" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

vendredi 8 avril 2016

8, des Hirondelles de Guinée nidifient à N'Digué, c'est certain - et peut-être à Gainthe...

Hirondelle de Guinée - Hirundo lucida, à la verticale du pont vanné de N'Digué
2016 04 8, 8h40 / © Photo par Frédéric Bacuez

* Piste du Djeuss au Djoudj. Marais de N'Digué -

MATIN, 9h-9h45-
8 avril 2016. Séjour de Daniel Nussbaumer, 2/7
A pied.

A N'Digué, le marais est presque à sec. Afin de mieux embrasser l'ensemble du site, Daniel Nussbaumer et moi montons sur la grande digue routière: d'un coté, la zone marécageuse, ses buissons de tamaris, ses touffes de massettes et ses tannes; de l'autre, les gigantesques typhaies qui obstruent l'horizon du fleuve Sénégal - et boivent toute l'eau. Entre les deux, il y a ici un petit ouvrage qui autorise le lien humide. Des hirondelles font de la voltige et entrent à intervalles réguliers sous le pont. A grande vitesse, elles virevoltent au-dessus du trou d'eau et de sa roselière voisine avant que de regagner le 'tunnel', pour quelques minutes. Deux garçonnets du village voisin arrivent pour pêcher et se penchent à la balustrade: une bonne huitaine des hirundae quittent la pénombre de l'ouvrage. Mais oui, ce sont bien des Hirondelles de Guinée (hirundo lucida lucida, red-chested swallow) ! De toute évidence, celles-ci nidifient sous la voûte, et il y aurait bien quatre à cinq couples prêts pour la reproduction. Nous n'arrivons pas à voir si les hirondelles transportent des matériaux de construction; il nous paraît cependant qu'elles se contentent de chasser et fréquentent donc des nids déjà construits ou réaménagés pour la saison. Au Sénégal, la reproduction d'hirundo lucida est censée se dérouler de mars à juillet - on assisterait bien ce matin aux prémices du cycle annuel.

Nota: C'est une hirondelle qui n'intéresse pas. D'aspect et de mœurs trop proches de l'européenne et patrimoniale hirondelle rustique, pas assez rare dans la majeure partie de son aire de répartition subsaharienne, l'Hirondelle de Guinée (hirundo lucida lucidared-chested swallow) nous intéresse, nous, à Ornithondar et dans le nord du Sénégal - ou devrait nous y titiller la curiosité... Même les pointilleux Morel, jadis, n'ont pas plus que cela été passionnés par la petite chose, pourtant aussi admirable que sa célèbre cousine eurasienne; et, si l'on prend le temps de l'observer, peut-être plus belle encore, avec ses brillances bleu pétrole irisées, l'immaculé de son corps, l'étendue saturée de sa gorge rousse...

" Nombre d'individus d'Hirundo rustica rustica estivent dans la vallée du Sénégal. Ces non-reproducteurs sont d'observation quotidienne sur les rizières en juin-juillet et se montrent aussi communs à Saint-Louis. Précisément, à cette époque Hirundo lucida lucida niche dans la vallée; dans le même filet à Richard-Toll furent capturés le 13 juillet des exemplaires de chacune des deux espèces. "
- Gérard Morel & Francis Roux, 
'Les migrateurs paléarctiques au Sénégal, II. Passereaux et synthèse générale', in La Terre et la Vie, 1966

Hirondelle de Guinée - Hirundo l. lucida, marais du Technopôle, Dakar
 2016 03 9 / Courtesy © photo par Jérémy Calvo pour Ornithondar

Une espèce probablement en expansion vers le nord du Sénégal

A la vérité, nous possédons peu d'informations sur la distribution de l'Hirondelle de Guinée. Au Sénégal, on estime qu'elle réside à l'année au sud du 15e et surtout du 14e parallèle; y compris dans la péninsule dakaroise du cap Vert où notre collègue Bram Piot de Senegal Wildlife me dit qu"elle (...) doit nicher à Ngor ou aux Almadies car je la vois régulièrement"; et où notre ami Jérémy Calvo l'a photographiée, volant au dessus des marais du Technopôle, le 9 mars dernier (cf. photo ci-dessus). Jugée "abondante" en Gambie. Mais avec une aire de répartition "très morcelée en Afrique occidentale" pour la plupart des observateurs, "uncommon to locally common and sometimes abundant" [del Hoyo et al., 2004] - avec ça on est bien avancé ! Pas mieux quant au statut du passereau: uniquement résident ? Ou bien migrateur afrotropical partiel ? "Mainly resident. Movements occur in some parts of West Africa, e. g. in C. Ghana and S. Benin". Soit. Combien même la cartographie made in BirdLife et UICN ne décrive pas cette hirondelle-là de notre région (fleuve, centre et nord du Sénégal), Morel & Roux dans les années 60' l'ont bel et bien identifiée comme présente en saison humide, dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal, dans les environs de Richard-Toll et autour de l'île à Morphil. Depuis, on pense que cette espèce anthropophile serait partout en augmentation, bénéficiant de la multiplication des ouvrages d'art, en ville comme en brousse... "Le développement de structures artificielles comme les ponts ont procuré de nouveaux sites de nidification et permis à cette espèce d'accroître ses populations." [Daniel Le-Dantec, 2012 - Lire ICI] Même si l'hirondelle de Guinée vit en très petites colonies voire en couples isolés, il est pour nous évident que l'espèce va étendre, et étend déjà son aire géographique quand les conditions l'y autorisent: les sites d'accueil, certes, mais aussi les ressources alimentaires... Et c'est là que les difficultés commencent... L'Hirondelle de Guinée a un faible pour les termites ailés et ces derniers abondent - mais pas autant au Sahel qu'en zone soudanienne, loin s'en faut- si les aléas leur sont favorables, en l'occurrence une bonne répartition spatio-temporelle des pluies de mousson; et une atmosphère exemptée d'insecticides et autres pesticides comme cela devient, au-delà de tout entendement, le nouvel air du bas-delta sénégalais... Ornithondar reviendra sur cette calamité qui laisse aussi indifférent... qu'Hirundo lucida !

Bango, Bombol, Mouit, N'Digué et peut-être à Gainthe...

Le problème, pour en savoir plus des vagabondages d'hirundo lucida lucida, c'est la rareté de l'observateur ornitho', surtout dans la moitié nord du Sénégal. Mais il suffit d'avoir un peu l’œil, et de curiosité, et comme par enchantement notre oiseau apparaît soudainement moins exceptionnel ! Le 19 février dernier, un des écogardes au parc national de la Langue de Barbarie (PNLB, Mouit) me soumettait deux photographies d'hirundae, deux couples perchés sur le fil: banco, il s'agissait bien d'Hirondelles de Guinée ! De notre coté, quand le temps et l'attention le permettent, nous avons identifié Hirundo lucida lucida sur d'autres sites jusqu'alors non décrits pour accueillir l'espèce, même épisodiquement: à Bango, au-dessus de la retenue d'eau douce du Djeuss (février 2013*1); au niveau des installations et vannes sur le canal de Bombol, dans la réserve spéciale d'avifaune du Ndiaël (RSAN, mai 2015*2); à N'Digué, ce matin, mais aussi dans l'après-midi et toujours avec Daniel Nussbaumer quelques individus chassant au ras des sables en lisière de la 'forêt' de Gainthe, dans le coeur du parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD, 8 mars 2016*3) ! Décidément, c'est une invasion !...

Voir:
*1 Une Hirondelle de Guinée avec deux Hirondelles rustiques, in Ornithondar 2013 02 5
*2 Canal de Bombol, à droite et à gauche de la N2: pas pareil !, in Ornithondar 2015 05 14
*3 Voir aussi: 'En piste' vers le Djoudj: les rhynchées peintes de N'Digué, in Ornithondar 2016 04 19

Hirondelles de Guinée - Hirundo lucida lucida,
PC du parc national de la Langue de Barbarie (PNLB)
2016 02 19 / Courtesy © photo par JMD pour Ornithondar

OISEAUX / 21 espèces cochées, 1 sp. entendue
MAMMIFÈRES / 1 espèce cochée

Vu (liste non exhaustive):
  • Cormoran africain (microcarbo ex phalacrocorax africanus, reed / long-tailed cormorant), 1 ind.
  • Crabier chevelu (ardeola ralloides, squacco heron), au moins 1 ind. bien en vue !
  • Râle à bec jaune (amaurornis flavirostra, black crake), dont 1 ind. immature
  • Gallinule poule-d'eau (gallinula chloropus, common moorhen), 2 ind.
  • Talève sultane d'Afrique (porphyrio p. madagascariensis, african swamphen), dont 1 ind. immature
  • Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanus, african jacana), 1 ind.
  • Glaréole à collier (glareola pratincola ssp., collared pratincole ssp.), quelques dizaines d'ind., au sol ou en vol - souvent franchissant le fleuve vers la Mauritanie
  • Gravelot pâtre (charadrius pecuarius, Kittlitz's plover), au moins 2 ind. 
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing), dont 2 + 3 poussins/juvéniles
  • Chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper), 1 ind.
  • Rhynchée peinte (rostratula benghalensis, greater-painted snipe), 3 ind. - dont mâle adulte donnant une leçon à un mâle immature !
  • Sterne hansel (gelochelidon nilotica, gull-billed tern), 1 ind.
  • Tourterelle masquée (oena capensis, Namaqua dove), 1 ind.
  • Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens ssp. shelleyi, african mourning dove), 1 ind.
  • Martinet des maisons (apus affinis ssp. aerobates, little swift), ~10 ind.
  • Martin-pêcheur huppé (alcedo cristata ssp. galerita, Malachite kingfisher), 1 ind.
  • Coliou huppé (à nuque bleue, 'oiseau-souris', urocolius macrourus, blue-naped mousebird),  famille de 10 ind.
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicus, abyssinian roller), 1 ind. houspillé par des tisserins 
  • Hirondelle de Guinée (hirundo lucida lucidared-chested swallow), au moins 4 paires et 1 ind. perché sur les fils électriques (cf. ci-dessus, texte et photos)
  • Hirondelle rustique (hirundo rustica, barn swallow), quelques ind. en migration prénuptiale active S>N
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius senator, woodchat shrike), 1 + 1 ind.
  • Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. capitalis, yellow-backed weaver)

Entendu:
Cisticole roussâtre (cisticola galactotes ssp. amphilectus, greater black-backed cisticola), 1 ind. /

AUTRES:
  • Phacochère commun (phacochoerus africanus, common warthog), 2 ind. cherchant paisiblement pitance dans les marais à sec [de N'Digué]

Grue couronnée noire - balearica pavonina pavonina, prémices de parade nuptiale...
Vallée rizicole du Djeuss 2016 04 8, 7h50 / © Photo par Frédéric Bacuez

* En piste... Bango-Djoudj par la vallée du Djeuss -

MATIN, 7h-9h-
8 avril 2016. Séjour de Daniel Nussbaumer, 2/7
En véhicule type 4x4. Avec de nombreux arrêts...
Temps: comme il faut, idéal ! Profitons-en, la canicule se vengera bientôt, après le départ de Daniel...

OISEAUX / 29 espèces cochées, 2 sp. entendues
MAMMIFÈRES / 1 espèce cochée

Vu:
  • Cormoran africain (microcarbo ex phalacrocorax africanusreed / long-tailed cormorant)
  • Crabier chevelu (ardeola ralloidessquacco heron), 2+ ind. [bolong de Kaïgga]
  • Grande aigrette (egretta alba, great egret), 1 ind. [bolong de Kaïgga]
  • Héron cendré (ardea cinerea, grey heron), 2 + 1 ind.
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduata, white-faced whistling duck), 7+ ind. au repos + dizaines d'ind. en vol au loin
  • Faucon pèlerin (falco peregrinus ssp., peregrine falcon ssp.), 1 ind. perché, sur poteau téléphonique (cf. photo ci-dessous), au-dessus des tamaris à tisserins...
  • Francolin à double éperon (pternistis ex francolinus bicalcaratus, double-spurred francolin), 1 ind. à la course...
  • Râle à bec jaune (amaurornis flavirostrablack crake)west african black crowned crane,
  • Grue couronnée noire (balearica pavonina ssp. pavonina, west african black crowned crane inscrit à la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées de disparition, dans la catégorie Vulnerable/VU-Vulnérable depuis 2010), 2 ind. dans un casier rizicole en jachère: un mâle fait le beau autour d'une femelle... (cf. photo ci-dessus) On dérange, les grues s'envolent...
  • Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanusafrican jacana), 1 ind.
  • Échasse blanche (himantopus himantopus, black-winged stilt), ici et là - et 2 ind. peut-être en train de nidifier à moins qu'elles ne soient au repos ?!
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), 1 + 2 + 1 ind.
  • Chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper)
  • Bécassine des marais (gallinago gallinago, common snipe), 2 ind. à l'envol, au pied de la digue-[piste de Mboubeune]
  • Tourtelette d'Abyssinie (turtur abyssinicus, black-billed wood dove), 1 ind. [piste-digue de Bango]
  • Mouette à tête grise (larus cirrocephalus ssp. poiiocephalus, grey-headed gull)
  • Sterne caspienne (hydropogne caspia, caspian tern)
  • Martin-pêcheur pie (ceryle rudis, pied kingfisher), 2 ind. + 4 ind. [vannes des canaux] + 2 ind. [canal J]
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicusabyssinian roller), 1 ind. ad. [Ndiouguette] + 1 + 1 ind.
  • Calao à bec rouge (tockus kempi, western red-billed hornbill), 1 ind. avec un calao à bec noir
  • Calao à bec noir (tockus nasutus, african grey hornbill), 1 ind. immature avec un calao à bec rouge !
  • Hirondelle de rivage (riparia riparia, common sand martin), dizaines d'ind. en vol du matin
  • Hirondelle rustique (hirundo rustica, barn swallow), 50+ ind. en migration active, avec des hirondelles de rivage + 1 ind. adulte en solo !
  • Bergeronnette grise (motacilla alba, white wagtail), 1 ind. [canal]
  • Bergeronnette printanière (motacilla flava ssp. flava, yellow wagtail), 1 ind.
  • Bulbul des jardins (pycnonotus barbarus, common bulbul), 1 ind.
  • Moinelette à oreillons blancs (eremopterix leucotis ssp. melanocephalus, chestnut-backed sparrow lark), 2 ind., mâle et femelle [Taba Treiche]
  • Moineau doré (passer luteus, Sudan golden sparrow), dont un joli mâle nuptial pour Daniel ! [Taba Treiche]
  • Travailleur à bec rouge (quelea quelea, red-billed quelea)

Faucon pèlerin - falco peregrinus ssp., à l'affût (de chasse)
Vallée du Djeuss 2016 04 8, 8h55 / © Photo par Frédéric Bacuez


Entendu:
Bulbul des jardins (pycnonotus barbarus) / Phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenus, sedge warbler) / Prinia modeste (prinia sublava, tawny-flanked prinia) /

AUTRES:
  • Patas 'singe rouge' (erythrocebus patas, patas monkey), au petit matin, plusieurs ind. traversant la digue pour gagner l'abreuvoir du Djeuss [piste-digue de Mboubeune]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues