" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

jeudi 8 novembre 2012

8, le dauphin abandonné comme un détritus sur la plage

Ci-dessus et en bas: 2012 10 24, stenella frontalis à la renverse sur la plage de Ndar Toute
/ Courtesy photos par Alain-Paul Mallard pour Flickr et Ornithondar

* Saint-Louis-du-Sénégal. Langue de Barbarie-

Le 24 octobre dernier, l'ami Alain-Paul Mallard a photographié un dauphin tacheté de l'Atlantique (stenella frontalis, Atlantic spotted dolphin)* en état de décomposition avancé sur la plage de Ndar Toute. On ne sait pas si le cétacé s'est échoué là, mort ou vif, ou s'il a été ramené noyé, voire agonisant, dans les mailles de nos valeureux pêcheurs; en général, les artisans comme les industriels de la pêche hauturière - enfin, pas tous...- se débarrassent au plus vite de ces prises dites accidentelles et rendent à l'océan le cadavre de l'infortuné chéri des petits d'Homme... On ne saura jamais si la bête a été dépecée in situ par une ribambelle d'enfants et de femmes, trop heureux d'avoir à moindre frais de la chair, même faisandée, pour agrémenter le riz de plus en plus maigre de poissons... Il ne manque pas de convives pour se nourrir au plus pressé, sur cette plage de tous les immondices, véritable décharge, toilettes et cimetière à ciel ouvert: chiens errants, chats faméliques, milans parasites et corbeaux pies, mouettes et goélands, crabes et une myriade d'insectes de sable. Les connaisseurs ne seront pas surpris, évidemment, que dans ce tohu bohu de la Langue de Barbarie urbanisée (Goxuumbacc, Ndar Toute, Guet N'Dar, l'une des plus fortes densités humaines au monde - Gaza, sans les barbelés... mais plus miséreux), il n'y ait aucune âme non pas charitable mais responsable pour enterrer ou faire enterrer le cétacé putride et malodorant... Il ne manque pourtant pas, dans cette antichambre du paradis, de jeunes talibés obligés et serviles, harmonieusement du décor... Le Sénégalais met grand soin à entretenir sa cour, même dans ces quartiers populeux promis à la submersion; en revanche il se fout totalement du domaine public. Et méprise celle ou celui qui aurait l'idée saugrenue de nettoyer la merde collective ! Quant à la municipalité, à l'Etat et aux lettrés de tous bords, laïques et religieux, seules la rhétorique et la joute politicienne les (pré)occupent.

* http://www.cms.int/reports/small_cetaceans/data/S_frontalis/s_frontalis.htm

Nota 1:
Treize espèces de delphinidés peuvent fréquenter, jusque là, le littoral sénégalais de la Grande Côte:
le dauphin tacheté de l'Atlantique (stenella frontalis, ) / le dauphin tacheté (stenella attenuata) / le dauphin commun (delphinus delphis) / le dauphin bleu et blanc (stenella coerleoalba) / le dauphin à long bec (stenella longirostris) / le sténo (steno bredanensis) / le grand dauphin (tursiops truncatus) / le dauphin de Fraser (lagenodelphis hosei) / le dauphin de Risso (grampus griseus) / le cachalot nain (kogia sima) / l'orque commune (orcino orca) / le péponocéphale (peponocephala electra) / le globicéphale tropical (globicephala macrorhynchus, cf. http://ornithondar.blogspot.com/2008/05/21-pres-dune-centaine-de-globicephales.html)

Nota 2:
http://www.greenpeace.org/africa/fr/Multimedia/Slideshow/La-mort-inexpliquee-despeces-marines-dans-les-eaux-Senegelais-/

En rappel, sur Ornithondar:
http://ornithondar.blogspot.fr/2011/05/22-echouages-senegalais.html
http://ornithondar.blogspot.com/2004/06/21-une-hecatombe-de-dauphins-et-de.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues