" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

dimanche 21 novembre 2010

21, Biagio le circaète d'Italie est au Sénégal (Part.2)


* Nord du Sénégal, au sud de Rosso, quelque part au bord de la route nationale N2 -

Migrations des rapaces - Progetto Biancone/ Projet Circaète (Ugo Mellone pour le Parc naturel Gallipoli-Cognato, Italie, avec l'Observatoire de la Faune de la Région de Basilicate, Italie, et l'Université d'Alicante, Espagne), Partie sahélienne-Épisode 2

Nota bene: afin de ne pas tenter les djnoun en armes, toujours aux aguets dans les sables et les marais, le suivi satellitaire de Biagio via Google Earth a été prudemment suspendu le 6 novembre (cf. précédente notule sur Biagio, 2010 11 5).  Il ne reprendra qu'à l'occasion de la migration prénuptiale du circaète, au printemps. Les positions GPS sont toujours relevées, mais avec les mêmes précautions celles des 19-20 et 20-21 novembre, les dernières qu'Ugo m'a communiquées, ne sont insérées dans cette notule qu'avec un petit décalage de quelques jours.

Biagio est au Sénégal, dans le delta du fleuve - à ~85 km au nord-est de Saint-Louis !

L'hiver de Biagio, le circaète italien suivi par satellite depuis fin septembre (cf. notule de 2010 11 5, Part.1), se poursuit au Sahel. Durant quinze jours (31 10 - 15 11), Biagio a vagabondé dans les dunes du Trarza mauritanien, reverdies par une mousson exceptionnelle. Après avoir stationné aux confins non inondés de l'Aftout Es Saheli, près de la côte atlantique, notre circaète Jean-Le-Blanc (circaetus gallicus, short-toed eagle, culebrera europea, biancone) a sans doute abondamment profité d'une nature pré saharienne ragaillardie par les vagues de pluies qui, en septembre, sont tombées bien au-delà du 17°N - la limite nord des quartiers d'hiver de circaetus gallicus. Le long ruban de goudron qui remonte du sud-est vers le nord-ouest, depuis le fleuve Sénégal vers Nouakchott est encore un repère que Biagio utilise pour ses déplacements d'automne. En reprenant sa route vers le sud, Biagio a passé la nuit du 14 au 15 novembre au nord-est de Dara (16.65400°N -16.07833°E), toujours en Mauritanie, à quelques encablures cette fois des plaines alluviales du fleuve Sénégal, toujours en terrains secs et sablonneux, mais à peu de distance des dépressions humides.
Hier, Ugo Mellone*, le maître d'oeuvre de l'opération de suivi par GPS m'a signalé que notre circaète est désormais 'sénégalais': Biagio a passé les nuits des 19-20 et 20-21 novembre à quelques encablures de la route nationale N2 Rosso-Saint-Louis, sur les deux rives du marigot naissant du Gorom (16.42800°N -15.87800°E pour la nuit du 19 au 20 novembre; et 16.42583°N -15.87733°E pour la nuit du 20 au 21 novembre). A la croisée des chemins: au nord-est, les immenses plantations de canne à sucre; au nord/nord-ouest, les casiers rizicoles; à l'est/sud-est, le lac de Guiers; à l'ouest, par les méandres du Gorom, les plaines du Djeuss et le parc national du Djoudj (PNOD); au sud/sud-est, la dépression de la 'réserve naturelle' du Ndiaël: Biagio a l'embarras du choix. Je miserais volontiers sur une excursion vers le Ndiaël pour cette semaine ! Les paris sont ouverts !

* Ugo Mellone (parc naturel régional de Gallipoli-Cognato et des Dolomites lucaniennes, Italie), chargé du suivi migratoire de deux circaetus gallicus - projet circaète/progetto biancone:
http://www.parcogallipolicognato.it/ita/web/nav.asp?nav=130 et http://www.wildphoto.it/Agostini-colonizzazioneJRR.pdf 
Également:  http://www.wildphoto.it/mellone 

Ci-dessous: 2010 01 27, circaète Jean-Le-Blanc - immature- au Djoudj (PNOD) / Courtesy photo par François Marmeys pour Ornithondar, DR

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues