" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

mercredi 28 septembre 2011

28, locustelle tachetée et pouillot véloce à l'abreuvoir

* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -

MIDI-
Quelques jours après le retour  dans le jardin d'1 hypolaïs obscure (hippolais opaca, western olivaceous warbler), vocale mais furtive, c'est 1 premier pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff)  qui sautille de branche en branche - et 'frémit' typiquement des ailes et de la queue -, dans le flamboyant.


Peu après midi, le pouillot (re)découvre l'abreuvoir installé sur un poteau sous les branches basses d'un baobab: la baignade est tentante et le petit oiseau y trempe timidement les plumes, encore prudent. Soudain dans les jumelles, sur le rebord de l'abreuvoir et juste à coté du pouillot, 1 locustelle tachetée (locustella naevia, grasshopper warbler, cf. ci-contre) fait une apparition inattendue de quelques minutes, le temps de s'abreuver avec l'autre passereau migrant. A peine plus grande que le pouillot, cette locustelle dans sa position classique, comme tapie, a exceptionnellement le cou et le haut de la poitrine très marqués de stries, comme un bavoir.
Je suis aux anges: il y a des mois que je n'avais identifié une nouvelle espèce dans le bas-delta sénégalais, d'autant que les locustelles (ici en hiver les locustella naevia et locustella luscinioides) sont particulièrement difficiles à observer dans leur milieu, les prairies touffues au bord des marais. Dans les herbiers du Lampsar d'eau douce, je n'avais aperçu que des locustelles luscinioïdes (locustella luscinioides, Savi's warbler), bien plus furtives que les gorgebleues à miroir (luscinia svecica) et les rousserolles effarvattes (acrocephalus scirpaceus).

Au même abreuvoir et sur les branches du baobab: des bulbuls des jardins (pycnonotus barbatus, common bulbul), et un couple de capucins bec-d'argent (euodice cantans, african silverbill) avec 1 juvénile encore à la becquée.

Sur la berge inondée par la seconde crue du mois: 6 bulbuls des jardins (pycnonotus barbatus) et autant de moineaux domestiques (passer domesticus, house sparrow) chassent les insectes qui fuient l'inondation. Le chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper) continue sa collecte d'insectes sur le tapis de tiges mortes de massettes rapportées par la crue dans les herbes du rivage. Les varans du Nil (varanus niloticus, Nile monitor) se mettent au sec là où ils peuvent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues