" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

samedi 25 janvier 2014

25, Ferlo du Fouta - de nouvelles coches sahélo-sahariennes !

2014 01 25 11h40, une 'coche' recherchée par les ornithos: la prinia à front écailleux, Ferlo nord / © Photo par Frédéric Bacuez

* Ferlo du Fouta. Plein sud, de Gamadji Saré à la Réserve sylvo-pastorale des Six Forages -


8h30-18h
En véhicule 4x4. Environ 125 kilomètres de brousses parcourues (AR)
Avec Alix & Daniel Mignot. Et François.
Temps: encore 20° en milieu de matinée - petite laine de rigueur (cf. photo ci-contre); ciel souvent couvert - surtout au sud-ouest: heureusement pas de vent, et donc pas de sable en suspension - vive le Ferlo dans ces occasions bénies !... Magique fin d'après-midi avec cieux noirs au nord-est et lumières dorées sur la brousse et les dunes - puis sur le Doué, à notre retour du soir à Gamadji Saré.

Ci-contre: 2014 01 25 10h40 quelque part dans le Ferlo... / © Photo par Frédéric Bacuez


Depuis les berges du moyen Sénégal, à partir de Ndioum (pour ses petits pains) l'objectif du jour est de rallier plein sud, pistes ou pas, les franges septentrionales de la 'réserve sylvo-pastorale des Six Forages', dans le Ferlo nord - en gros 65 kilomètres de sables confortables à l'aller, idem pour le retour... L'idée des uns est de 'combler des blancs' sur la carte, l'envie de tous est de pouvoir observer de nouvelles espèces sahéliennes dont le Ferlo est l'habitat privilégié comme le Ndiaël l'est pour des espèces déserticoles. Est-ce cependant la mousson 2014 qui a été parcimonieuse sur le Ferlo, ou l'invraisemblable surpopulation de bovins qui font que le tapis herbacé est presque partout déjà consommé ? Nous essayons d'imaginer ce qu'il en est, plus au sud de la zone dans laquelle nous croisons, dans les limites de ladite réserve pastorale, où les monumentaux forages attirent des centaines de milliers de têtes de bétail... Les brindilles et les graines sèches jonchent les sols avant que les déferlantes de l'harmattan n'emportent tout cela dans ses tourbillons de chaleur, très bientôt !... Pour le moment, avec le bel hiver bleu sans trop de particules en suspension, on se dit que la clémence nous sourira encore aujourd'hui... malgré la grisaille atlantique poussée jusqu'ici par les alizés. Et la récompense a été au rendez-vous, en effet.

Sur les 38 espèces vues, 40% d'hivernantes - tout de même !

Le chiffre de 38 espèces observées ce jour n'est en soi pas un exploit, loin s'en faut - bien que l'inventaire correspondrait en France à une belle journée d'ornitho ! Les coches d'Ornithondar dans le delta sénégalais tournent généralement autour de 70 à 80 espèces - surtout dans le Walo, en raison des oiseaux d'eau. Néanmoins, cette virée ornithologique dans le Ferlo du Fouta (la zone la plus sahélienne du pays) permet aux observateurs de l'équipée non seulement de découvrir de nouvelles espèces jamais vues précédemment car exclusivement inféodées à ce type de milieu, mais aussi de rencontrer des espèces 'exotiques', certes pas rares où elles vivent d'habitude, mais relevant ici de l'extra-ordinaire: c'est le cas de ce duo de corbeaux bruns (corvus ruficollis), une espèce maghrébine et saharienne*; ou de cette migration printanière bien précoce de 270 cigognes blanches (ciconia ciconia) - deux oiseaux familiers de mon enfance marocaine...

* Mes amis anglais du Rutland Osprey Project et J.J de Gambia Bird Guide ont observé un duo de corbeaux bruns en Gambie, lors de l'hiver 2012-2013

On se rend vite compte que ces immensités dépouillées sont le terrain d'hivernage privilégié de trois espèces du paléarctique occidental, particulièrement présentes et visibles: le traquet motteux (oenanthe oenanthe), en nombre incalculable, puis la pie-grièche méridionale (lanius meridionalis) - qui remplace la pie-grièche à tête rousse (lanius senator) dès que l'on s'enfonce dans les profondeurs du Ferlo-, et enfin la huppe fasciée eurasienne (upupa epops epops). Comme le corbeau brun (ou la courvite isabelle, cursorius cursor, pas vue aujourd'hui), la pie-grièche méridionale est un oiseau d'hiver venu du Maghreb et des confins septentrionaux du Sahara. Il est évident qu'un certain nombre de ces espèces nord-africaines vagabondent d'un rivage à l'autre du grand désert pour profiter au maximum des ressources offertes par les pluies: au Sahel après la mousson, sur les lisières atlaso-sahariennes avec les averses méditerranéennes du printemps. La visite de ces espèces sur nos sites subsahariens ressemble d'ailleurs plus à de l'erratisme qu'à un véritable séjour hivernal: le temps passé ici est souvent bref, intimement lié aux ressources disponibles en fonction des vicissitudes météorologiques. Sur une période très courte de l'hiver (novembre-février), les espèces du paléarctique occidental séjournant dans le Ferlo sont à peine moins nombreuses que les espèces afrotropicales résidentes: ce jour, sur les 38 espèces inventoriées, 15 étaient des hivernantes ou des erratiques venues du nord - soit près de 40% du total des espèces d'oiseaux observées ce jour (cf. liste ci-après) ! Le reste de l'année, dès que les rigueurs de l'harmattan et de la canicule s'installent sur le Fouta et le Ferlo (fin février-fin juillet), seules les espèces sahéliennes ou expansives demeurent sur place. Ces espèces elles-mêmes restent soumises aux aléas climatologiques: si l'année a été arrosée, on ne trouvera guère aux cotés des sahéliennes et jolies moinelettes à front blanc leurs cousines moinelettes à oreillons blancs, arrivées du Sahara à la faveur des grandes sécheresses des années 73' et 84' du siècle passé et dès lors solidement installées au Sénégal. Si le tapis de graminées est trop élevé, les pipits rousselines ne seront pas à leur aise; tandis que si le feu courant a transformé les herbes sèches en brûlis, les alouettes chanteuses seront plus fréquentes alors que les alouettes calandrelles préfèreront un sol sablonneux et parsemé de tiges voltigeantes... C'est d'ailleurs au coeur du cagnard que certaines grandes espèces afrotropicales font leur apparition 'printanière' dans le Ferlo, venant du sud à la faveur des remontées du Front Inter Tropical (FIT), longtemps avant que la première pluie n'atteigne le Sahel... Un gardien de forage nous confirme qu'à partir de mai, quelques outardes (a priori eupodotis senegalensis, ardeotis arabs, neotis denhami) et des bucorves d'Abyssinie (grand calao d'Abyssinie, bucorvus abyssinicus) font des apparition de moins en moins certaines dans le paysage aux sols nus au-dessus desquels les arbres s'habillent pourtant de vert tendre - c'est le printemps, ici aussi, malgré le soleil de plomb... 

Ci-dessus: 2014 01 25, l'omniprésente pie-grièche méridionale 'elegans',
sur un balanites aegyptiaca du Ferlo septentrional
/ © Photo par Frédéric Bacuez






















De petits oiseaux pour les ornithos

L'intérêt ornithologique du Ferlo réside dans la présence d'espèces sahéliennes de petite taille - des oiseaux pour ornithos en somme... L'omniprésence du bétail et le surpâturage, la réduction du couvert végétal, les rigueurs climatiques extrêmes (hors la courte période dont nous profitons aujourd'hui) et la spécificité des steppes sahéliennes font que ce sont essentiellement des granivores et quelques espèces frugivores qui peuplent la région. Les ornithologues amoureux de nouvelles coches chercheront ici, le plus souvent au sol, les espèces phares que sont les prinias à front écailleux (spiloptila clamans) et les cratéropes fauves (turdoides fulva). Au pied des épineux et des touffes d'arbustes, il faudra aussi distinguer les différentes espèces de granivores apparentés aux moineaux - comme le sporopipe quadrillé (sporopipes frontalis), ou, moins fréquents, le moineau à point jaune (petronia pyrgita) et le petit moineau (petronia dentata), vite remontés dans les balanites aegyptiaca. Dans les chemins sablonneux et sur les bas-cotés riches en herbes sèches réduites en miettes par le bétail, ce sont les pipits (anthus campestris essentiellement) et les alouettes qui attireront le regard averti: les deux espèces de moinelettes (eremopterix leucotis et nigriceps), potentiellement quatre espèces locales d'alouettes (mirafra cantillans, mirafra cordofanica, mirafra rufocinnamomea [?], galerida cristata), et deux espèces hivernantes ou invasives (calandrella brachydactyla, alaemon alaudipes) venues du bassin méditerranéen et d'Afrique du nord. Dans un environnement où la cachette est chiche, tout ce petit monde volatile est difficile à approcher et à (bien) photographier...



Ci-dessus, de haut en bas et de g. à d.:
Sporopipe quadrillé dans balanites aegyptiaca - Cratéropes fauves, dans balanites aegyptiaca et sur bouses de vaches
Alouette chanteuse - Moinelette à front blanc, mâles, sur termitière et au sol

Ci-dessous, de haut en bas et de g. à d.:
Pipit rousseline - Calao à bec noir, 1er hiver, dans balanites aegyptiaca - Pipit rousseline dans la steppe
Pie-grièche méridionale - Huppe fasciée eurasienne à l'envol - Pie-grièche à tête rousse
2014 01 25, Ferlo nord / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour les agrandir -




OISEAUX / 38 espèces 'cochées'
MAMMIFÈRES / 1 espèce 'cochée'
REPTILES / 1 espèce vue

Vu:
  • Cigogne blanche (ciconia ciconia, white stork), vol d'altitude de ~270 ind. en migration prénuptiale, plein nord (Voir ICI sur Ornithondar)
  • Héron gardeboeuf (bubulcus ibis, cattle egret), quelques uns avec le bétail domestique
  • Autour (chanteur) sombre (melierax metabates, dark chanting goshawk), 1 ind. perché et approché + 1 ind. à l'affût dans un acacia parasol
  • Faucon crécerelle (falco tinnunculus ssp. tinnunculus, common kestrel), 1 ind. poursuivi par des choucadors à ventre roux ! + 1 ind. perché + 1 ind.
  • Oedicnème tachard (burhinus capensis, spotted thick-knee), 4 ind. levés dans un bosquet de 'baobabs du chacal' et d'euphorbia basalmifera en floraison
  • Tourterelle masquée (oena capensisNamaqua dove)
  • Tourterelle rieuse (streptopelia roseogriseaafrican collared dove)
  • Coliou huppé (à nuque bleue, urocolius macrourus, blue-naped mousebird), 9 ind. [bosquet du pique-nique] + 3 ind. [hameau]
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicusabyssinian roller), 1 + 1 ind.
  • Huppe fasciée eurasienne (upupa epops ssp. epops, eurasian hoopoe), 11 ind. en tout (2 + 2 + 1 + 1 + 1 + 1 ind. près d'un forage + 2 + 1 ind.)
  • Calao à bec rouge (tockus kempired-billed hornbill)
  • Calao à bec noir (tockus nasutus, african grey hornbill), un groupe de ~6 ind. + 2 ind., de 1ère année [ndlr., ne suivent pas les adultes lors de leur migration intra-africaine post-mousson]
  • Alouette chanteuse (mirafra cantillans, singing bush lark), 1 ind. très bien observé et photographié
  • Moinelette à front blanc (eremopterix nigriceps, black-crowned sparrow lark), en général par couples mais aussi un groupe de 25 ind. ensemble
  • Hirondelle rustique (hirunda rustica, barn swallow), 2 ind. ad. passant [orée du bosquet du pique-nique] + 1 + 1 ind.
  • Bergeronnette printanière (motacilla flava, yellow wagtail), groupe de ~8 ind.
  • Bergeronnette flavéole (motacilla flava, yellow wagtail), au moins 1 ind. observé (rassemblement du bétail, forage à 56 kms/sud à l'intérieur du Ferlo]
  • Pipit rousseline (anthus campestris, tawny pipit), ~5 ind. en groupe lâche
  • Traquet motteux (oenanthe oenanthe, northern weatear), toujours le plus abondant: partout présent - y compris dans les cordons dunaires !
  • Agrobate podobé (cercotrichas podobéscrub black robin), 7 ind. en tout (2 + 1 + 2 + 1 + 1 ind.)
  • Pouillot de Bonelli (phylloscopus bonelli, western Bonelli's warbler), 1+ ind. [bosquet du pique-nique]
  • Fauvette passerinette (sylvia cantillans, subalpine warbler), 1 ind. mâle chanteur ! + 1 ind.
  • Fauvette grisette (sylvia communis, common whitethroat), 1 ind.
  • Fauvette orphée (sylvia hortensis, western orphean warbler), 1 ind. dans un bosquet de bas-fond à sec
  • Prinia à front écailleux (spiloptila clamans, criket warbler), un groupe de 5 à 6 ind. souvent au sol + 1 ind. dans un bosquet de bas-fond à sec
  • Cratérope fauve (turdoides fulva ssp. buchanani, fulvous babbler), groupe de 10+ ind. la plupart du temps observés au sol, très actifs
  • Souïmanga pygmée (hedydipna  platura, pygmy sunbird), 1 ind.
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius senator, woodchat shrike), surtout dans les cordons dunaires entre Diéri et Walo
  • Pie-grièche méridionale (lanius meridionalis, southern grey shrike), 16 ind. en tout (1 + 1 + 2 + 1 + 1 + 1 + 1 ind. près d'un forage + 1 + 1 + 1 près du forage à 56 kms/sud à l'intérieur du Ferlo + 1 + 1 + 1 + 1 + 1 ind.)
  • Corbeau brun (corvus ruficollis, brown-necked raven), cc au sol, 'se faisant des papouilles' puis à l'envol, l'un après l'autre
  • Choucador à ventre roux (lamprotornis pulcher, chestnut-bellied starling), innombrables
  • (Buphage) piqueboeuf à bec jaune (buphagus africanus, yellow-billed oxpecker), ~8 ind. + 12+ ind. sur un seul dromadaire [Forage n°1] 
  • Moineau doré (passer luteus, Sudan golden sparrow)
  • Petit moineau (petronia dendata, bush petronia), au moins 1 ind. observé [campement d'éleveurs Peuhls]
  • Moineau à point jaune (petronia pyrgita ssp. pallida, yellow-spotted petronia), 3+ ind.
  • Alecto à bec blanc (bubalornis albirostris, white-billed buffalo weaver), peu fréquent en cette période trop sèche dans le Ferlo (mais nombreux nids coloniaux)
  • Sporopipe quadrillé (sporopipes frontalis, speckle-fronted weaver), 4 à 5 ind. dans un balanites aegyptiaca
  • Capucin bec-d'argent (euodice cantans, african silverbill), nombreux dont un vol de ~20 ind. avec des moineaux dorés + cc

Lire aussi sur SenegalWildlife (avril 2012): Mission de capture des oiseaux de 'la grande muraille verte' 
Et: Etude d'une communauté avienne sur une savane sahélienne du Ferlo nord, par Gérard J. et Marie-Yvonne Morel, in IRD-Documents, 1978

Ci-dessus: 2014 01 25, corbeau brun à l'envol: une espèce nord-africaine erratique d'hiver au Sénégal, notamment dans le Ferlo
/ © Photo par Frédéric Bacuez


AUTRES:
  • Lièvre des savanes (lepus - microtis - victoriae, west african savanna hare), 1 ind. levé dans un bosquet de bas-fond asséché + 1 ind. levé dans un autre bosquet de bas-fond asséché
  • Agame variable des colons (agama agama), 1 juvénile mâle [bosquet du pique-nique] + 1 autre ind. juv.
Flore: quelques parterres d'euphorbia basalmifera et d'adenium obesum ('baobab du chacal'), les deux espèces étant en pleine floraison.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues