" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

jeudi 14 juillet 2011

14, 100 guifettes noires défilent devant le pont Faidherbe

Ci-dessus: 2011 07 14 midi au pont Faidherbe, des guifettes noires, des juvéniles et une adulte en plumage nuptial
/ Photo par Eddy Graëff pour Ornithondar

* Saint-Louis-du-Sénégal, pont Faidherbe -

MATIN/MIDI-
A l'amont du pont Faidherbe: ~100 guifettes noires  (chlidonias niger, black tern) dont une à deux subadultes en plumage de mue nuptiale volent à la surface des eaux du fleuve (cf. photo ci-dessus), piquant la surface pour attraper insectes et petits alevins, surtout à la zone de contact des hautes et basses eaux.

Ci-dessous: le pont Faidherbe, Sor, le fleuve Sénégal et les guifettes noires / Photo par Eddy Graëff pour Ornithondar


Nota 1: chaque année à pareille époque, dans le sillage de leurs congénères en âge de reproduction qui sont repartis par la côte vers l'Europe (et l'Algérie) pour nicher, des milliers de guifettes noires, des immatures (juvéniles, sujets dits de premier été et quelques ind. en premier plumage de mue nuptiale), stationnent sur le littoral sénégalais. Cet estivage est bien visible de la mi-juin à la mi-août, en particulier quand les eaux de notre delta se radoucissent légèrement avec les pluies. On peut alors en observer aisément de grandes troupes de part et d'autre du pont Faidherbe, même si les travaux de refection de l'ouvrage n'ont pas favorisé cette année l'estivage des graciles guifettes. Depuis quelques jours cependant, une centaine d'entre elles font l'estafette au gré des marées du fleuve, tantôt coté Sor tantôt coté île de Ndar. Le 15 juillet, une cinquantaine de ces guifettes au repos étaient alignées sur un cable du chantier Eiffage du pont Faidherbe, comme des hirondelles.
Nota 2: des trois espèces de guifettes visitant le Sénégal (chlidonias hybrida, chlydonias leucoptera, chlidonias niger), la guifette noire est la plus maritime, en hiver; de l'automne au printemps, on ne la verra qu'en petit nombre à l'intérieur des terres, à l'occasion de coups de vent plus forts que d'habitude, l'essentiel des effectifs restant en mer à faible distance de la côte. En revanche, après la migration prénuptiale des adultes reproducteurs, l'observation des non reproducteurs devient plus fréquente; juvéniles, immatures et subadultes peuvent alors vagabonder vers l'amont des grands cours d'eau comme la Gambie et le Sénégal - jusqu'à Richard-Toll entre le 15 juin et fin août*.

* Source: G. & M.Y. Morel, in 'Les oiseaux de Sénégambie', ORSTOM/IRD 1990 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues