" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

mardi 3 janvier 2012

3, une douzaine de balbuzards pêcheurs sur la 'brèche'

Ci-dessus: 2012 01 3 matin, balbuzard pêcheur devant Pikine/Sor Diagne / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar


* Autour de la brèche dans la Langue de Barbarie -

Le 30 janvier 2011, en collaboration avec le Rutland Osprey Project (Angleterre), Ornithondar avait dénombré (cf. notule: http://ornithondar.blogspot.com/2011/01/30-plus-d1-balbuzard-par-km-sur-24-kms.html) pas moins de 27 à 29 balbuzards pêcheurs (pandion haliaetus, osprey) sur 24 kilomètres du fleuve Sénégal, du Lampsar saumâtre de Bango au barrage de Diama, soit plus d'un balbuzard tous les kilomètres. Une exceptionnelle densité. Ce 3 janvier 2012, Ornithondar a pu dénombrer de 19 à 21 balbuzards pêcheurs sur 15 kilomètres du fleuve (cf. notule: http://ornithondar.blogspot.com/2012/01/3-estuaire-la-breche-artificielle.html) à l'amont et à l'aval de Saint-Louis, de Bango aux confins du parc national de la Langue de Barbarie (PNLB). Parmi la douzaine d'individus stationnant autour de la brèche artificielle dans le cordon littoral, nouvelle embouchure du grand fleuve, un oiseau est bagué (noir) d'Allemagne.

Ci-dessous: 2012 01 3, 'brèche' dans la Langue de Barbarie, balbuzards pêcheurs et mouettes à tête grise au-dessus de l'embouchure du fleuve Sénégal
/ Photos par Rozenn Le Roux (à g. et à d.) et Frédéric Bacuez (au centre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues