" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

lundi 1 novembre 2010

1, galerie: plaine inondée, les digues ont sauté !


* Plaines alluviales, entre Bango et Taba Tache -


Ci-dessus: la digue colmatée par des sacs 'made in Argentine' a néanmoins cédé sous la pression des eaux de crue venues du fleuve Sénégal (à g.) / 2010 11 1, photos par Frédéric Bacuez

Entre la presqu'île de Thiolet - au débouché du Lampsar - et le barrage de Diama, les plaines alluviales naturelles qui bordent le fleuve Sénégal sont cette année largement envahies par les eaux. Les pluies diluviennes de septembre, clôturées par le déluge bien tardif du 17 octobre, et la crue saisonnière du fleuve - accentuée par les lâchers de trop-plein du barrage - ont fini d'achever des digues de terre censées protéger les casiers rizicoles et empêcher avec l'assèchement à venir les remontées salines qui détruisent les sols. Las, la digue n°2, largement fragilisée par les coupes abusives de sa ripisylve stabilisante, a sauté au moins en deux endroits, sous la poussée des eaux débordantes du fleuve Sénégal (cf. photos ci-dessus). Dans un pays où l'Etat n'existe que par l'onirisme et la bureaucratie  - jamais vu un agent de 'terroir' sur le 'terrain' en près de trois années de sorties naturalistes !-, ce sont les villageois qui ont, tant bien que mal, colmaté les brèches avec des sacs 'made in Argentine' remplis d'argile (cf. photo ci-dessus à g.): peine perdue...

     

    



Ci-dessus, de haut en bas et de g. à d.:
- Avant le lever de soleil sur les sansouires (est de la digue protecrice n°2)
- A l'aube, vue sur les plaines alluviales inondées (ouest de la digue protectrice n°2)
- Sansouires à salicornes et tamarix senegalensis, traces de boeuf, de phacochère et... d'Homme (est de la digue protectrice n°2)
- Le fleuve Sénégal, rougi par le limon, affleure la plaine alluviale inondée et enherbée
- Le fleuve Sénégal, depuis la rive sénégalaise, vue sur la partie mauritanienne et la mangrove de Diawas
- Au-dessus des vastes étendues détrempées sous l'herbe, un balbuzard pêcheur tournoie; à l'horizon, sur une vieille dune satbilisée, la 'forêt' de Taba Tache
- Dans la plaine marécageuse piquetée de boqueteaux de tamarix senegalensis et d'acacias
- Marais à nymphaeas lotus (lotier d'Egypte/Lotus tigré)
- Etendues de nymphaeas micrantha et de jonchaies à phragmites vulgaris en pleine croissance
/ 2010 11 1, photos par Frédéric Bacuez
___________________________________________________________

1 commentaire:

  1. Bonsoir Frédéric, magnifiques nénuphars, je commande une pizza; plus sérieusement pas trop de dégats j'espère depuis ces inondations, à bientôt; thibault

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues