" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" (...) la biodiversité, très sincèrement, tout le monde s'en fiche, à part quelques-uns ! "
- Nicolas Hulot, 2018 03 21

mercredi 29 novembre 2017

20, big bang chez les Laniidés: les pies-grièches méridionales ont été 'splittées' !

Pie-grièche (d'Afrique du nord) du désert - lanius elegans ssp. elegans
brousses de Toddé, bas-delta du Sénégal 2017 11 20, 13h53 / © Photo par Frédéric Bacuez
* Bas-delta du Sénégal -

20 novembre 2017. APREM'-

A la vérité, on ne l'observe pas si souvent sur nos marges sahélo-sahariennes, la sévère dame grise-noire-et-blanche... C'est aux heures vaporeuses qu'on a le plus de chance de rencontrer celle qu'on nommait jusqu'à récemment la pie-grièche méridionale - éventuellement dite du Sahara, pour la différencier de l'ibère nominale ! Elle daigne alors se laisser voir, en général au plus haut d'un épineux bien acéré. Avec vue panoramique sur la plaine alluviale, ou le bas-fond herbacé. Il est 13h30, ce jour, il fait au moins 34°, et en voici une à la cime d'un esseulé balanites aegyptiaca, surveillant méticuleusement son périmètre de chasse hivernale (cf. photo en haut de notule). Farouche comme toujours, visiblement méfiante envers le bipède trop entreprenant, préférant le plus souvent gagner d'autres arbrisseaux, un peu plus loin, pour qu'on lui foute la paix ! Pas du genre coopératif, ni sociable, l'animal... Dans le même esprit que sa cousine la pie-grièche grise (lanius excubitor), résidente paléarctique et erratique intra-européenne plus que migratrice (de très faible distance), et chez laquelle j'ai constaté semblable aversion pour les Hommes, cet automne dans la plaine de Passy, en Haute-Savoie (France).

Eh bien, la pie-grièche méridionale, lanius meridionalis, c'est fini, has been ! La science (toubab) a parlé ! Sous nos latitudes 'méridionales' et dépendantes il faudra désormais nous habituer à parler, en lieu et place et dans les dîners mondains, de pies-grièches du désert, lanius elegans elegans, en plus des sahéliennes lanius leucopygos, cette dernière race étant absente de notre septentrion occidental du Sénégal ! Car la pie-grièche méridionale (originelle) vient d'être séparée du taxon nord-africain, dès lors défini comme pie-grièche d'Afrique du nord et lui-même divisé en deux sous-espèces, lanius elegans elegans (pie-grièche du désert) et lanius elegans algeriensis (pie-grièche d'Algérie). L'elegans, des contreforts 'méridionaux' des Atlas et des franges sahariennes hiverne dans notre Sahel; l'algeriensis, des plaines littorales atlantiques et méditerranéennes ne serait pas migratrice. Quant à leucopygos, comme elle est de l'Afrique subsaharienne occidentale, on ne sait pas grand chose de son éthologie, de ses éventuels déplacements saisonniers, et même de sa distribution - on attend avec gourmandise les révélations diopiennes (sic) de la recherche scientifique régionale... Vous suivez ? Non ? La séance de rattrapage vient ci-après, sous forme d'un dialogue à trois... Autrement, tant pis pour vous - c'est que vous n'êtes pas des poètes, ha ha ha !

Dialogue tripartite
(Maroc-Sénégal-France)

" - Benoît, ne serait-ce pas plutôt Lanius meridionalis ssp. algeriensis (d'Algérie, algerian grey shrike), essentiellement côtière, ou la ssp. elegans réputée plus déserticole (du Sahara, Biskra grey shrike), avec des déplacements hivernaux pour cette dernière vers les confins sahéliens d'Afrique occidentale ?

- Non, de récentes études génétiques* montrent qu'il faut élever au rang d'espèce la pie-grièche d'Afrique du nord (Lanius elegans avec 2 sous-espèces) et bien la séparer de celle d'Espagne (Lanius meridionalis)

- Merci pour cette précision, Benoît, qui va m'obliger à réécrire mes listes sénégalaises, ha ha ha !

- Dans Les Oiseaux du Sahara Atlantique Marocain, de P. Bergier, M. Thévenot et A. Qninba (2017), la pie-grièche méridionale est bien reconnue monotypique, et il est bien dit que les pies-grièches d'Afrique du nord ne peuvent lui être rattachées. Ces auteurs se basent, notamment, sur une publication de 2010 de Olsson et al. (études génétiques) [* voir en annexe, ndlr.] (...) A partir de leurs résultats, Olsson et al. proposent deux options taxonomiques: soit rattacher les pies-grièches d'Afrique du nord à Lanius excubitor [pie-grièche grise, ndlr.] (dont elles seraient plus proches génétiquement que L. meridionalis), soit les élever au rang d'espèce. Dans ce cas et pour une question d'antériorité de description (nous disent Bergier et al., 2017), il convient de les nommer Lanius elegans (pie-grièche du désert), avec deux sous-espèces reconnues, L. e. algeriensis et L. e. elegans (solution retenue par Bergier et al.) "

(nouvelle) distribution mondiale des pies-grièches grises et méridionales...
In Molecular Phylogenetics and Evolution n° 55, 2010
Courtesy Ali Mehadji pour GOMAC (Maroc) et... Ornithondar (Sénégal) !
* En savoir (bien) plus:
The Lanius excubitor (Aves, Passeriformes) conundrum—Taxonomic dilemma when molecular and non-molecular data tell different stories [PDF, merci à Joost Brouwer et Bram Piot pour la version intégrale]
Ou ICI [résumé]
par Urban Olsson, Per Alström, Lars Svensson, Mansour Aliabadian, Per Sundberg et al.
in Molecular Phylogenetics and Evolution n° 55, mai 2010
Mitochondrial DNA points to Lanius meridionalis as a polyphyletic species
par Tilman E. Klassert, Francisco Campos, Maria A. Hernandez, Mariano Hernandez Ferrer et al.,
in Molecular Phylogenetics and Evolution n° 47, juillet 2008 

Nota: la toute nouvelle pie-grièche du désert (lanius elegans ssp. elegans) reste un hôte migrateur "régulier et pas rare dans le nord du Ferlo, au sud de Richard-Toll, particulièrement les mois d'"hiver" (Morel & Roux, 1966)."*1 Pour notre part nous l'avons bien plus observée à l'est du lac de Guier, avec parfois de fortes densités dans le Kooya et le Ferlo septentrional en effet que dans le bas-delta proprement dit. Dans la vallée, cette pie-grièche est nettement moins commune que la pie-grièche à tête rousse (lanius senator ssp.) et se retrouve volontiers dans les terres basses et fluviales soumises aux crues à condition qu'il y ait de loin en loin des acacias ou des substituts comme les prosopis, taillés comme des gommiers... Et un tapis herbacé peu élevé, ou alors buissonnant mais clairsemé autour des tannes asséchées sur lesquelles le passereau vient saisir au sol ses proies - à plus de 80% des insectes ailés, complétés de quelques lézards sp.... En onze années de billebaudes, je n'ai jamais pu découvrir un de ces fameux lardoirs qui font ailleurs la réputation 'tortionnaire' de l'oiseau ! 
Cette pie-grièche des contrées arides semble plus tributaire des ressources alimentaires que de territoires saisonniers: de nombreux auteurs l'ont signalée, à l'occasion, au sud de son aire de répartition hivernale, parfois tard en saison, laissant penser que des sujets non reproducteurs stationnent durablement au sud du Sahara, certaines années. Morel & Morel*1, encore et toujours, ont collecté des observations "au sud du Ferlo, par 15°10N, début juin", "entre Kaolack et Tataguine" un 13 janvier, et même vers "Tambacounda", en région des savanes ! Plus récemment, nos camarades 'méridionaux' ont pu noter notre pie-grièche du désert de régions aussi inattendues que Dakar (Paul Robinson au Technopole !), ou le Sine Saloum (Simon Cavaillès & Co à Kousmar) - s'il ne s'agit pas de L. leucopygos, si proche et délicate à différencier ?! Le 18 février 2017, c'est Bram Piot qui photographie sur la Petite Côte du coté de Palmarin une pie-grièche de 1er hiver qu'il pense être une 'désertique' elegans elegans*2... Décidément, à croire que le pays se sahélise de plus en plus, malgré la lutte héroïque des uns et des autres contre réchauffement et désertification, ha ha ha ! A quoi bon rester dans mes sables septentrionaux si les rares espèces qui en faisaient l'attrait, même marginal, descendent rejoindre leurs piafs-à-eux, les sudistes ? Pfffffffff...

*1 in Les Oiseaux de Sénégambie, par Marie-Yvonne & Gérard J. Morel
*2 Palmarin 18-19/2 2017, par Bram Piot in SenegalWildlife - Birdwatching in Senegal
Hélas (pas encore !), ni Lanius leucopygos ni Lanius elegans elegans dans le dernier, et remarquable inventaire des oiseaux de la réserve naturelle communautaire de Boundou, dans l'est du pays, réalisé du 22 octobre au 7 novembre 2017 par des volontaires français, suisses et sénégalais emmenés par Gabriel Caucanas et rédigé par Thibaut Rivière

Additif [2017 12 14]:
Qu'est-ce qu'on disait ci-dessus, pour conclure ?! Ornithondar apprend [correspondances Bram Piot, Miguel Lecoq et Joost Brouwer] qu'une très intéressante observation, avec photographies, d'une pie-grièche méridionale ("first-year") a été faite le 20 novembre dernier (2017) par Gabriel C. précisément sur l'île de Pecixe, la plus continentale des fameuses îles de l'archipel des Bijagos (Bissagos), en Guinée-Bissau. "According Miguel Lecoq, it may well be a first country record - nice one ! In Senegal, we've had quite a few records further south than usual recently, incl. in the Saloum delta", écrit Bram à notre heureux cocheur. Quant à savoir s'il s'agissait d'une authentique saharienne elegans ou d'une ouest-africaine leucopygos, impossible en effet de se prononcer: aucune des deux sous-espèces n'est répertoriée de la Guinée Bissau. Au plus proche de Pecixe, des Lanius d'un jizz voisin seule la pie-grièche fiscale (lanius collaris) peut/pourrait 'officiellement' être contactée, dans la région de Gaoual en Guinée francophone, et ce n'est pas la brousse d'à coté !

Voir aussi la banque de données ouest-africaines (essentiellement Tchad et Niger) de Joost Brouwer:
Observations for Southern Grey Shrike, in WABDaB.org - West African Bird DataBase

Ci-dessous:
pie-grièche du désert - lanius elegans ssp. elegans
hivernante dans la plaine alluviale du fleuve Sénégal entre Bango et Diama
2013 02 17, 13h30 / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues