" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

jeudi 21 février 2013

21, deux huppes fasciées s'offrent un ramphotyphlops brame

2013 02 21 midi, deux huppes fasciées s'offrent un ramphotyphlops ! / Photo par Frédéric Bacuez

* Bango. Lampsar d'eau douce -

MIDI-
Les deux huppes fasciées (upupa epops, hoopoe) qui fréquentent les parages, en couple nuptial depuis quelques jours, arpentent et sondent en sifflotant les sables de la cour, sous les manguiers. L'une d'elles en extirpe ce qui ressemble à un lombric de couleur sombre: il s'agit en réalité d'un (rampho)typhlops brame (ramphotyphlops braminus, flower-pot blind snake), l'un des plus petits serpents au monde - 6 à 15cm pour un diamètre de 1,5 à 4mm, aveugle et parfaitement inoffensif même si le reptile se défend ici comme un beau diable, s'agitant et tentant de mordre pour ne pas finir au fond du gosier du Symorg (cf. photos ci-dessous) ! A plusieurs reprises, la huppe est contrainte de lâcher prise, et même de régurgiter sa proie inhabituelle. Ce relâchement a tôt fait d'attirer un jeune margouillat (agame commun, agama agama, rainbow agama) qui n'a rien perdu de la partie de chasse et court à toute vitesse vers la victime au sol; la huppe sursaute et gonfle sa crête, mais le lézard n'arrive pas, lui aussi, à avaler ou emporter le corps lisse et luisant ! La seconde huppe arrive et tente de prendre les choses en... bec: les deux amants saisissent tour à tour le (rampho)typhlops, le lancent en l'air et tentent de l'achever en l'étouffant sous le bec, puis s'échangent régulièrement le petit serpent comme une offrande (cf. photo en haut de notule). A la fin, l'une d'elles s'envole avec la proie enfin inanimée et pendante dans le bec; la huppe s'installe sur la branche d'un manguier et ingurgite définitivement l'infortuné (rampho)typhlops. La voici repue, elle fait son rôt - à deux reprises, entre deux toilettages méticuleux. Les paupières du célèbre oiseau deviennent lourdes: c'est l'heure de la sieste digestive (cf. photo en bas à d.)...

Ci-après: 2013 02 21, un couple de huppes fasciées s'offre un  typhlops puis digère... 
/ Photos par Frédéric Bacuez




















" Dans une vision que j'eus, se trouva une huppe, perchée et se préparant à avaler une proie. La distance qu'il y avait de l'extrémité de son bec, où elle tenait un ver, à son gosier, par où il devait passer, me jeta dans une méditation indicible, constamment renforcée par celle de l'oiseau immobile..."

- Henri Michaux, rapporté par l'ami Thibault Germain alias Thige



1 commentaire:

  1. bonjour Frédéric,"dans une vision que j'eus, se trouva une huppe, perchée et se préparant à avaler une proie. La distance qu'il y avait de l'extrémité de son bec, où elle tenait un ver, à son gosier, par où il devait passer, me jeta dans une méditation indicible, constamment renforcée par celle de l'oiseau immobile...) page 106 "Misérable miracle" Henri Michaux aux Editions poésie Gallimard, amitiés: thibault

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues