" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

mercredi 8 février 2012

8, sale(s) temps pour les oiseaux, aussi


Ci-dessus: l'harmattan sur le Ngalam / Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Pourtours du Sahara -

Du jamais vu depuis l'hiver '54, au nord du Sahara ! Après les flocons sur les palmiers de Figuig, il y a quelques semaines, voilà qu'en quelques heures les températures sont tombées de +19° à -1° dans une grande partie des plaines marocaines et algériennes: il a fait -2° à Rabat, -3° à Fez et Meknès, -1° à Tétouan, au nord, comme à Ouarzazate, au sud ! La semaine dernière, la station de ski d'Ifrane pleurait encore son manque récurrent de neige, après un automne bien sec; sept jours plus tard, il fait -6° dans la vosgienne cité du Moyen-Atlas marocain, et les douars montagnards s'enfoncent allègrement sous les -10°; la neige descend jusque dans la riche plaine agricole du Saïs...
Au sud du Sahara, réfrigéré par les pressions sibériennes et violemment poussé par le vent du nord-est, l'harmattan saisonnier fait aussi des siennes: la poussière du Djourab tchadien ne se contente pas d'envelopper le Sahel de son linceul orange, elle gagne rapidement les savanes du nord et du centre de la Côte d'Ivoire ou du Ghana. A Ouagadougou, voitures et mobylettes roulaient tous phares allumés, en plein jour: si la visibilité était de moins de 600 m dans la capitale burkinabè, elle était de 100 m à Bamako, sa cousine du Mali voisin, grelottant dans ses +14° nocturnes. Là, le Djoliba (fleuve Niger) était noyé par un épais brouillard ocre, ce 7 février. Comme le Sénégal à Ndar (Saint-Louis).
En souhaitant que la première vague d'hirondelles précoces (cf. http://ornithondar.blogspot.com/2012/01/24-25-apres-la-vaguelette-de-froid-des.html et http://ornithondar.blogspot.com/2012/01/21-des-dizaines-dhirondelles-de-rivage.html) remontant vers le nord soit passée avant les intempéries des deux rivages sahariens, on se dit que ces frimas ne viendront pas perturber une migration prénuptiale qui ne débutera vraiment que dans deux à trois semaines, ouf... Pour la survie de nos oiseaux dans le delta sénégalais, ce qui est vital, c'est l'absence de pluie froide et de trop durables températures sous +10°: au Sahel, ce n'est pas encore l'hiver 2002 (cf. http://www.afrik.com/article3936.html) !

Lire:
- Au Sahel:
http://www.slateafrique.com/82443/mali-bamako-meteo-brume-poussi%C3%A8re
http://mali.blogs.liberation.fr/helsens/2012/02/harmattan.html
- Au Maghreb:
http://www.slateafrique.com/82459/maghreb-vague-de-froid-historique-neige-hiver
http://www.slateafrique.com/82531/intemperies-en-algerie-au-moins-44-morts-les-autorites-depassees

1 commentaire:

  1. Bonjour Frédéric, j'espère que la turbine à whadds n'est pas manuelle; hier j'écoutais une chanson "c'est la wouad que j'prèfère"; bon tout est walid j'espère! Amitiés

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues