" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

vendredi 4 décembre 2015

4, un coucou didric sur l'île à Morphil - un 4 décembre !?

Coucou didric - crysococcyx caprius, immature sur l'île à Morphil
2015 12 4, 11h / © Photo par Frédéric Bacuez

* Île à Morphil -

4 décembre 2015, 11h-

16°37'51.11"N -14°52'48.36"O: un mâle immature/subadulte de coucou didric (crysococcyx caprius, Diedrik's/Didric cuckoo) dans la plaine alluvionnaire de l'île à Morphil. L'oiseau passe en vol nord-sud à quelques mètres au-dessus du sol et devant la voiture; l'émeraude gagne les acacias épars de la brousse proche. C'est la première fois que j'observe en hiver un didric dans la vallée du fleuve Sénégal. Le coucou didric est, avec le guêpier à gorge blanche (merops albicollis) et le calao à bec noir (tockus nasutus), l'une de ces trois espèces subsahariennes intimement liées aux flux et reflux du Front Inter Tropical (FIT), donc de l'arrivée et du départ de la saison humide. Elles remontent massivement, et bruyamment, peu ou prou avec la lente progression de l'humidité vers les confins sahéliens voire sahélo-sahariens, et redescendent généralement aussi vite qu'elle vers les latitudes soudano-guinéennes, après les pluies. Il s'avère en fait qu'un petit nombre de ces coucous reste en saison sèche, tout au moins dans sa première partie, quand les conditions alimentaires sont encore favorables. A fortiori si la pluviométrie a été généreuse; et si en plus elle a été décalée d'un mois, pourquoi partir, après tout ? La douzaine de mentions post-mousson du parc national du Djoudj (PNOD), collectées par Rodwell & Co sur la période 1984-1994, sont toutes rapportées de novembre à février*, exclusivement de sujets solitaires.
Dans le bas-delta en revanche, à l'ouest du Djoudj et du lac de Guiers, Ornithondar note que la population estivante du coucou didric semble, en effet, exclusivement saisonnière - le temps de la reproduction. Arrivés avec les premières étuves, les oiseaux deviennent invisibles dès la mi-octobre, jeunes y compris. Entre 2008 et 2012, toutes nos mentions bangotines, visuelles et auditives, des sujets présents autour du Djeuss et du delta sénégalais s'échelonnent du 15-25 juin voire 2-9 juillet aux 29 septembre et surtout 1-15 octobre. Ce qui ne veut pas dire que le coucou didric n'est pas déjà arrivé avant ces dates (pré)nuptiales ou encore présent après les dates de disparition - sonore !- du paysage post-mousson. Nous en doutons, pensant que l'oiseau tonitruant, surtout à l'arrivée, est obligatoirement et très vite chanteur. Pour le départ, on pourrait en discuter: le didric étant le coucou le moins discret, et le moins farouche de tous les coucous parasites connus du Sénégal (10 espèces), on peut ici émettre quelques doutes supplémentaires sur sa présence bas-deltaïque hors saison de reproduction. Le didric parasite quasi exclusivement les couvées de tisserins (ploceus sp.).

* 27 11 au 7 02, 'An annotated ckeck-list of birds occurring at the Parc national des oiseaux du Djoudj in Senegal, 1984-1994', 
par S.P. Rodwell, A. Sauvage, S.J.R. Rumsey et A. Bräunlich, in Malimbus 18

Visiblement, les conditions ne sont pas les mêmes, dès que l'on quitte le littoral et le fleuve dans son ultime parcours vers l'océan. Pourrait-il y avoir un lien entre la présence hivernale de quelques didrics le long de la moyenne-vallée et l'adoucissement permanent des eaux suite à l'érection du barrage anti-sel de Diama (1986), à l'aval du Djoudj ? A moins que le décalage de la saison des pluies, cette année (août, septembre, octobre), n'ait eu aussi un impact sur la reproduction de certains oiseaux - dont les tisserins ! Nous l'avons constaté pour d'autres espèces, à Bango, dont les poussins sont sortis du nid plus tard que d'habitude (calao à bec rouge, coucal du Sénégal, gonolek de Barbarie, camaroptère à dos gris).

Voir aussi l'une des notules d'Ornithondar sur le coucou didric:
Le dernier jour du coucou didric: la mousson reflue aussi !, 2011 10 11

Ci-dessous:
16°37'51.11"N -14°52'48.36"O
un coucou didric sur l'île à Morphil, ce 4 décembre...
2015 12 4, 11h / © Photo par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les images pour agrandir -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues