" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" (...) la biodiversité, très sincèrement, tout le monde s'en fiche, à part quelques-uns ! "
- Nicolas Hulot, 2018 03 21

lundi 18 décembre 2017

18, 'touche pas à mon perchoir !': pie-grièche du désert VS pie-grièche à tête rousse

Ci-dessus:
lutte territoriale entre une pie-grièche du désert - lanius elegans ssp. elegans (11h13, en haut; et 11h42, à d.) & une pie-grièche à tête rousse - lanius senator ssp. senator (11h13, à g.)
Plaine de crue du fleuve Sénégal 2017 12 18 matin / © Photos par Frédéric Bacuez

* Plaine de crue du/et fleuve Sénégal face à l'Île aux Bois-

18 décembre 2017, 6h20-13h20-
A pied.
Temps: 18-31° - (5h, 18°) / 9h, 19° / 13h, 29° / (15h, 31°)
Lever de soleil, 7h27; plutôt ensoleillé, ciel bleu avec 'chevelures' maritimes; UV, 7 élevé; vent 22 km/h du NE (surtout entre 9h45 et 11h~)
36% d'humidité / Record pluviométrique des 30 dernières années: 3 mm (2013)
Température maximale ces 30 dernières années: 38° (2005) / Température moyenne maximale: 30°
Température minimale ces 30 dernières années: 16° (2012) / Température moyenne minimale: 21°

Ci-contre: lumières d'hiver au bord du fleuve Sénégal, 2017 12 18, 7h54 / © Photo par Frédéric Bacuez

Au bord du fleuve, face à l'Île aux Bois...

Au bord du Sénégal impavide, dans les lumières océaniques du petit matin. Je m'installe face à l'Île aux Bois, au milieu de laquelle passe officiellement la frontière entre les deux pays frères qui exploitent le fleuve, Mauritanie et Sénégal. Derrière les boisements de palétuviers, le Petit Bras, toujours riche d'oiseaux stationnés, notamment les spatules blanches (platalea leucorodia); de l'autre, devant moi, le grand cours d'eau qui déroule son débit vers Saint-Louis et son embouchure comme un dégorgeoir de toutes les avanies que l'Homme inflige à Coumba Bang, la vieille déesse des flots impies. 
A marée basse, les vasières sont parcourues par quelques espèces de limicoles dont les représentants les plus visibles, et les plus bruyants, sont les farouches et territoriaux courlis corlieux (numenius phaeopus). Chevaliers gambettes (tringa t. totanus) et chevaliers aboyeurs (tringa nebularia) sont en rivalité pour les meilleurs emplacements. Des chevaliers guignettes (actitis hypoleucos) et des grands gravelots (charadrius hiaticula ssp.) complètent la petite collection hivernale, jamais d'une exceptionnelle densité mais régulièrement disséminée sur les rives deltaïques entre Saint-Louis et le barrage de Diama - 25 à 30 kilomètres de bras du fleuve, ses vasières et lagons. Avec quelques spots aux débouchés des bolongs, surtout coté mauritanien. Pas un bécasseau minute (calidris minuta), mais un esseulé gravelot à collier interrompu (charadrius alexandrinus). A la vérité, l'oiseau le plus abondant est toujours un ardéidé, aux alentours de l'Île aux Bois: il s'agit du héron cendré (ardea cinerea), qui profite des pêcheries et de ce qu'elles leur abandonnent, volontairement ou pas. On est en droit de croire qu'il y a là une écrasante proportion de sujets hivernants du Paléarctique, d'autant que la troupe est majoritairement constituée de juvéniles/immatures. Les colonies reproductives d'ardea cinerea dans la basse vallée du Sénégal sont rarissimes et fort peu numériques. Ce matin, tandis que les pêcheurs Thioubalo du campement saisonnier voisin font le tri de leurs prises sur la berge même de l'île, il y a un alignement d'au moins quatre vingt-dix (90) de ces "longs pieds (...) au long bec emmanché d'un long cou", qui attendent de se disputer la friture et les poissons que les Hommes négligent... Et ici les pêcheurs négligent beaucoup de poissons, quand ceux-là ne font pas l'affaire de l'incontournable et exclusif tiep national ! Jetons, donc... L'échassier est patient, le bataillon attend donc avec stoïcisme - le héron cendré n'est pas regardant; et, malgré ses airs, il demeure moins snob que les bonnes femmes qui tchipent pour un oui pour un non, dès qu'il s'agit de leur riz au poisson.
Du coté des laridés, semblable parcimonie. Et pourtant, du mulet cabot (à longue tête, mugil cephalus), il y en a, sur cette partie du fleuve; bondissant hors de l'eau à intervalles réguliers, par-dessus les vaguelettes, contre le débit. Dans le même sens, sternes, mouettes et goélands volent au-dessus des flots à un rythme ininterrompu mais en petit nombre. Aucun ne s'aventurerait à tenter de saisir ces proies, trop grosses, d'autant que cela ne manquerait pas d'exciter la convoitise paresseuse d'un milan parasite (milan d'Afrique à bec jaune, milvus parasitus), par ici en pleine explosion démographique, au seuil de la grand'ville comme une lèpre conquérante, au diapason de ses hôtes d'Hommes et à leur civilisation du rebut... Ou l'ire d'un balbuzard pêcheur (pandion haliaetus), dont deux à trois sujets - un adulte locataire depuis des années, et un à deux jeunes oiseaux, dont un bagué dont on laissera l'identification à notre expert multi-casquettes qui "travaille avec les Anglais", ceux qu'il a parasités en pompant l'Ornithondar, l'indécrottable tapin n'étant pas à une goujaterie près. Voire brusquer la tentation du couple de pygargues vocifères (haliaeetus vocifer) du secteur: pour le coup, les aigles pêcheurs, ils auraient le beurre et l'argent du beurre - les plumes et les écailles, les os et les arêtes... Défilent donc essentiellement vers l'amont, par ordre numérique décroissant: les sternes caspiennes (hydroprogne caspia), surtout des immatures, et les sternes caugeks (thalasseus sandvicensis), toutes en solo sauf quand elles se poursuivent pour essayer de se subtiliser le menu ou moins menu fretin - sales bêtes !-; des goélands railleurs (chroicocephalus genei), toujours aussi gracieux, le plus souvent par paires, trio ou quintet; et plus de mouettes rieuses (chroicocephalus ridibundus) que de mouettes à tête grise (chroicocephalus cirrocephalus poicephalus), cela est suffisamment exceptionnel pour ne pas être signalé ici. Et deux à trois sternes royales d'Afrique (thalasseus albididorsalis), c'est pas la saison... Car au printemps en revanche, ces dernières, promues depuis peu au rang d'espèce à part entière, peuvent être ici majoritaires - car si elles nichent aussi sur un îlot du parc national de la Langue de Barbarie (PNLB) sénégalaise, l'essentiel des effectifs régionaux se reproduit sur le Banc d'Arguin (PNBA) mauritanien. Étonnant: pas un seul goéland brun (larus fuscus ssp.), et juste le passage d'un goéland d'Audouin (ichthyaetus audouinii), un sujet subadulte. Un petit nombre de cette dernière espèce, longtemps menacée et aujourd'hui en plein regain à l'instar du balbuzard élit chaque année sa villégiature hivernale à quelques coups d'ailes d'ici, sur la pointe Thiolet.

Ci-dessous:
en haut, sterne caspienne - amorce d'un énième plongeon
en bas, goéland railleur - autre technique, se jeter contre la surface de l'eau, ou picorer ou se poser sur l'eau et... attendre...
Devant l'Île aux Bois 2017 12 18, 8h58-8h59 / © Photos par Frédéric Bacuez 


Des chamailleries entre une pie-grièche du désert et une pie-grièche à tête rousse 
la fauvette grisette s'en trouve fort marri... 

Spéciale dédicace à Nicolas Moron.
En arrière de ma position au bord de fleuve, un petit carré de la plaine de crue se trouve coincé entre deux rus envahis de typhas. Un parterre rabougri de tamaris (tamarix senegalensis), un tapis mauve d'herbes grasses, des touffes vigoureuses de salicornes; les tamaris sont parfois si décharnés, rongés par le sel et les vents atlantiques, qu'ils laissent des dizaines de branches et branchettes déshabillées, à nu. Un avantage pour les rolliers d'Abyssinie, les guêpiers nains, parfois les traquets motteux; et surtout les pies-grièches ! De ces perchoirs naturels, tous ces chasseurs tantôt s'élèvent dans l'air pour gober les insectes ailés qui ont le malheur de passer à portée d'ailes, et de bec; tantôt descendent au sol pour harponner les coléoptères, vite repérés cette année tant le tapis herbacé est déjà poussière... Ce matin dans cette steppe, se côtoient deux des trois laniidés paléarctiques (de type lanius sp.) pouvant être rencontrés dans la basse vallée du fleuve Sénégal (lanius senator ssp., lanius elegans, lanius phoenicuroides*1): une pie-grièche à tête rousse de la race nominale (L. senator senator, Europe et Afrique du nord) et une pie-grièche du désert (L. elegans elegans, franges septentrionales du Sahara )*2. L'une est au nord de la place, l'autre au sud - et les insectes seront bien gardés ! Voilà que la rousse décide de changer de perchoir, de gagner les tamaris du sud, plus nombreux; et surtout face au vent, lequel rabat les insectes vers leurs bourreaux et les empêche de fuir moins laborieusement... Pas bête, la rouquine !... Elle s'impose sans crier gare, et s'installe délibérément sur le promontoire que la pie-grièche du désert a momentanément abandonné, pour un autre de ses perchoirs ou pour chasser au sol, dans les herbes. Mieux, la pie-grièche à tête rousse se met en tête de la jouer au bluff: au bout de quelques secondes, elle s'élance en direction de sa cousine maghrébine avec force cliquetis dans la voix... Tèk tèk tèk ! Ce qui signifie, il faut comprendre la langue j'en conviens: "dégaaaaaage !", autrement dit en français de chez mes amis des confins ivoiriens et burkinabè: "quitte là-bas !" suivi d'un tchiiiiip typiquement féminin (comme pour notre affaire de tiep)... Le problème de cohabitation est insoluble; dès que la rousse se remet à chasser, la désertique reprend sa position brièvement perdue - pour un peu, on se croirait bientôt sur la colline du Hartmannswillerkopf en 1914 ! L'autre revient à l'attaque, opte pour le buisson voisin, observe la cousine et dès que celle-ci s'élance dans le ciel pour saisir sa délicatesse, vite fait bien fait elle lui reprend sa tour de guet... Ce petit jeu dure plus d'une heure. Excédée, une fauvette grisette (curruca communis) vient même pousser une gueulante, un tèk tèek tèk d'une autre langue, avec force oscillations de la queue en tout sens, dans le buisson de tamarix senegalensis qu'occupe la pie-grièche à tête rousse, au-dessus d'elle - je traduis, encore une fois: "elle va fermer sa grande g., celle-là, on s'y entend plus, on n'est pas chez les Thiantacounes, ici !" Et je vous épargne le reste des invectives... De guerre lasse, un compromis tacite semble enfin calmer les esprits: sur ce même alignement, les deux tamaris de gauche pour l'une, les deux tamaris de droite pour l'autre; et chacune croisera l'autre sans s'insulter pour changer de buisson à intervalles réguliers... A toi les deux de droite, à moi les deux de gauche et ainsi de suite, approximativement toutes les dix minutes. Pas de chance pour la pie-grièche à tête rousse, elle était à gauche au moment où je devais passer par là: contrainte de reprendre sa position initiale, sous le vent du nord... Pie-grièche du désert, 1; pie-grièche à tête rousse, 0. Par la faute de l'Homme, cet invétéré perturbateur des bisbilles animales.

*1 La pie-grièche à queue rousse (dite du Turkestan, lanius -isabellinus- phoenicuroides, red-tailed shrike) est un de ces rares oiseaux dont la migration s'effectue en diagonale. Cette espèce récemment splittée (du taxon pie-grièche isabelle, lanius isabellinus, in Panov 2009) est originaire de l'Asie centrale (de l'Iran au Pakistan et du Kazakhstan à la Chine occidentale) et va passer l'hiver dans la Corne de l'Afrique ainsi qu'au nord de l'Afrique centrale (Tchad, Niger et nord Nigeria). Certains oiseaux poussent le vice de la transversalité vers le nord de la boucle du fleuve Niger (Mali) et même jusqu'en certains sites de la Mauritanie et de la Grande Côte sénégalaise (in Birds of Western Africa, par Borrow & Demey, 2014). Paul Isenmann (in Oiseaux de Mauritanie, 2010) rajoute, sur la base des observations faites par Glutz von Blotsheim & Bauer (1993), Rodwell et al. (1996) et Lefranc & Worfolk (1997): " (...) observée plusieurs fois au Sénégal et dans le sud de la Mauritanie où sa présence en hiver peut maintenant être considérée comme +- régulière." Ouvrez l’œil, et le bon, car la juvénile du Turkestan ressemble à s'y méprendre à une jeune pie-grièche à tête rousse... J'en sais quelque chose...

*2 Lire:
Big bang chez les Laniidés: les pies-grièches méridionales ont été 'splittées' !, in Ornithondar 2017 11 29

Ci-dessous:
bisbilles pour un tamaris entre une pie-grièche à tête rousse & une pie-grièche du désert
plaine de crue du fleuve Sénégal 2017 12 18, 9h45-11h15 / © Photos par Frédéric Bacuez


OISEAUX / 69 espèces cochées, 5 sp. entendues
REPTILES / 1 espèce
POISSONS / 3 espèces
ODONATES / 1 espèce
LÉPIDOPTÈRES / 1 espèce
CRUSTACÉS / 1 espèce

Vu:
  • Pélican blanc (pelecanus onocrotalusgreat white pelican), deux (2) premiers ind. à 7h49 [fleuve, amont>aval] + 9 ind. arrivant sur le fleuve vers le camp saisonnier des pêcheurs Thioubalo + 1 ind. en vol + 2 ind. nageant (10h30) + ~125 ind. (11h20) + ~200 ind. (11h45) pompent et cerclent à la verticale vers le débouché dans le fleuve du 'canal de décharge', suivis par un pélican gris et brièvement rejoints dans la pompe par une cigogne noire 'montée' de la plaine de crue coté mauritanien du fleuve
  • Pélican gris (pelecanus rufescenspink-backed pelican), 1 ind. dans le sillage d'un vol de deux cent pélicans blancs [verticale du fleuve]
  • Cormoran africain (microcarbo a. africanuslong-tailed cormorant), 21 ind. en vol S>N 
  • Grand cormoran à poitrine blanche (phalacrocorax l. luciduswhite-breasted cormorant), 1 ind. nage et pêche au large du campement saisonnier des pêcheurs Thioubalo + 2 ind. en vol [fleuve]
  • Bihoreau gris (nycticorax n. nycticoraxblack-crowned night-heron), à 6h55 encore 5 ind. ad. sur les vasières, avec des crabiers et oedicnèmes [baie du Kaïgga] + 1 ind. levé par le passage d'un pygargue vocifère [mangrove de Thiolet]
  • Blongios nain ou Blongios africain (ixobrychus minutus ssp. minutus ou payesii, -africanlittle bittern), 1 ind. de 1er hiver levé disparaît dans le massif de typhas le plus proche
  • Crabier chevelu (ardeola ralloidessquacco heron), 8 ind. en compagnie d'oedicnèmes du Sénégal et de bihoreaux gris, à marée basse [baie du Kaïgga] + 1 ind. [bolong du Kaïgga] + 10 ind. en vol + 1 ind. stationné sur une mare [plaine de crue]
  • Gardeboeuf d'Afrique (bubulcus i. ibiscattle egret), à 6h45 50+ ind. encore au reposoir/dortoir sur palétuviers [mangrove de Thiolet]
  • Aigrette à gorge blanche (egretta g. gulariswestern reef-egret), 1 ind. à l'envol [débouché dans le fleuve d'un étroit bolong encombré de typhas] + ~15 ind. en compagnie de quatre-vingt dix hérons cendrés [sur la rive de l'Île aux Bois]
  • Aigrette garzette (egretta g. garzettalittle egret), 2 ind. - dont sujet perché sur palétuvier [bolong du Kaïgga] + 1 ind. levé par le passage d'un pygargue vocifère [mangrove de Thiolet] + 2 ind. [bolong en plaine de crue]
  • Aigrette intermédiaire (à bec jaune, egretta intermedia ssp. brachyrhynchaafrican intermediate egret), 1 ind. en vol, traverse le fleuve
  • Grande aigrette (ardea alba ssp. melanorhynchoswestern great egret), seulement 1 à 2 ind.
  • Héron cendré (ardea c. cinereagrey heron), 1 ind. stationné [baie du Kaïgga] + 2 ind. sur les vasières [du fleuve Sénégal] vont à marée montante reposer dans la plaine de crue + ~90 ind. rassemblés près d'une pirogue de pêcheurs faisant le tri de ses prises sur la berge [de l'Île aux Bois] + 2 ind. avec des ibis sacrés [bolong en plaine de crue]
  • Héron pourpré (ardea p. purpureapurple heron), 1 ind. en vol [>delta] + 4 ind. levés par un pygargue vocifère (7h08) + 1 ind. juv. levé [étroit bolong encombré de typhas] + 1 ind. s'élevant [de l'Île aux Bois]
  • Cigogne noire (ciconia nigrablack stork), 1 ind. ad. monte depuis la rive mauritanienne du fleuve à la rencontre d'une pompe de deux cent pélicans blancs (11h45+) 
  • Ibis sacré (threskiornis aethiopicussacred ibis), au total jusqu'à 6 ind. - dont trois sujets se nourrissant dans un bolong du fleuve
  • Spatule blanche (d'Europeplatalea l. leucorodiaeurasian spoonbill), 1 ind. solitaire en vol NO
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduatawhite-faced whistling duck), passée de 110 ind (9h40) + ~30 ind. [Petit Bras]
  • Balbuzard pêcheur d'Eurasie (pandion h. haliaetuseurasian osprey), au total 2 peut-être 3 ind. dont un sujet bagué (le matériel semble usé, à distance) [fleuve et environs] - un sujet vient manger et ingérer sa prise dans la plaine de crue (jusqu'à 10h50)
  • Pygargue vocifère (haliaeetus vociferafrican fish-eagle), à 7h08, 1 ind. en vol bas avec matériaux de recharge pour son aire, levant au passage quatre hérons pourprés, un bihoreau gris et une aigrette garzette [mangrove de Thiolet >NO]
  • Milan d'Afrique à bec jaune (Milan parasite, milvus aegyptius ssp. parasitusyellow-billed kite), premiers ind. (4) à 7h10 puis plusieurs dizaines d'ind. (approximativement, 25 + 25 + 12 + 3+ ind !) tout au long de la matinée - dont ind. poursuivant un balbuzard !
  • Busard des roseaux (circus a. aeruginosuswestern marsh-harrier), 1 ind. mâle ad. [marais du Djeuss rive droite]
  • Faucon crécerelle (falco t. tinnunculuscommon kestrel), 1 ind. fem. par-dessus le fleuve [Île aux bois> berge sénégalaise]
  • Marouette à bec jaune (zapornia flavirostrablack crake), entendu de nombreux sujets [marais du Djeuss rive roite] puis vu 1 ind. traverser la piste-digue
  • Oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensis, Senegal thick-knee), à 6h55, 3 ind. font trempette aux cotés de bihoreaux gris et de crabiers chevelus [baie du Kaïgga]
  • Grand gravelot (charadrius hiaticula ssp., common ringed plover), quelques ind. sur l'estran [fleuve]
  • Gravelot à collier interrompu (charadrius alexandrinus, Kentish plover), 1 ind. [vasières du fleuve]
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosusspur-winged lapwing), 1 ind. [marais et plaine voisine] + 2 ind. [ex parking Eiffage pris au marais]
  • Courlis corlieu (numenius phaeopuswhimbrel), quelques ind. sur les vasières [du fleuve]
  • Chevalier gambette (tringa t. totanuscommon redshank), 3 à 4 ind. [vasières du fleuve Sénégal] 
  • Chevalier aboyeur (tringa nebulariacommon greenshank), 1 ind. [marais et plaine voisine] + 1 ind. [vasières du fleuve Sénégal]
  • Chevalier culblanc (tringa ochropus, green sandpiper), 1 ind. [marais et plaine voisine] + 1 ind. [mangrove blanche]
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), 1 ind. [marais et plaine voisine] + 3 ind. en vol [mangrove blanche]
  • Chevalier guignette (actitis hypoleucoscommon sandpiper), 1 ind. [ouvrage vanné sur le bolong du Kaïgga] + 2 à 3 ind. [vasières du fleuve Sénégal]
  • Bécassine des marais (gallinago g. gallinagocommon snipe), 1 ind. levé [étroit bolong encombré de typhas]
  • Goéland railleur (chroicocephalus geneislender-billed gull), quasi exclusif chez les goélands
  • Goéland d'Audouin (ichthyaetus audouinii, Audouin's gull - Least concern/LC-Préoccupation mineuresur la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées de disparition), au moins 1 ind. subadulte en vol passant
  • Mouette à tête grise (chroicocephalus cirrocephalus ssp. poicephalusgrey-headed gull), 5 ind. en vol [Djeuss>fleuve] + 1 ind. + quelques rares passantes sur le fleuve
  • Mouette rieuse (chroicocephalus ridibundus, black-headed gull), pour une fois bien plus nombreuses que les afrotropicales à tête grise ! Parfois par groupes de 5 jusqu'à 10 ind. [fleuve, aval>amont]
  • Sterne caspienne (hydroprogne caspiacaspian tern), 1 ind. en vol [fleuve>Djeuss] + nombreux ind. en vol passant ou pêchant (avec prises dans le bec) [fleuve, aval>amont]
  • Sterne royale d'Afrique (thalasseus - ex maximus ssp.- albididorsalis, african royal tern), en tout seulement 2 ou 3 ind. [fleuve, aval>amont]
  • Sterne caugek (thalasseus sandvicensis, Sandwich tern), ultra majoritaire, avec les caspiennes [fleuve, aval>amont]
  • Tourterelle masquée (Tourterelle à masque de fer, oena c. capensisNamaqua dove), 1 + 1 ind., juv. et fem. [près et par-dessus le fleuve]
  • Pigeon roussard (de Guinée, columba guineaspeckled pigeon), 1 ind. en vol, traverse le fleuve [>Île aux Bois] + 3 ind. arrivant au reposoir/abreuvoir de l'ex parking Eiffage pris au marais
  • Tourterelle pleureuse du Niger (streptopelia decipiens ssp. shelleyi, -Nigermourning collared-dove), 1 ind. en vol traversant le fleuve
  • Coucal du Sénégal (centropus s. senegalensisSenegal coucal), 1 ind. [marais du Djeuss rive droite]
  • Martinet des maisons d'Afrique de l'ouest (apus affinis ssp. aerobateswest african little swift), 30+ ind. chassant au milieu des milans d'Afrique
  • Martin-pêcheur pie (ceryle r. rudispied kingfisher), quelques ind. [entre marigot de Djeuss et baie-bolong de Kaïgga] + 2 ind. pêchant activement [fleuve]
  • Guêpier nain (merops p. pusilluslittle bee-eater), 1 ind. au loin [plaine de crue du fleuve]
  • Cochevis huppé du Sénégal (galerida cristata ssp. senegallensis, -Senegalcrested lark)
  • Hirondelle de rivage (riparia r. ripariacommon sand martin), quelques ind. en milieu et fin de matinée
  • Hirondelle rustique (hirundo r. rusticabarn swallow), 2 ind. par-dessus le fleuve [>Île aux Bois]
  • Bergeronnette grise (motacilla a. albawhite wagtail), 3 + 2 ind. [digue bangotine et ouvrage vanné sur le Djeuss]
  • Bergeronnette printanière (motacilla f. flavablue-headed wagtail), 3+ ind. [marais et plaine voisine] + 2 et 1 ind. [bords du fleuve] + 1 ind. en vol [au-dessus du fleuve] 
  • Phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenussedge warbler), forte présence - stabilisation des effectifs hivernaux !
  • Rousserolle sp. (acrocephalus sp.), 1 ind. d'aspect sombre sur le manteau, avec gorge claire voire blanchâtre... Alarme, apparaît sur les roseaux, parfois, toute excitée ! [marais du Djeuss rive droite]
  • Pouillot véloce (phylloscopus c. collybita, common chiffchaff), 2+ ind. moucheronnent sur un tamarix senegalensis mort, immergé [marais du Djeuss rive droite]
  • Fauvette grisette (curruca c. communiscommon whitethroat), 1 ind. dans la plaine de crue proche du fleuve; s'interpose (!?), mécontente, entre deux pies-grièches, une à tête rousse, une du désert, qui se chamaillent des bouts de territoire de chasse !
  • Fauvette (passerinette) de Tschusi (curruca inornata ssp. inornata ou/et iberiaewestern subalpine warbler), quelques ind. (peu) entendus
  • Cisticole des joncs du Nigeria (cisticola juncidis ssp. uropygialisnigerian zitting cisticolafan-tailed cisticola), 1 ind.
  • Prinia sp. (prinia sp.), quelques ind.
  • Souïmanga à longue queue (cinnyris p. pulchellusbeautiful sunbird), 1 ind. sur tamarix senegalensis mort, immergé [marais du Djeuss rive droite] + 4 à 6 ind. ensemble, d'arbrisseau en arbrisseau [berge du fleuve]
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius s. senatorwoodchat shrike), 1 ind. mâle ad. tout rondelet, bien dodu ! + 1 ind. en rivalité territoriale avec une pie-grièche du désert
  • Pie-grièche du désert (lanius elegans ssp. elegansSaharan southern grey shrike), 1 ind. en rivalité territoriale avec une pie-grièche à tête rousse
  • Corbeau pie (corvus albuspied crow), 1 + 2 ind. en vol S>N [au-dessus de l'Île aux Bois]
  • Moineau doré (passer luteusSudan golden sparrow), petites bandes remontant la berge du fleuve, d'arbrisseau en buisson de tamaris
  • Tisserin à tête noire (ploceus m. melanocephalus, black-headed weaver)
  • Bengali zébré (amandava s. subflavazebra waxbill), 5 ind. à l'abreuvoir (13h+) [digue-piste]
  • Astrild-caille à face noire (ortigospiza a. atricollisblack-faced quailfinch), vol de 10 ind. arrivant à l'abreuvoir [ex parking Eiffage pris au marais]

Entendu:
Pygargue vocifère (haliaeetus vociferafrican fish-eagle), 1 ind. à 6h55 + 1 ind. à 10h48 / Marouette à bec jaune (zapornia flavirostrablack crake), plusieurs ind. au petit matin  [marais du Djeuss rive droite] / Talève d'Afrique (porphyrio madagascariensisafrican swamphen) [marais du Djeuss rive droite] / Guêpier de Perse de l'ouest (merops persicus ssp. chrysoconoswestern blue-cheeked bee-eater), après 10h15 [plaine de crue du fleuve] + ~13h [marais du Djeuss] / Phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenus), plusieurs ind. [marais du Djeuss rive droite] / Rousserolle des cannes (acrocephalus rufescens ssp. senegalensis, -Senegalgreater swamp-warbler), 1 ind. brièvement au petit matin (7h+) + 1 ind. [marais du Djeuss rive droite] / Prinia modeste (prinia s. subflavatawny-flanked prinia) / Prinia aquatique (à ventre blanc, prinia fluviatilisriver prinia) /


Des limicoles

Ci-dessus, de haut en bas et de g. à d.:
chevalier gambette, courlis corlieu (et chevalier guignette en vol)
grands gravelots et chevalier guignette
chevalier gambette et héron cendré
chevaliers gambettes
Fleuve Sénégal 2017 12 18 matin / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -


Ci-dessus:
les voltiges du martin-pêcheur pie - ceryle r. rudis
" Ah l'alcyon ! (...)
Je ne sais pas si j'ai un oiseau préféré mais celui-là je l'adore.
En vol ou sur un piquet il a toujours des poses photogéniques "
- Etienne Henry à F.B. 


Ci-dessous, de haut en bas et de g. à d.:
sternes caspiennes - goéland railleur
sterne caspienne - sterne caugek - goéland railleur
goélands railleurs - sterne caspienne - cigogne noire au milieu d'une pompe de pélicans blancs
fleuve Sénégal 2017 12 18 matin / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

Des laridés
(plus pélicans blancs avec cigogne noire)


Pandion haliaetus
(et pie-grièche du désert)

Ci-dessous:
un balbuzard pêcheur s'en va déguster sa (petite) prise dans un coin de mon bout de plaine de crue...
Tandis que la pie-grièche du désert sautille derrière les coléoptères (9h53)... 
2017 12 18, 9h34-9h53 / © Photos par Frédéric Bacuez

AUTRES:

  • Varan de l'ouest africain (varanus stellatuswest africa Nile monitor), 1 ind. quittant un tas d'ordures auquel un feu fumant vient d'être mis... 
  • Mulet à grosse tête (Mulet cabot, mugil cephalus), très nombreux ind. sautant [fleuve, aval>amont]
  • Silure
  • Protoptère Dipneuste africain (protopterus annectens), toujours ces malheureuses bêtes (un joyau patrimonial de l'évolution de la vie sur Terre, pourtant !) jetées sur la piste-digue, abandonnées en plein soleil, vite asséchées et figées dans leurs ultimes convulsions... Rencontré un "pêcheur" (un pêcheur, comme c'est rigolo!) qui en extrayait un des herbiers pour le rejeter sur la piste surchauffée et qui me demande, évidemment, "si je ne suis pas fatigué de ma marche"... Il se souviendra longtemps, inch'Allah, de ma réponse, celui-là; cinglante ! {bientôt sur Ornithondar}
  • (petit) Monarque d'Afrique (danaus chrysippus ssp. chrysippuscommon plain tigerlesser wandererqueen butterfly, 'african queen'), 2 ind. bousculés par le vent, au-dessus du fleuve [N>S]
  • Brachythémis à ailes barrées (brachythemis leucostictabanded groundling)
  • Tympanotonus fuscatus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues