" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

vendredi 13 novembre 2015

A l'UGB, un Master va instruire une génération spontanée d'ornithologues sénégalais

Les spatules et les pélicans blancs sur fond d'Université Gaston Berger...
2015 11 9, 12h25 / © Photo par Frédéric Bacuez

* Saint-Louis-du-Sénégal/Sanar. Université Gaston Berger (UGB)-

Date butoir, demain, pour les (innombrables) candidatures au tout nouveau Master en ornithologie lancé par l'université Gaston Berger de Saint-Louis-du-Sénégal*. Il semblerait qu'une banderole annonçant l'heureuse nouvelle pour le Développement est accrochée quelque part à l'entrée du pont Faidherbe de notre cité patrimoniale. Les foules sont en liesse, évidemment. Je dois dire que c'est avec surprise que l'initiative m'est parvenue jusqu'à l'oreille. Vu le coût de la formation, je serais bien heureux d'apprendre que vingt-cinq étudiants enthousiastes et passionnés par la chose vont suivre avec attention, et abnégation, le cursus proposé par nos meilleurs spécialistes de la plume, de son éthologie, de ses biotopes et des enjeux qui tournent autour de la question aviaire... ça va être passionnant ! Et utile... au "Développement", cela va sans dire !

En revanche, il y a de petits détails qui me laissent songeur - et perplexe. Est-ce bien sérieux que de lancer un Master (waouh !) dans un pays de 15 millions d'âmes où les ornithos authentiquement investis dans l'ornithologie se comptent sur les doigts des deux mains - au grand maximum ? Et ne sont pas, loin s'en faut, des étudiant(e)s qui auraient suivi un parcours classique d'études dites scientifiques pour suivre in fine une filière peu rentable et non rémunératrice. Pour une activité absolument pas socialisante, dans un pays qui valorise avant tout les métiers bureaucratiques et de prestige ! Les rares personnes intéressées par les choses de la nature, sur le terrain, sont des guides locaux, des membres de GIE communautaires, des débrouillards qui tentent de monter leur petite structure d'écotourisme, bref des hors-cadre, des sans-intérêt, des marginaux qui n'ont guère de droit, et encore moins la patente (la reconnaissance, l'adoubement, le curriculum vitae, les relations) pour  participer des innombrables ateliers, symposiums, journées de réflexion (intense) à destination des seuls agents de l'Administration environnementale, des Parcs et réserves du pays... et dont le goût pour le perdiem et le blabla est pour le coup exclusif, et excluant. Il suffit de voir comment nos pointures occidentales sont embrigadées dès qu'elles posent le pied au Sénégal, illico encadrées par nos vaillants soldats de l'Environnement en grande tenue et art consommé de la flagornerie... Qu'il est bon de venir compter le canard dans de telles conditions, en s'appuyant sur les titres ronflants de personnes qui à la vérité ne font pas grand chose et ne pondent guère plus en matière de connaissances sur la question ornithologique. 

Et puis, et puis, comment peut-on ex abrupto (ex nihilo ?) s'intéresser et se perfectionner pour la cause ornithologique quand durant ses vingt-cinq premières années de vie on ne s'y est jamais intéressé ?! L'ornithologie, ce n'est pas un truc de plus à accrocher à son blason, à son CV ! ça ne se décrète pas ! ça vient de loin, ces choses-là, comme le goût de lire, celui de la poésie et de la grande musique... Il faudrait avoir une certaine propension à la contemplation, un authentique goût pour la solitude - ha ha ha, en Afrique subsaharienne... Il va falloir réviser les habitudes culturelles, dans ce cas... Et ne pas avoir peur de se salir le pantalon, et les chaussures - oui, les chaussures, aïe ! Il suffit de surfer sur n'importe quel moteur de recherches de la Toile pour vite comprendre. Pas un blog, pas un site naturaliste sénégalais, zéro, rien ! Le site de NCD ? Du (presque) vide... Le portail de la Direction des parcs et réserves du pays ? Pathétique... Du vent ! Senegal Wildlife ? Excellent, par des "étrangers" ! Ornithondar, un "étranger"... Le 3e parc ornithologique mondial, le Djoudj - du pipeau, juste un slogan, on vous rassure...- n'a même pas de site web, et sa station biologique est un authentique scandale en ruine: vous voulez voir des photos des locaux, j'entends de ce qu'il y a dedans ? Non, ça vaut mieux... Quand je vois la qualité des activités (internet ou pas) de nos amis Marocains en la matière, par nos collègues ornithos, scientifiques, avec ou sans patente, avec ou sans Master, de nationalité marocaine ou non, tout le monde main dans la main avec de multiples passerelles entre eux et avec les autres, on se dit que, ma foi, ils n'ont pas attendu l'instauration d'un sésame universitaire pour se passionner et s'engager pour les oiseaux ! Comme d'habitude, ici c'est la charrue avant les boeufs, l'apparence, l'apparat, le formel - un grand classique subsaharien, très sénégalais, et très francophone. Allo, amis du Ghana et de Gambie, si nous avions dû attendre vos Masters pour que vos pays soient les seuls d'Afrique de l'ouest où l'ornithologie est (un peu) dynamique ! Bref... Ah, ces pesanteurs socio-culturelles écrasantes, nous en crèverons, nous autres francophones... Ce n'est pas de Master, dont on a besoin, au Sénégal, c'est de gens sur le terrain, d'application des Lois environnementales et de sauvegarde des lambeaux de nature et de biodiversité que les 'Développeurs' sans entrave ni surveillance, tiens tiens, daignent nous laisser... Dire qu'à cinq cent mètres de cette UGB, la matière est là, partout - pour le pire et pour le meilleur... Encore faudrait-il sortir de sa bulle, des postures de grands sachants et des embrigadements ridicules ("mon lieutenant !" Mon commandant !" "Garde-à-vous ! Repoooos !", la tenue camouflée pour rester au bureau, ou à un guichet); et d'abord en finir, un jour Inch'Allah, avec l'onirisme si cher au pays et si profondément ancré dans les moeurs !

Bonne chance aux masterisants ! Dépêchez-vous, cependant: le grand naufrage aviaire et naturaliste n'attend pas, lui... Faites donc un petit tour dans la vallée du fleuve, entre deux cours magistraux ! Si le soleil, la poussière ou l'étuve ne vous épuisent pas trop vite...

*
L'UGB lance le Master 'Ornithologie Conservation Développement'in Université Gaston Berger de Saint-Louis-du-Sénégal
Ncd-senegal.org/Appel à candidatures: l'UGB lance le Master Ornithologie, in Nature Communauté Développement
Les ornithologues comptent créer une agence de labellisation du circuit des oiseaux migrateurs, in Seneplus.com 2015 05 13
Mais encore, et concrètement:
Devenir ornithologue ou exercer un métier lié à l'ornithologie, in Ornithomedia 2015 09 15

Ci-dessous: les spatules et les pélicans blancs devant l'UGB
2015 11 9, 12h25 / © Photo par Frédéric Bacuez


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues