" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

dimanche 12 janvier 2014

12, Khant nord: 1ère preuve de nidification de la foulque macroule au Sénégal depuis 2001 !

2014 01 12 9h15, foulque macroule adulte nourrissant un juvénile dépendant, au marigot de Khant nord / Photo par Frédéric Bacuez


* Aire patrimoniale des Trois-Marigots. Marigot de Khant nord -

Depuis le début du mois de janvier, Alix & Daniel Mignot et Ornithondar constatent la présence de foulques macroules (fulica atra ssp. atra, eurasian cootsur le marigot de Khant nord à chacune de leurs observations ornithologiques in situ. Réputée être une hivernante rare au sud du Sahara, en tout cas irrégulière et très localisée, la foulque macroule pourrait donc gagner le delta sénégalais - et peut-être d'autres sites favorables du Sahel- à l'occasion d'un automne ou d'un hiver rigoureux dans le Paléarctique occidental (Maghreb et Europe). Ce n'est pourtant pas le cas cette année, car si les tempêtes et la pluie y sont tenaces, cet hiver, les températures sont plutôt douces et ne devraient pas pousser au-delà de l'Afrique du Nord cet oiseau aquatique, ou d'autres espèces connues pour leurs visites épisodiques chez nous.

Aujourd'hui, depuis la digue-piste érigée en travers du marigot, nous prenons le temps de rechercher les foulques que nous avions précédemment aperçues ici, toujours au loin, brièvement sur les plans d'eau dégagés avant que les palmipèdes disparaissent dans les herbiers. Nous pensions alors que ces oiseaux-là, deux ou trois individus (Voir ICI sur Ornithondar, 2014 01 2), étaient probablement des foulques immatures en mal d'horizons exotiques; bref, des égarées... 

Trois juvéniles nourris par leurs parents !

A 9h du matin, quelle n'est pas notre surprise d'observer près d'une quinzaine de foulques, à droite comme à gauche de la digue traversière ! Mieux, au moins trois juvéniles de l'année suivent de près leurs parents qui continuent de leur donner la becquée ! Les oisillons sont trop jeunes pour être des migrants de 1er hiver ! A l'évidence, ces presque poussins sont natifs du Khant, après la saison des pluies, notre automne européen... Les foulques adultes arrachent consciencieusement les herbes aquatiques qu'elles tendent aux juvéniles qui, de leur coté, s'essayent à picorer les herbes émergentes, avec curiosité et maladresse.

2014 01 12 9h20, foulques macroules, adulte et juvénile dépendant.
Marigot de Khant nord / Photo par Moïse Guiré pour Ornithondar













Première preuve de nidification depuis janvier 2001 !

Jusqu'au début de ce siècle, la foulque macroule était connue au Sénégal comme seulement hivernante: Gérard Morel rapporte qu'à la mi-décembre 1972 une centaine d'individus avaient été comptés sur le Grand Lac du Djoudj tandis que quatre autres individus se trouvaient sur le Djeuss à la mi-janvier 1973*. C'est donc la première fois, depuis janvier 2001, qu'une preuve de nidification de la foulque macroule est rapportée du delta sénégalais, documentée par Ornithondar (cf. photos ci-contre). Même si cette espèce aquatique est l'une des plus communes du Paléarctique occidental, il est intéressant de savoir que le nord du Sénégal peut être in fine la limite de nidification la plus méridionale de l'espèce - probablement plus souvent nicheuse ici que les rares observations ne le suggèrent. On sait désormais que d'autres espèces paludicoles et aquatiques ont pu nicher dans le delta pendant des décennies sans qu'un seul ornithologue ne le découvre ! C'est le cas de la marouette de Baillon (porzana pusilla), dont on sait depuis peu qu'elle nidifie en nombre, dans la vallée du fleuve Sénégal, alors qu'on pensait qu'elle n'y était qu'hivernante ! C'est dire aussi combien 'nous' sommes peu nombreux à courir ces brousses, marais et steppes pour autre chose que de la chasse ou de l'appropriation de terres... Et, malheureusement, la relève sénégalaise se fera encore longtemps attendre... hors des bureaux et des ateliers de réflexion...

* 'Les migrateurs paléarctiques au Sénégal: notes complémentaires', par Gérard Morel et Francis Roux, in 'Revue d'écologie appliquée, Vol. 27', 1973


Ci-dessous: 2014 01 12 9h15 du matin au marigot de Khant nord, foulques macroules adulte et juvénile dépendant 
/ Photos par Frédéric Bacuez


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues