" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

vendredi 27 mars 2015

27, Ranch de Bango: un guêpier à gorge blanche bien précoce !

Guêpier à gorge blanche, zone sylvo-pastorale des Six forages, Ferlo 2011 

* Ranch de Bango -

FIN d'APREM'-
Vu un guêpier à gorge blanche (merops albicolliswhite-throated bee-eater) à la cime de deux prosopis voisins, dans l'enceinte du garage du Ranch de Bango (cf. photo ci-contre): une première fois du coin de l'oeil, l'oiseau remontant du sol dans l'un des deux arbres; puis, par deux fois - y compris dans la longue-vue-, à partir de la diguette du marais proche: le guêpier observait les environs du bosquet, depuis le faîte des prosopis. L'oiseau n'est pas un adulte, les brins de la queue n'étant pas très visibles.

Ci-contre: les prosopis du guêpier à gorge blanche
2015 03 27 17h35 / © Photo par Frédéric Bacuez


Nota 1: le guêpier à gorge blanche est un migrateur intra africain bien connu des naturalistes et des... agriculteurs de l'Afrique soudano-sahélienne. Comme le calao à bec noir (tockus nasutus, Lire ICI sur Ornithondar) ou le coucou didric (chrysococcyx caprius) il annonce la remontée ou le reflux des vents de mousson annonciateurs de la saison humide puis de la saison sèche. Les passages 'printanier' et 'automnal' de ces trois espèces sont groupés et bruyants. A haute altitude comme les guêpiers à gorge blanche: même de la ville agitée, par exemple à Ouagadougou (Burkina Faso), on peut d'en bas entendre leur passée sud-nord dans le ciel surchauffé des mois d'avril et mai ! Au ras des petits arbres ou des champs en train d'être récoltés comme les calaos à bec noir, en vols nord-sud lâches et ondulants... Comme pour nombre d'espèces afrotropicales qui suivent les flux et les reflux de la mousson, le déplacement des oiseaux du Golfe de Guinée vers les confins soudano-sahéliens est plus étalé lors de la remontée sud-nord du Front de convergence inter tropical (FIT) qu'à l'occasion de son repli vers la ceinture forestière. Rien de surprenant quand on sait que l'installation de l'hivernage (la période propice à l'agriculture tributaire des averses de la mousson) est beaucoup plus complexe et aléatoire, lente et capricieuse que la fin des pluies, assez radicale: de mars à juillet voire début août sur les marges sahariennes, dans le premier cas; octobre, parfois même mi-septembre, rarement novembre, dans le second cas.

Nota 2: cette première observation 'printanière' de l'année d'un guêpier à gorge blanche dans le bas-delta du Sénégal est la plus précoce jamais faite par Ornithondar - depuis 2006 en tout cas... A la fin des années 2000 et au début de la décennie suivante nous avions documenté l'arrivée et le départ de deux espèces symboliques dans la zone, chrysococcyx caprius et merops albicollis. En ce qui concerne le guêpier à gorge blanche, nous avions noté que l'arrivée dans le nord sénégalais est progressive et aléatoire comme, en effet, les flux de la mousson... Le départ, là aussi, est plus restreint dans le temps.

2008: du 7/06 au 21/10
2009: du 22/04 au 26/10
2010: du 17/05 au 1/11

2015: premier guêpier albicollis le 27/03 !

Du Golfe de Guinée et de l'équateur (en bleu) au Sahel (en jaune)
/ Courtesy Aerien.ch/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues