" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

jeudi 8 septembre 2011

7-8, AW(06) le balbuzard anglais a déjà traversé le Sénégal !


Ci-dessus: AW(06) et son émetteur satellitaire, Rutland water reserve, Leicestershire, Angleterre / Courtesy Rutland Osprey Project

* Sahel, centre-nord du Sénégal. 'Réserve de faune du Ferlo nord' -

AW(06) est un balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey) originaire du Rutland water reserve, en Angleterre, âgé de cinq ans... et déjà deux fois heureux papa (2011 et 2010). Comme son congénère mâle 09(98) et à l'occasion de leur migration d'automne vers l'Afrique subsaharienne, AW a été équipé d'une balise GPS, afin de mieux suivre et comprendre les deux grands voyages annuels de nos fameux aigles pêcheurs européens. Si 09 a abandonné sa campagne du Leicestershire le 2 septembre, AW a quitté l'Angleterre le 29 août. Après avoir traversé le Channel, AW s'est probablement restauré sur la Seine, en France, à  20 km au nord-ouest de la Tour Eiffel parisienne, a continué sa route vers le sud-ouest via la ville d'Orléans - au sud de laquelle ont été réintroduits avec succès les premiers balbus continentaux de France, il y a quelques années. Par les Pyrénées occidentales AW est entré en Espagne où notre balbu satellitaire a contourné Madrid par l'est avant d'atteindre les environs de la célèbre station balnéaire de Marbella. Sans se soucier d'aborder l'Afrique par le passage le plus fréquenté - le Détroit de Gibraltar-, AW a survolé la Méditerranée très au large de Ceuta pour entrer au Maroc à l'embouchure de l'oued Laou. A hauteur de Marrakech, AW n'affronte pas la vertigineuse barrière du Haut-Atlas, préférant le longer vers l'ouest et les contreforts atlantiques du Haha pour rejoindre Agadir. Le solide rapace parcourt 820 kilomètres en 24 heures, juste avant de se reposer aux portes du Sahara, à même le sol. Le désert est survolé en ligne droite, par la Saguia el Hamra du Sahara occidental puis la Mauritanie: le 6 septembre à 17h, AW est à 128 kilomètres au nord du Sénégal, aux confins saharo-sahéliens. Il ne lui a fallu que trois jours pour enjamber l'impitoyable Sahara !

Seulement vingt-huit heures au Sénégal !

Par-dessus le lac d'Aleg (Mauritanie), AW atteint et traverse le fleuve Sénégal le mercredi 7 septembre à 14h, à une altitude de 260 mètres ; à 15h, il est déjà à 28 kilomètres au sud du fleuve et du village de Galoya, en territoire sénégalais. Encore 50 kilomètres en vol sud-ouest puis bifurcation vers le sud-est: à 21h, AW passe la nuit dans la 'réserve de faune du Ferlo-nord' (comme le coucou Lyster - un autre anglais !-, il y a quelques jours, cf. http://ornithondar.blogspot.com/2011/09/1-des-coucous-bagues-en-angleterre-de.html). Le 8 septembre peu avant 9h du matin, AW reprend la route du sud: il passe à proximité de Tambacounda, au seuil des grandes savanes arborées du Niokolo Koba, et longe la frontière gambienne pour atteindre rapidement la Guinée-Bissau, dès 18h. A 19h30 au crépuscule notre balbuzard se pose dans la mangrove du Rio Corubal, à la frontière des deux Guinée, lusophone et francophone - pas de jaloux ! Aujourd'hui, AW a parcouru 350 kilomètres, de la brousse épineuse du Ferlo - reverdi par la mousson, à l'exubérante végétation tropicale du Golfe de Guinée.

Lire, Sénégal 09/8: http://www.ospreys.org.uk/aw-reaches-guinea-bissau-now-how-much-further/

Et tout le 'journal de voyage' d'AW (cf. aussi la carte ci-dessous à d.):
http://www.ospreys.org.uk/category/satellite-tracking/osprey-aw/




* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -

MATIN, 10h20-
Juste devant la balustrade de Keur Lampsar: venant de l'est et du Lampsar 'doux', un magnifique balbuzard (pandion haliaetus, osprey) au plumage propre, net, très contrasté (bien blanc en dessous, sombre dessus) passe en vol plané à faible altitude; sans vagabonder ni cercler, le bel oiseau se dirige vers la grande baie devant les mangroves de Thiolet où il 'ramasse' aussitôt, sans même plonger, un poisson de belle taille avant de poursuivre son vol sans effort, la prise dans les serres. A son passage devant les bosquets de palétuviers, le couple de pygargues vocifères (haliaeetus vocifer, african fish eagle) qui y a établi un perchoir ces derniers jours se met à saluer le cousin 'manche longue' d'Europe - ou son arrivée postnuptiale ?- avec force vociférations ! Je ne sais pas, mais j'ai l'impression qu'en effet ce balbuzard vient d'achever ici sa migration postnuptiale... Car si AW d'Angleterre préfère la Guinée-Bissau au Sénégal, qu'à cela ne tienne: il y en a des dizaines qui choisissent notre delta pour l'hiver, alléluia !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues