans les serres pour l'ouvrir et en déguster la chair grasse, comme d'autres le feraient... avec du Nutella... Sa présence est donc intimement liée à celle du palmier à huile, mais aussi à l'eau car notre vautour frugivore ne dédaigne pas, pour atténuer sa gourmandise, la consommation de menu fretin, petits poissons, grenouilles et crabes; et si la noix du palmier se fait rare, le palmiste n'hésitera pas à redevenir, s'il le faut, un authentique équarrisseur de cadavres flottant au cours de l'eau ! Et ça, ça ne manque pas, sur les fleuves du Sénégal...

* Voir: http://www.oiseaux.net/oiseaux/palmiste.africain.html

Ci-dessous: 2013 02 11 matin, les acrobaties aériennes de deux palmistes africains subadultes dans le ciel lampsarien 
/ Photos par Frédéric Bacuez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues