" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

lundi 9 novembre 2015

9, la curée saisonnière, malgré les nouveaux casiers rizicoles

"Zone à pature"... Dans la plaine alluviale du Sénégal, les éleveurs défendent leur carré d'herbes, et ses oiseaux, contre la voracité rizicole...
2015 11 9, 15h / © Photo par Frédéric Bacuez

* Plaine alluviale du fleuve Sénégal.
Marais de Lampsar, bolong de Kaïgga, mangrove de Thiolet; et plaine de Biffeche -

9 novembre 2015, 9h30-16h-
A pied.
Temps: combien l'aube devient enfin plus clémente, un mois plus tard que d'habitude, les températures diurnes demeurent très élevées tant que le ciel bleu et son soleil ne sont pas encore voilés et filtrés par la poussière d'harmattan. Bizarrerie de ces derniers jours: la chaleur paroxistique, comme un four qui vous tombe dessus, se situe entre 15h et 17h !

Dans l'indifférence générale, des chambardements irréversibles affectent et mettent en péril la vallée du fleuve Sénégal entre Diama et Bango, soit 26 kilomètres de l'une des ultimes plaines de décrue au monde encore épargnée (jusque là) par les endiguements et la furia progressiste des Hommes. Devant l'ogre rizicole largement encouragé par l'Etat - on veut manger du (mauvais) riz patriotique, quelqu'en soit le coût et les conséquences environnementales !-, promptement aidé par ses affidés développeurs - Eiffage, Razel et compagnie- et leurs potes cupides de l'agro-business, eux-mêmes massivement confortés par ces lobotomisés de "consommateurs" européens - on veut manger de la tomate et du butternut toute l'année !-, la résistance est peine perdue. Les éleveurs des villages qui dominent depuis leurs dunes la grande cuvette n'ont que leur colère ruminée en guise d'inquiétude légitime. Eux ne savent pas, peu de gens savent, ou ne veulent pas savoir, d'ailleurs: l'emprise des travaux hydrauliques et le gigantisme du canal creusé ici dans la plaine alluviale n'a d'autre but, à l'aval des cuvettes rizicoles qui colonisent tout jusqu'à Rosso, que d'acheminer les résidus chimiques qui descendent des cuvettes agricoles puis de les déverser dans le fleuve ! Ni vu ni connu, ça ne se voit pas à l'oeil nu, ce n'est que de l'eau ! Devinez comment nos développeurs du BTP ont appelé leur déversoir, avec panneau signalétique in situ, hein ? Le "canal de décharge" ! Ces gens-là ne manquent pas d'humour et... de cynisme !

Dans le sillage des prouesses techniques du Blanc - n'en déplaise aux sribouilles du cru qui vantent l'expertise locale, hi hi hi...-, plein de petits casiers rizicoles ont été installés partout où l'eau parviendrait à couler. Des pans entiers de la plaine ont été débroussaillés, y compris les bas-fonds, sans étude préalable des sols et du contexte environnemental: salicornes et tamaris des terrains salins, bosquets d'acacias et herbages ont été arrachés pour l'idole céréalière. Quelques installations et vannes d'adduction au plus pressé, surtout des plus précaires car des moins onéreuses pour le bailleur ont été concédées aux vaillants riziculteurs qui n'avaient jamais été, historiquement, des agriculteurs - ça se saurait, et ça se verrait. Encore moins des riziculteurs, de cette céréale particulière recquérant une vieille expérience et une continuelle assiduité. Pas grave, ils apprendront sur le tas. Ou arrêteront très vite de croire dans le miracle. Puis deviendront les forçats d'une holding agro-industrielle européenne ou saoudienne. Pour le moment, les carrés restent en l'état, la plupart à nu, et ne donnent rien - on attend. Mais la nature en a pris plein la gueule - ça, tout le monde s'en contrefiche.

Les éleveurs, qui ne s'en laissent pas compter, surtout par des histoires à courte vue, ont donc installé dans ce qui reste de leur plaine des pannonceaux de fortune, explicites: "Zone à pature" ! Au milieu des herbages, les bornes rouges signifient aux apprentis riziculteurs que cette fois les bergers et leurs bêtes ne (se) laisseront plus faire: ni vampiriser leurs ancestraux paturages ni se faire éjecter de ce Développement-là. C'est, pour la satisfaction de mon égoïsme d'has been bucolique, un répit indirect pour nos oiseaux - avant le dépôt de bilan ! Ornithondar reviendra sur ce Développement et ses conséquences, ainsi que sur les toutes dernières prouesses rizicoles des 'braves'... Pour la 'campagne 2015-2016', on frise la palme d'or du pire rendement mondial à l'hectare ! Tout ça pour ça ! Dieux...


Dans la plaine alluviale, à quinze jours d'intervalle...


Ci-dessus: dans la plaine alluviale du Sénégal, à quinze jours d'intervalle...
A g., 2015 10 26, sous la pluie - A d., 2015 11 9, sous le soleil
/ © Photos par Frédéric Bacuez


Et la faune ? Et les oiseaux, vous me direz ? Au droit de l'antique digue qui séparait la plaine de crue des périmètres dédiés aux cultures, du coté des rizières c'est comme si de rien n'était - ou presque: les pélicans et les spatules sont au rendez-vous de la curée saisonnière. Pour les tantales et les cigognes noires, il me semble que la partie est en train d'être perdue: les échassiers n'osent s'aventurer dans une zone dès lors trop perturbée pour des oiseaux réputés farouches et craintifs... J'en vois quelques uns, ces temps-ci, arrivant de la berge mauritanienne, survolant longuement la curée, en altitude, mais ne s'y risquant jamais. A chaque fois, les cigognes rebroussent chemin et regagnent la partie mauritanienne, à l'évidence plus sécurisée, en tout cas pas dévastée (pas encore ?). On peut aussi nourrir quelques inquiétudes quant à la pérennité de cette orgie automnale quand la cuvette des agapes est désormais cernée de toutes parts par des champs de riz, fonctionnels ou pas. Les tamaris environnants ont été arrachés, les haies et bosquets d'arbres aussi; le large bas-fond qui accueillait chaque hiver quelques cigognes noires a disparu, absorbé par Bango II, le nouveau mirage rizicole au sujet duquel Ornithondar fera bientôt quelques croustillants commentaires, une fois que le travail aura été achevé... Attendez-vous au pire - et au rire, tant l'affaire est à la fois si 'sénégalaise', et tellement pathétique !... J'ai bien peur que le bas-fond, qui est en fait un prolongement du Maroum Diassik, effluent du Djeuss, ne soit conservé uniquement dans la perspective d'en faire une cuvette de 'décharge' à résidus 'phytosanitaires'... Ici, comme on le fait partout dans la vallée rizicole.

Du coté de la plaine de crue/de décrue, là où le front céréalier ne s'est pas encore rapproché du fleuve, la bonne pluviométrie a recouvert l'horizon d'un magnifique tapis herbacé. C'est beau, très beau - ça devrait suffire pour conserver cette ultime representation du falo et des hollaldés bas-deltaïques. Et quand les pélicans blancs (pelecanus onocrotalus) qui stationnent sur le lagon mauritanien de Diawas survolent en rase-mottes les herbes jaunissantes pour rejoindre la curée, soulevant au passage les combattants variés (philomachus pugnax) dissimulés par la végétation, on se dit qu'on assiste là à l'un des ultimes spectacles de la plaine alluvionnaire avant sa transformation utilitariste. Quand les éleveurs auront été matés. Et que les derniers usagers de la plaine saisonnière - les quelques vieux qui continuent d'en vivre sans la détruire, pêcheurs itinérants, cueilleurs de nympheas et faucheurs d'herbes auront disparu, sans relève...

Ci-dessous: au-dessus de la plaine alluviale de crue du fleuve Sénégal...
Pélicans blancs et cigogne noire
2015 11 9, 11h10 et 13h / © Photos par Frédéric Bacuez


Pélicans blancs, ardéidés et spatules dans la cuvette de rétention des "eaux de décharge rizicole" de Bango I et II
2015 11 9, 14h55 / © Photo par Frédéric Bacuez

OISEAUX / 75 espèces cochées, 2 sp. entendues
REPTILES / 1 espèce vue
AUTRES / 6 espèces vues

Vu (plaine de crue, tannes, rizières et marais du Djeuss bangotin):
  • Pélican blanc (pelecanus onocrotalus, great white pelican), 11 ind. en vol sud>nord/nord-est (10h45) + quelques dizaines d'ind. en vol ondulant au loin [fleuve Sénégal, en déplacement nord>sud, autour de l'île aux Bois] + dizaines d'ind. à la curée décollant (~12h+) par petits groupes pour rejoindre le fleuve Sénégal rive mauritanienne (cf. photos en haut de notule, ci-dessus et ci-après)
  • Pélican gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican), 2 à 3 ind. au repos, près de la curée
  • Cormoran africain (phalacrocorax africanuslong-tailed cormorant), dont quelques ind. autour des vannes [Bango] + 1 cadavre au bord du marais [de Lampsar, digue-piste] + ~12 ind. au séchage avec deux anhingas
  • Grand cormoran à poitrine blanche (phalacrocorax carbo luciduswhite breasted cormorant), 20 ind. en vol S>N [fleuve Sénégal]
  • Anhinga (roux) d'Afrique (anhinga rufa, african darter), 2 ind. au séchage avec une douzaine de cormorans africains
  • Bihoreau gris (nycticorax nycticorax, black-crowned night heron), 1 ind. ad. à l'envol à 10h du matin [mangrove de Bango]
  • Blongios de Stürm (ixobrychus sturmii, dwarf bittern), 1 à 2 ind. pas encore reflué(s) vers le sud avec le retrait du Front intertropical (FIT)
  • Héron strié (butorides striatagreen-backed heron), 1 + 1 ind., en vol + 1 ind. de 1ère AC en ripisylve marécageuse à gonakiers
  • Crabier chevelu (ardeola ralloidessquacco heron), ~20 ind. à l'envol bruyant [marais de Lampsar]
  • Héron garde-boeuf (bubulcus ibiscattle egret), 3+ puis 15+ ind. [ex parking d'Eiffage pris au marais de Lampsar] (cf. photo en bas de notule)
  • Aigrette (dimorphe) des récifs (egretta gulariswestern reef egret), 15+ ind. en tout
  • Aigrette garzette (egretta garzettalittle egret), dont 2 ind. ensemble + dizaines d'ind. au repos sur une tanne en eau (cf. photo ci-dessous) et au loin à la curée + groupe de 8 ind. avec six aigrettes des récifs [plaine alluviale]
  • Aigrette intermédiaire (egretta intermediaintermediate egret), 3 ind. ensemble en vol avec deux grandes aigrettes [plaine alluviale]
  • Grande aigrette (egretta albagreat egret)
  • Héron cendré (ardea cinerea, grey heron), 2 ind. [mangrove de Thiolet] + 2 ind. en poursuite territoriale [steppe alluviale du fleuve]
  • Héron pourpré (ardea purpureapurple heron), 1 ind. [mangrove de Thiolet]
  • Tantale ibis (mycteria ibis, yellow-billed stork), 32 ind. cerclant avec quelques pélicans blancs (11h40) puis 2 ind. arrivant pour la curée et 1 ind. atterrissant sur lagon (cf. photo ci-après et en haut de notule) [plaine alluviale du fleuve]
  • Cigogne noire (ciconia nigra, black stork), 1 à 2 ind., non baguée(s), non 'satellisée(s)'... Vien(nen)t par deux fois (dont 13h15) de la berge mauritanienne, très méfiante(s), cercle(nt) et ne se pose(nt) pas,  retournant à chaque fois vers la Mauritanie... (cf. photos ci-dessus et ci-après)
  • Spatule blanche (d'Eurasie, platalea l. leucorodiaeurasian spoonbill), 1 200+ ind. à la curée (cf. ci-dessus et Voir ICI sur Ornithondar)
  • Spatule d'Afrique (platalea alba, african spoonbill), 1 à 3 ind. au milieu des spatules eurasiennes à la curée
  • Oie-armée de Gambie (plectropterus gambensisspur-winged goose), 38 ind. (14h45) [plaine alluviale du fleuve Sénégal]
  • Balbuzard pêcheur (pandion haliaetusosprey), 2 ind. au repos, au sol, à proximité de la curée par les spatules et pélicans
  • Milan parasite (à bec jaune, milvus m. parasitusyellow-billed kite)
  • Faucon lanier (falco biarmicus ssp., lanner falcon), 1 ind. en vol passant [au-dessus de la plaine alluviale]
  • Râle à bec jaune (amaurornis flavirostrablack crake), 1 ind. sur la digue-piste [marais du Lampsar]
  • Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanus, african jacana), 1 seul ind. visible [marais de Lampsar]
  • Echasse blanche (himantopus himantopusblack-winged stilt), 2 + 3 et 1 ind.
  • Oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensisSenegal thick-knee), 5+ ind. [ex parking d'Eiffage pris au marais de Lampsar]
  • Grand gravelot (charadrius hiaticulacommon ringed plover), quelques ind. [tannes] et un groupe de 5 ind. avec un chevalier aboyeur
  • Gravelot pâtre (charadrius p. pecuarius, Kittlitz's plover), 2 ind. immatures [tannes]
  • Vanneau (caronculé) du Sénégal (vanellus senegallus, african wattled lapwing), 1 ind. tout seul au milieu d'un groupe de vanneaux éperonnés
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing), 5+ ind. [ex parking d'Eiffage pris au marais de Lampsar] + dizaines d'ind. [steppe alluviale du fleuve, près du campement saisonnier de pêche] + 2 et 3 ind. [tannes]
  • Barge à queue noire (limosa limosa, black-tailed godwit), 8 ind. à l'envol (cf. photo ci-dessous), avec un chevalier gambette [mares de plaine alluviale]
  • Bécasseau variable (calidris alpina ssp., dunlin), 1 ind. solitaire !
  • Combattant varié (philomachus pugnaxruff), 6+ ind. + 20 + 50+ ind. [mares de plaine alluviale, des deux cotés de la digue n°2] (cf. photo ci-dessous)
  • Chevalier gambette (tringa totanus, common reshank), 1 ind. [bolong] + 2 et 3 ind.
  • Chevalier aboyeur (tringa nebulariacommon greenshank), 1 + 1 ind. [tannes] + 1 + 3 ind. en vol groupé + 1 ind. [marigot et marais coté plaine alluviale] + 1 ind. [tannes]
  • Chevalier culblanc (tringa ochropusgreen sandpiper), 1+ ind.
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), 1 ind. [marais de Lampsar] + 1 ind. [tannes]
  • Chevalier guignette (actitis hypoleucoscommon sandpiper), 2 + 1 ind. [marais de Lampsar] + 1 ind. [ex parking d'Eiffage pris au marais de Lampsar] + 2 ind. en poursuite territoriale + 1 et 1 ind.
  • Sterne hansel (gelochelidon niloticabilled-gull tern), 1 ind. puis quelques ind. en plaine alluviale + 2 ind.
  • Tourterelle masquée (oena capensis, Namaqua dove)
  • Tourterelle maillée (streptopelia senegalensis, laughing dove)
  • Pigeon roussard (de Guinée, columba guinea, speckled pigeon), 1 ind. + 1 ind + 1 ind. couché [ex parking d'Eiffage pris au marais de Lampsar] + 3 ind. + petits groupes en vol passant en fin d'après-midi
  • Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiensafrican mourning dove)
  • Engoulevent à longue queue (caprimulgus climacurus, long-tailed nightjar), en tout cas pas sur le site habituel de leur repos diurne: errance saisonnière ou habitat trop dégradé ?
  • Martinet des maisons (apus affinis ssp. aerobates, little swift), ~20 ind. s'abreuvant [au débouché du bolong de Kaïgga]
  • Martinet des palmes (cypsiurus parvus, african palm swift), ~3 ind. [mosquée de Bango]
  • Martinet pâle (apus pallidus ssp. brehmorum, pallid swift), au minimum 3 + 2  ind. en vol [digue-piste entre mangrove et marais de Lampsar] plus ou moins proches de martinets noirs
  • Martinet noir (apus apus, common swift), quelques ind. avec au moins trois martinets pâles
  • Martin-pêcheur huppé (alcedo cristata ssp. galerita, malachite kingfisher), 2 + 1 ind. pêchant + famille de 3 ind. dont juvénile de 1ère AC [ripisylve marécageuse à gonakiers]
  • Alcyon pie (ceryle rudispied kingfisher), 1 + 2 ind. [bolong de Kaïgga]
  • Guêpier nain (merops p. pusilluslittle bee-eater), 2 ind. [marais de Lampsar] + 1 ind. [herbiers de plaine alluviale]
  • Guêpier à gorge blanche (merops albicolliswhite-throated bee-eater), 6 ind. en vol migratoire postnuptial N>S [digue n°1]
  • Guêpier de Perse (merops persicus ssp. chrysocercusblue-cheeked bee-eater), 2 ind. immatures [ex parking d'Eiffage pris au marais de Lampsar] (cf. photo ci-dessous) + ~10 ind. avec un rollier d'Abyssinie
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicus, abyssinian roller), 1 ind. adulte, avec des guêpiers de Perse
  • Cochevis huppé (galerida cristata ssp. senegallensiscrested lark)
  • Moinelette à oreillons blancs (ereptomerix leucotis ssp. melanocephalus, chestnut-backed sparrow lark), 1 + 1 ind., mâles 
  • Bergeronnette grise (motacilla albawhite wagtail), 1 ind. [mosquée de Bango] + 2 ind. [digue-piste près de Bango] + 1 ind. au bord de l'eau [du marais de Lampsar] + 1 ind. [bolong de Kaïgga]
  • Bergeronnette printanière (motacilla f. flavayellow wagtail), 1 ind. avec une bergeronnette grise, au bord de l'eau [du marais de Lampsar] + 1 ind. + 2 ind. levés en ripisylve marécageuse à gonakiers + 1 ind. [plaine alluviale] + 1 ind.
  • Rougequeue à front blanc (phoenicurus phoenicuruscommon redstart), 1 ind., toujours sur le même site hivernal depuis des années !
  • Phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenussedge warbler), 1 ind. alarme [marais de plaine alluviale]
  • Hypolaïs obscure (hippolais opaca, western olivaceous warbler) [ripisylve à gonakiers]
  • Pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chifchaff), 1 ind. dans un jeune gonakier + 1 ind. [ripisylve] 
  • Fauvette des jardins (sylvia borin, garden warbler), 1+ ind.
  • Fauvette passerinette (sylvia cantillanssubalpine warbler), 1 + 2 ind., mâle et femelle [ex parking d'Eiffage pris au marais de Lampsar] + 2 et 1 et 1 ind. [ripisylve à gonakiers] + 1 ind. [digue n°1]
  • Cisticole roussâtre (cisticola galactotes ssp. amphilectuswinding cisticola), 2 ind. chanteurs
  • Cisticole des joncs (cisticola juncidiszitting cisticola), 1 ind. [plaine alluviale herbeuse]
  • Prinia aquatique (prinia fluviatilisriver prinia), 1 ind. [marais de Lampsar]
  • Prinia modeste (prinia subflavatawny-flanked prinia), 1 + 1 ind. + 2 ind. [marais de Lampsar et voisinage]
  • Gobemouche noir (ficedula hypoleuca, pied flycatcher), 1 ind., migrateur postnuptial stationné, retardataire [digue n°2 en lisière de ripsylve] (Lire ICI sur Ornithondar)
  • Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. capitalisblack-headed weaver), dont mâles en début de mue postnuptiale
  • Travailleur à bec rouge (quelea queleared-billed quelea), 1 ind. solitaire (?!) + petit vol passant de ~6 ind.
  • Euplecte vorabé (euplectes aferyellow-crowned bishop), 1 ind. mâle nuptial + 1 ind. mâle en vol passant + 1 ind. mâle nuptial en vol
  • Euplecte franciscain (euplectes franciscanusnorthern red bishop), 1 ind. mâle en tout début de mue postnuptiale, en vol + 1 ind. au loin + 1 ind. mâle nuptial (cf. photo ci-dessous) + 1 femelle avec juvénile dépendant + 1 ind. mâle en tout début de mue (rouge>orangé)
  • Bengali zébré (sporaeginthus subflavuszebra waxbill), 1 + 2 + 1 ind. + 1 ind. ad. et juvéniles entendus
Entendu:
Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle), 1 ind. au loin [fleuve Sénégal] / Râle  bec jaune (amaurornis flavirostra) [marais de Lampsar] / Talève sultane (porphyrio porphyrio ssp. madagascariensis[marais de Lampsar] / Chevalier aboyeur (tringa nebularia) / Cisticole roussâtre (cisticola galactotes) / Bengali zébré (sporaeginthus subflavus), juvéniles dépendants /


"Zone à pature" ! Le message est clair... A bon entendeur... 
Signé: les éleveurs de la plaine de décrue...

Pélicans blancs, tantales ibis et aigrettes garzettes dans la plaine de crue du Sénégal
2015 11 9, 15h / © Photo par Frédéric Bacuez

Ci-dessous, de haut en bas et de g. à d.:
Aigrettes garzettes - Pélicans blancs et cigogne noire - Pélicans blancs au-dessus de la plaine de crue du Sénégal
Cigogne noire, non baguée
Barges à queue noire - Euplecte franciscain, mâle en toute fin de plumage nuptial - Cigogne noire et martinet sp.
Combattant varié - Guêpier de Perse, immature - Héron garde-boeuf
2015 11 9 / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -


 



AUTRES:
  • Varan du Nil (varanus niloticusNile monitor), 1 ind. + 1 ind. nageant + 1 ind. nageant en ripisylve à gonakiers + 1 ind. juvénile + 1 ind. ad. et 1 juv. (cf. photo ci-dessous au centre) [digue n°1, marais de Lampsar]
  • Périophtalme atlantique (periophtalmus atlanticusatlantic mudskipper), plusieurs ind.
  • Crabe de palétuviers 
  • Néphile du Sénégal (nephila senegalensisbanded-legged golden silk orb-weaver), 11 ind. juvéniles dans une toile sans adultes visibles (cf. photo ci-dessous à d.) [lisière de ripisylve à gonakiers]
  • Papillon de Vinson (Voilier des citronniers, papilio d. demodocuscitrus swallowtailcitrus butterflyorange dogChristmas butterfly)
  • Petit monarque d'Afrique (danaus chrysippus ssp. chrysippuscommon plain tigerlesser wandererqueen butterfly, 'african queen'), 2 + 1 ind.
  • Piéride veinée de brun (anapheis aurota), des milliers d'ind. en migration active nord-sud (fin de matinée), avec arrêts sur les premières inflorescences des tamarix senegalensis, aux cotés des abeilles locales (cf. photos ci-dessous à g. et en bas de notule)
  • Libellules et agrions divers 
  • Sauteriaux sp., particulièrement nombreux, en particulier les criquets pèlerins

Des milliers d'anapheis aurota en migration active...
Un peu de repos sur les tamarix senegalensis pour en butiner les florescences

Ci-dessous, de g. à d.:
piérides veinées de brun, migrateurs stationnés sur tamarix senegalensis - varan du Nil juvénile - néphiles du Sénégal juvéniles
2015 11 9 / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -




* Bango. Impasse Gustave Pelloux -

Vu:
  • Echasse blanche (himantopus himantopusblack-winged stilt), 19 ind. en vol passant [marais de Lampsar>Djeuss>'lac' de Bango]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues