" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

lundi 21 juin 2004

21, une hécatombe de dauphins, de baleines et de tortues


* De Saint-Louis (Sénégal) à Nouakchott (Mauritanie) -


'Longitude 181 Nature' et l'ong sénégalaise Oceanium ont mené deux expéditions sur la plage de 350 kilomètres qui court de Saint-Louis-du-Sénégal à Nouakchott, capitale de la Mauritanie, suite à de nombreux signalements d'échouages de cétacés sur la côte des deux pays.
- Entre le 17 et le 20 juin, Longitude 181 Nature note en effet "une hécatombe massive de dauphins échoués en début de mois -sans doute vers le 4 juin". L'association marine relève ~60 cadavres de dauphins (d'environ 1,80 m) dispersés tout au long de la rive sableuse de l'Atlantique; les restes 2 globicéphales; de quelques tortues vertes (chelonia mydas) et tortues luth (dermochelys coriacea); ainsi que des diodons et plusieurs poissons de grande taille.
- Le 19 juin, 1 jeune cachalot "en bon état" est trouvé échoué sur la Langue de Barbarie, à Saint-Louis.
- Avant le 18 juin, l'ong dakaroise Oceanium comptabilise sur la côte mauritanienne les cadavres de 136 dauphins, 4 baleines, 2 tortues ! Le médiatique leader d'Oceanium, Haïdar El Ali, n'hésite pas à incriminer la société australienne de recherches pétrolières Woodside, qui opère en mer sur les confins sénégalo-mauritaniens*, sans aucune mesure de vigilance environnementale, d'être à l'origine de cette énième hécatombe (cf. rapport de 2003 06).

Ci-contre: 'dauphins et baleines du Cap Vert et d'Afrique occidentale'


* Par temps clair, on peut voir les plate formes pétrolières au large, depuis la plage saint-louisienne de Sal Sal, frontalière de la Mauritanie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues