" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

mercredi 2 septembre 2009

2, le flamboyant et le barbican de Vieillot


* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -
Pluies : Matam, traces / Bakel, 6,1 mm / Ranerou, 10,8 mm /
Nota : la perturbation cyclonique qui a traversé de part en part l'Afrique occidentale a fini sa course terrestre au Sénégal, le 2 septembre, donnant des pluies par endroits soutenues mais moindres qu'envisagées, sur le centre sud et le sud du pays (exemples : Kedougou, 45,3 mm / Nioro, 70,0 mm / Cap-Skirring, 62,5 mm)

MIDI-
2 barbicans de Vieillot (lybius vieilotti, vieillot's barbet, cf. photo ci-contre) chantent dans le flamboyant (voir photos ci-après); l'un d'eux prend du temps pour se laver le plumage, lui enlever ses parasites, le lisser... Autour d'eux, dans les branches, 2 amarantes du Sénégal (lagonosticta senegala, red-billed firefinch), des bulbuls des jardins (pycnonotus barbatus, common bulbul), les souïmangas à poitrine rouge (chalcomitra senegalensis, scarlet-chested sunbird), et les inévitables moineaux domestiques (passer domesticus, house sparrow) de la cour, tous intrigués par les visiteurs !

Ci-dessus : barbican de Vieillot sur un eucalyptus, Bango 2009 02
/ Photo courtesy Daniel Gleitz, droits réservés

Nota : solidement enraciné dans l'antique dune occupée par ma cour, mon flamboyant (delonix regia, originaire de Madagascar), bas mais très étale, a continué de produire des fleurs pendant toute la mousson (cf. photos ci-dessous, 2009 08 1) ! Ce n'était pas le cas l'an passé. Du coup, les souïmangas à poitrine rouge, qui ont réellement un faible pour les couleurs écarlates - et pas seulement pour le nectar des fleurs rouges !-, font concurrence aux moineaux domestiques qui occupent le vieil arbre dans la journée. Le vénérable parasol qu'il fait attire de nombreuses espèces qui s'y abritent de la pluie en saison des pluies. Et toute l'année, même quand il perd toutes ses feuilles à l'automne, les résidents pics goertan, crombecs sitelles, parfois un barbion à front jaune, et les hivernants pouillots, fauvettes et hypolaïs, profitent de la tendresse de son bois pour l'écorcer et se régaler des insectes !

Ci-dessous : le mouton pendu à l'envers (!) et le déjeuner sur l'herbe, euh... sur le sable, mais sous le flamboyant
Bango, il y a un mois, 2009 08 1 / Photos par Frédéric Bacuez dit Fretback













____________________________________________________________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues