" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

vendredi 16 juin 2017

16, entendu les premiers Coucous didric ! Cette fois, la saison est ornithologiquement humide... !

Ci-dessus: Coucou didric aux Trois-Marigots 
2016 07 9, 9h10 / © photo par Frédéric Bacuez, avec Etienne Henry

* Arrière-pays du Gandiolais -
MATIN, ~8h-
Avec Loïc Saumet.

Ce matin près du pont Albar, le marigot est plein comme jamais et sous l'ouvrage ruiniforme l'eau continue de remonter vers l'amont... Toute l'eau de mer jetée au fleuve Sénégal par la grande brèche dans la Langue de Barbarie, s'écoule par les bolongs et les mangroves, et alimente du coup tous les lagons de l'hinterland, pour la plupart d'habitude à sec en cette saison ... Quel sera l'impact d'une telle irrigation, et sur la végétation et sur la faune, ça, je n'en sais rien...
Soudain, de la grande île boisée qui fait face au vieux pont, le cri strident, plaintif et crescendo de l'oiseau émeraude le plus connu d'Afrique de l'ouest: le Coucou didric (Chrysococcyx capriusDideric Cuckoo), l'annonciateur de la saison humide, des pluies à venir, un jour inch'Allah par ici... Pas moyen de le localiser pour l'observer, pour ma première de l'année 2017... Le mâle est pour le moment cantonné sur son territoire et le fait savoir. Ce n'est qu'ensuite, à la fin de juin et en juillet qu'il deviendra enfin visible, traversant de ses mille brillances vertes le ciel azur ou noir de l'hivernage (la mousson ouest-africaine), à la poursuite d'un rival, ou d'une femelle à conquérir... Ces courses-poursuites spectaculaires, avec force cris stridents font un spectacle malheureusement difficile à photographier tant les cuculidés filent dans le ciel, et le plus souvent en altitude ! Las, tout ce remue-ménage finit dans le nid - la corbeille !- d'une de nos quatre espèces de Tisserins (Ploceus luteolus, vitellinus, cucullatus et melanocephalus), la principale famille hôte de cet invétéré parasite comme tous ou presque les coucous... La ponte s'étale sous nos latitudes d'août à octobre. Cette première écoute de l'incomparable cri du Didric, ici dans le Gandiolais et un 16 juin correspond tout à fait à la norme des premières envolées lyriques de l'éclaireur-en-chef de la saison des pluies. Peut-être même un peu plus tôt que certaines années... Un bon présage ?

Ci-dessous:
depuis le pont Albar, le marigot et l'île de mon premier Didric 2017 !
2017 06 16, 8h12 / © Photo par Frédéric Bacuez

* Bango-Sinthiane -
APREM', ~15h30-

Cet après-midi quelque part vers les vergers du quartier, reconnaissable entre tous le cri aigu d'un Coucou didric (Chrysococcyx caprius, Dideric Cuckoo), le plus fameux de nos migrateurs intra-africains chez... les agriculteurs, les vrais, depuis toujours ! Connu de tous les céréaliers de la ceinture soudanienne, le passage ou la venue toujours tonitruante du passereau émeraude annonce enfin la remontée du Front dit de convergence inter-tropicale (FIT), en gros la poussée sud-nord depuis le Golfe de Guinée des vents de la mousson, annonciateurs de pluies. Avec les quelques Calaos à bec noir (Tockus nasutus) discrètement arrivés et l'invasion progressive de ce Septentrion marginal par les immanquables Guêpiers à gorge blanche (Merops albicollis), voilà donc le trio des faiseurs de pluie enfin de retour dans le Sahel... Maintenant, quant à la pluie, il faudra d'abord attendre de très très longues semaines avant qu'il ne daigne pleuvoir ici, inch'Allah; et rien n'indique que nos oiseaux messagers garantissent une bonne 'répartition spatio-temporelle' de la pluviométrie... En tout cas, à ma table de travail devant la fenêtre, j'étais aussi heureux que jadis, gamin enthousiaste quand craquetaient les premières Cigognes blanches de la saison, à Rabat ou à Volubilis, dans le royaume de mon enfance bénie.

Sur le Coucou didric:
Diederik Cuckoo (Chrysococcyx caprius), in Handbook of the birds of the world - Alive (HBW)
Parasites, par Thierry Helsens in Toubabou à Bamako 2010 10 9, Libération 2015 01 28


Le coucou didric à Saint-Louis-du-Sénégal et à Bango (obs. pers.):

2007: premier vu    9 07   -    1 10 dernier vu
2008: premier cri  19 06  -    5 10 dernier cri
2009: premier cri    2 07  -  29 09 dernier cri
2010: premier cri  15 06  -  15 10 maxi (absent)
2011: premier cri  25 06  -  11 10 dernier vu
... 2017: premiers cris 16 06 !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues