" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

mercredi 24 août 2016

23, dans la plaine alluviale, petite crue précoce et migrateurs à tire-larigot / Episode 1

Ci-dessus:
en haut, Hypolaïs polyglotte, immature ou en plumage d'automne, et libellule sp. (13h54)
en bas, vol de Combattants variés en mue postnuptiale (15h59)
Digues et plaine alluviale du fleuve Sénégal, 2016 08 23 aprem' / © Photos par Frédéric Bacuez


* Marais du Djeuss & plaine alluviale du Sénégal par les digues -

APREM', 13h40-18h55-
A pied.
Temps: 32° à 14h, 31° à 18h... Malgré les nuages: indice UV 12... "Temps très chaud, humide et légèrement venteux". Ah oui, trois gouttes et demie, hier soir, entre 18h20 et... 18h20; mais grosses, les trois gouttes !

Ci-contre: la vieille digue [n°2] à travers la plaine alluviale, 2016 08 23 17h09 / © Photo par Frédéric Bacuez



Une crue du fleuve a eu lieu précocement, cette année ! Tant mieux, car ce n'est pas avec ce qu'il est tombé sur cette miséreuse vallée (92 mm en trois mois !) que nos oiseaux migrateurs vont se requinquer après la traversée du Sahara... Car cette fois, la migration paléarctique postnuptiale (passereaux et limicoles pour le moment) a touché nos rivages (Sahel, en arabe) et commencé d'accompagner une première invasion de la plaine par l'eau limoneuse qui s'échappe du lit sénégalais. Les choses de la nature sont si bien faites, sans la vanité et l'immixtion progressiste des Hommes.

Cette crue inattendue, on la doit à la fois aux remontées de la brèche, suite aux forts coefficients de marée, et surtout aux belles averses tombées loin en amont du long fleuve. La mousson a déversé des quantités de pluies particulièrement conséquentes, pour cet hivernage, sur les contreforts maliens et guinéens. Tant et si bien qu'avec les cumuls de juin et surtout juillet l'écoulement des eaux a déjà atteint le bas-delta sénégalais, plusieurs semaines avant l'heure. Le barrage de Diama a probablement été contraint d'ouvrir quelques vannes. Car, même si le mois d'août, théoriquement le plus arrosé dans toute l'Afrique occidentale soudano-sahélienne, s'avère plus chiche que juillet et devrait charger moins de limon, on pourrait s'attendre à un regain de la mousson dans les tout derniers jours d'août et surtout en début septembre. Et donc à une seconde crue. Dont acte.

Voir quelques photos: ICI sur ma page Facebook, en accès public

La digue à travers la plaine de Biffeche...
A gauche, la plaine de crue et le fleuve Sénégal - A droite, après le marais, les tannes...
2016 08 23 aprem' / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

A défaut de pluie, c'est le fleuve qui apporte la vie et en sauve, des vies: cette crue précoce (qui tire à sa fin) et les limons qui se déversent dans la plaine alluviale permettent aux oiseaux au long cours de trouver quelques centimètres d'eau pour faire trempette, se reprendre et se restaurer... Pour le moment, ce sont des tâches d'eau et de verdure qui parsèment la plaine; il faut du temps et beaucoup d'eau argileuse pour remonter les bolongs et les rus avant de se déverser dans les dépressions, les tannes, les herbiers et les mares. Les oiseaux se contentent de ce que le fleuve leur offre: les Dendrocygnes veufs (dendrocygna viduata) ressemblent enfin à des Dendrocygnes fauves, ils vont par paires même si leur grégarisme reprend vite le dessus; quelques Oies-armées de Gambie (plectropterus gambensis) sont au pâturage; les ardéidés rappliquent de l'intérieur pour occuper les meilleurs postes avant le festin à venir. A ce petit jeu ce sont les Hérons cendrés (ardea cinerea) qui sont aux premières loges. Les gros bouffeurs - Pélicans, Cigognes... arriveront plus tard, d'ici et d'Europe pour les curées d'automne, quand le poisson abonde, l'alevin se ramasse à la pelle et qu'il suffit d'ouvrir le bec puis faire l'épuisette...

Couple de Dendrocygnes veufs - dendrocygna viduata, et Chevalier aboyeur - tringa nebularia
dans la plaine alluviale soumise au début de la crue du fleuve Sénégal
2016 08 23, 15h45 / © Photo par Frédéric Bacuez

Avec la crue, les premiers afflux de limicoles

Dix (10) espèces de limicoles du Paléarctique ont été observées dans la plaine de crue, ce jour: Courlis corlieu, Combattant varié, Chevalier aboyeur, Chevalier gambette, Chevalier culblanc, Chevalier sylvain, Chevalier guignette, quelques premiers représentants du Bécasseau minute et du Grand gravelot, ainsi qu'un seul et unique Bécasseau cocorli. Deux troupes de Combattants variés (calidris pugnaxruff) occupent dès lors un herbier marécageux dans lesquels ils ont habitude de stationner jusqu'en décembre, au moins. Les Combattants, les mâles d'abord, sont parmi les premiers limicoles à arriver dans le bas-delta, dès la mi-juillet. Les Courlis corlieux (phaeopus numenius, whimbrel), s'ils ne sont pas en route vers le sud, occupent bien la plaine du coté fleuve; il y en a même du coté des tannes, et même un autre sur la digue ! Ceux-là apparaissent dans le ciel sénégalais comme les Combattants, mais avec nettement moins de discrétion: on les entend plus qu'on les voit, en juillet, quand ils passent en formation en direction du sud avec force cris.

7 à 15 jours d'avance pour les passereaux migrateurs postnuptiaux de début septembre

L'intérêt du jour, plus que les limicoles dans la plaine inondable, c'est à la vérité la migration postnuptiale des passereaux paléarctiques. Et surtout l'arrivée précoce et la présence (en transit alimentaire) de certaines espèces généralement attendues début septembre. Cette avant-garde est encore peu fournie mais riche d'espèces: dans les alignements arbustifs qui jalonnent le bas-coté des digues, pas moins de 7 espèces du Paléarctique identifiées, dont les précurseurs en terre africaine progressent de prosopis en tamarix, s'éternisent volontiers dans un conocarpus erectus (Palétuvier gris) ou dans un salvadora persica. Il y a, par ordre décroissant (par le nombre observé): Pouillot de Bonelli, Hypolaïs polyglottePouillot fitis*1Gobemouche noir, plus un représentant de Rousserolle effarvatte, de Fauvette grisette, de Gobemouche gris. A l'exception de la Fauvette et de l'Hypolaïs, dans les temps*, les autres ont une bonne semaine d'avance sur l'agenda (Pouillot de Bonelli, Gobemouche gris, Gobemouche noir) voire au moins quinze jours (Rousserolle effarvatte, Pouillot fitis). Pour les premiers Pouillots véloces, il faudra attendre la mi septembre, au plus tôt. En revanche et bizarrement, pas vu de Phragmite des joncs, dont les premiers hivernants devraient arriver autour du 19 août... Il faut dire que le marais du Djeuss bangotin est si densément végétal, cette année, qu'on peine à y déceler quelque résident afrotropical autrement que par les cris et chants* (présence - auditive- avérée de Rousserolle africaine, outre les habituelles Rousserolle des cannes, Cisticole roussâtre du Nil, Cisticole des joncs, Prinia aquatique, Euplecte vorabé)...

*1 A noter que ces Pouillots fitis, aux parotiques presque aussi sombres que celles du Pouillot véloce et à la coloration générale plus terne ou grisâtre que les fitis qui arriveront plus tard, sont des sujets d'Europe du nord (Fennoscandie) de la race acredula ou apparentée/intermédiaire trochilus-acredula. Chez les passereaux comme chez les limicoles européens à large distribution, les populations les plus septentrionales sont les premières à prendre la voie des airs, après la reproduction, et donc à atteindre le Sahel. Bien avant leurs cousines de l'Europe tempérée, atlantique et/ou méditerranéenne. Dans la même configuration: le Gobemouche noir et le Gobemouche gris, dont les représentants ibériques et marocains viennent nous saluer autrement plus tardivement et brièvement que leurs cousins de la taïga....

*2 Dans les temps aussi, en tout cas pour l'avant-garde, un Rossignol philomèle (luscinia m. megarhynchos, common nightingale) dans mon jardin, cherchant à accéder à l'abreuvoir, ce 24 août vers 14h. Peut-être celui du 26 avril dernier qui avait presque clôturé la migration prénuptiale, n'ayant pas oublié ce point d'eau, à coup sur l'un des rarissimes à disposition à des kilomètres à la ronde - hormis ceux des Sénégaulois ndar ndar qui ont la même bienveillance que moi pour ces (autres) transfuges...: qui sait ?

OISEAUX / 64 espèces cochées, 4 sp. entendues
MAMMIFÈRES / 1 espèce cochée
REPTILES / 1 espèce
AUTRES / 6+ espèces

Vu:
  • Pélican gris (pelecanus rufescenspink-backed pelican), 1 ind. solitaire en vol plané, gagne la plaine de crue
  • Cormoran africain (microcarbo a. africanuslong-tailed cormorant), uniquement des ind. adultes + 1 ind. transportant des matériaux dans le bec
  • Anhinga roux d'Afrique (anhinga rufa, african darter), 1 ind. ad. mâle perché
  • Bihoreau gris (nycticorax n. nycticoraxblack-crowned night-heron), 1 + 1 + 2 ind. ad., en plumage frais
  • Blongios africain (ixobrychus minutus ssp. payesii, -africanlittle bittern), 1 ind., le sujet habituel, en vol [mangrove>marais du Djeuss]
  • Héron strié (Blongios vert, Héron des mangroves, Héron à dos vert, butorides striata ssp. atricapillastriated heron), 2 ind. ad. se (pour)suivant + 1 ind. + 1 ind.
  • Crabier chevelu (ardeola ralloidessquacco heron), assez nombreux ind. le plus souvent dans les herbiers peu élevés
  • Aigrette à gorge blanche (egretta g. gulariswestern reef-egret)
  • Aigrette garzette (egretta g. garzettalittle egret)
  • Grande aigrette (ardea alba ssp. melanorhynchoswestern great egret), dont sujets arrivant de l'intérieur des terres dans la plaine de crue
  • Héron cendré (ardea c. cinereagrey heron), plusieurs ind. (~20 ind. en tout) - en légère augmentation d'effectif, désormais
  • Héron pourpré (ardea p. purpureapurple heron), 1 ind. immature [marais du Djeuss] + envol d'1 ind. ad., superbe dans son plumage frais ! [marais du Djeuss]
  • Tantale ibis (mycteria ibisyellow-billed stork), 1 ind. 
  • Spatule d'Afrique (platalea alba, african spoonbill), 1 ind. en vol au loin
  • Oie-armée de Gambie (plectropterus g. gambensisnorthern spur-winged goose), 1 + 1 ind. et 2 ind. ad. dans herbier [plaine alluviale de crue]
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduatawhite-faced whistling duck), partout où les herbiers ont reverdi, le plus souvent par paire/couple, parfois en petites troupes - jusqu'à 7 ind. à l'envol et 20+ ind. dispersés dans un herbier [plaine alluviale de crue]
  • Pygargue vocifère (haliaeetus vociferafrican fish-eagle), 1 + 1 ind.
  • Elanion blanc (elanus c. caeruleusblack-shouldered kite), 1 ind. effectuant d'interminables vols stationnaires, au loin [entre rizières et Djeuss]
  • Milan d'Afrique à bec jaune (Milan parasite, milvus aegyptius ssp. parasitus, yellow-billed kite), 1 ind. au-dessus du marais [du Djeuss]
  • Faucon à cou roux (falco chicquera, red-necked falcon), couple local perché, ad. côte à côte au coeur d'un bosquet buissonnant de tamarix senegalensis... en compagnie d'un groupe de singes patas !
  • Marouette à bec jaune (Râle à bec jaune, zapornia flavirostrablack crake), 1 ind. ad. [marais du Djeuss] + 1 ind. ad. traversant la piste-digue [n°1]
  • Talève d'Afrique (porphyrio madagascariensisafrican swamphen), 1 ind. ad. perché sur tamarix senegalensis [marais du Djeuss très encombré par les herbages]
  • Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanusafrican jacana), dont 5 ind. à l'envol [marais du Djeuss]
  • Oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensisSenegal thick-knee), cc local habituel [ex parking Eiffage pris au marais du Djeuss] + 5 ind. faisant trempette dans l'eau [de la plaine de crue]
  • Grand gravelot (charadrius h. hiaticulacommon ringed plover), encore très peu, pour le moment (en tout cas peu visibles)
  • Vanneau (caronculé) du Sénégal (vanellus s. senegallus, -africanwattled lapwing), 1 ind. + 1 ind.
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosusspur-winged lapwing)
  • Courlis corlieu (numenius phaeopuswhimbrel), vu plusieurs ind. (~10 ind.), entendu de nombreux ! + groupe de 6 ind. en migration active NO>SE (17h10) + 1 ind. sur tanne + 1 ind. carrément sur la digue [n°2] !
  • Bécasseau minute (calidris minutalittle stint), les premiers hivernants arrivent, en toute petites troupes pour le moment: de 2/3 à -10 ind. par groupe
  • Bécasseau cocorli (calidris ferrugineacurlew sandpiper), 1 ind. migrateur postnuptial, à l'envol (croupion blanc très visible !)
  • Combattant varié (calidris pugnaxruff), 1 ind. solitaire avec un Chevalier sylvain et un Chevalier culblanc [tanne en eau au carrefour des deux digues] + troupe de 30+ puis ~65 ind. migrateurs postnuptiaux stationnés dans les herbiers, dont mâle en mue postnuptiale [plaine alluviale]
  • Chevalier gambette (tringa t. totanuscommon redshank), quelques ind. y compris sujet ad. avec sujet juvénile
  • Chevalier aboyeur (tringa nebulariacommon greenshank), quelques ind. dont deux sujets juvéniles
  • Chevalier culblanc (tringa ochropus, green sandpiper), encore un tout petit plus présent que les sylvains - ça ne durera plus ! Dont 3 ind. avec 1 Sylvain, en vol...
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), plusieurs ind.
  • Chevalier guignette (actitis hypoleucoscommon sandpiper), 1 + 1 ind. + 2 ind. + 1 + 1 ind. + 1 ind. en vol + 1 ind.
  • Sterne hansel (gelochelidon n. niloticagull-billed tern), dizaines d'ind. en vol ou au sol, surtout dans la plaine alluviale de crue
  • Tourtelette d'Abyssinie (turtur abyssinicusblack-billed wood-dove), seulement 1 + 1 ind.
  • Tourterelle masquée (Tourterelle à masque de fer, oena c. capensisNamaqua dove), seulement 1 ind.
  • Tourterelle maillée (spilopelia/streptopelia s. senegalensislaughing dove)
  • Pigeon roussard (de Guinée, columba guineaspeckled pigeon), en nombre - par troupes passantes [plaine>agglomérations urbaines]
  • Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens ssp. shelleyi, -Nigermourning collared-dove)
  • Coucal du Sénégal (centropus s. senegalensisSenegal coucal), 1 ind. traverse la piste-digue [n°1] + 1 ind. [jardins bangotins près de la digue vannée]
  • Martinet des maisons d'Afrique de l'ouest (apus affinis ssp. aerobateswest african little swift), dizaines d'ind. en train de chasser
  • Martin-pêcheur huppé (corythornis cristatus ssp. galeritaMalachite kingfisher), 1 ind. en vol passant et chantant [digue n°2] + 1 ind., la huppe dans le vent, perché sur un jeune palétuvier au bord du bolong de Kaïgga (cf. photo ci-dessous)
  • Martin-pêcheur pie (ceryle r. rudispied kingfisher), 2 à 4 ind. [marais du Djeuss] + 3 ind. sur casemate [ex parking Eiffage] + 2 ind. + sujets habituels de la baie du Kaïgga
  • Guêpier de Perse de l'ouest (merops persicus ssp. chrysoconoswestern blue-cheeked bee-eater), 3 ind. chassant au-dessus du quartier + dizaines d'ind. évoluant au-dessus du marais comme de la plaine en eau
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicusabyssinian roller), 1 ind. ad., coté tannes [de la digue n°2]
  • Cochevis huppé du Sénégal (galerida cristata ssp. senegallensis, -Senegalcrested lark)
  • Rousserolle effarvatte (acrocephalus scirpaceus, eurasian reed-warbler), 1 ind. migrateur postnuptial stationné [alignement arbustif de la digue n°2]
  • Hypolaïs polyglotte (hippolais polyglotta, melodious warbler), en tout quatre migrateurs postnuptiaux stationnés, beaucoup plus pâles qu'au passage prénuptial à moins qu'il s'agisse, pour certains, de juvéniles - 1 ind. + 1 ind. migrateur postnuptial stationné dans une 'ronde' de Pouillots véloces et de Bonelli + 1 ind. + 1 ind. [alignements arbustif des  digues n°1 et n°2]
  • Pouillot sp. (phylloscopus sp.), 1 ind. de grande taille + 1 ind. à la poitrine très brune [alignement arbustif de la digue n°2]
  • Pouillot fitis (phylloscopus trochilus ssp. acredula ?, -northernwillow warbler), au moins 3 ind. migrateurs postnuptiaux en mue, stationnés. Les sujets, plus gris que leurs homologues d'Europe de l'ouest tempérée, nous arrivent probablement de Fennoscandie et sont de la race acredula ou intermédiaire acredula/trochilus [alignement arbustif de la digue n°2]
  • Pouillot de Bonelli (rhadina bonelli, western Bonelli's warbler), ~5 ind. en tout, migrateurs pstnuptiaux stationnés [alignements arbustif des  digues n°1 et n°2]
  • Fauvette grisette (curruca c. communiscommon whitethroat), 1 ind. furtif - migratrice postnuptiale stationnée [alignement arbustif de la digue n°2]
  • Cisticole des joncs (du Nigeria, cisticola juncidis ssp. uropygialisnigerian zitting cisticolafan-tailed cisticola), nombreux ind. en période nuptiale, territoriales, plus entendues que vues, à part 1 ind. qui tourne ostensiblement au-dessus de moi !
  • Prinia aquatique (à ventre blanc, prinia fluviatilisriver prinia), 1+ ind. [marais du Djeuss et mangrove de Kaïgga]
  • Prinia modeste (prinia s. subflavatawny-flanked prinia), ~3 ind. [digue n°2]
  • Gobemouche gris (muscicapa s. striata, spotted flycatcher), 1 ind., migrateur postnuptial stationné (18h30), chassant au sol dans l'herbe rase du bord de marais avant de remonter dans son arbre [palétuvier riverain du bolong de Kaïgga]
  • Gobemouche noir (ficedula hypoleuca ssp., pied flycatcher ssp.), 1 + 1 ind., migrateurs postnuptiaux stationnés [alignement de prosopis de la digue n°1]
  • Souïmanga à poitrine rouge (chalcomitra s. senegalensisscarlet-chested sunbird), mâles chanteurs obsessionnels !
  • Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp., black-headed weaver), mâles nuptiaux très occupés à bâtir des nids avec de l'herbe verte toute fraîche, ou à en retaper l'entrée - du coup les nids sont jaunes et verts !
  • Euplecte franciscain (euplectes franciscanus, northern red bishop), enfin 1 ind. mâle nuptial ! [digue n°2 arborée]
  • Euplecte vorabé (euplectes afer, yellow-crowned bishop), plusieurs ind. désormais en groupe avec mâle dominant et... mâles dominés ! [marais du Djeuss]

Entendu:
Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer) / Courlis corlieu (numenius phaeopus) / Courlis cendré (numenius arquata ssp. orientaliseurasian curlew), 1 ind. ?? / Rousserolle des cannes (acrocephalus rufescens ssp. senegalensis, -Senegalgreater swamp-warbler), 1 ind. [coté mangrove de la digue] + 2 ind. [coté marais de la digue, toujours sur les mêmes postes de chant] / Cisticole (roussâtre) du Nil (cisticola -galactotes- marginatus ssp. amphilectuswinding cisticola), 1+ ind. [marais du Djeuss] / Prinia modeste (prinia s. subflava), 1 ind. + 2 ind. [digue n°2] / Pririt/Batis du Sénégal (Gobemouche soyeux du Sénégal, batis senegalensis, Senegal batis) /

* Paludicole sp. indéterminée, 2 ind. chanteurs dans les herbiers [marais du Djeuss], près mais impossible à voir ! En écoutant attentivement sur Xeno-canto chacune des espèces liées à nos marais (beaucoup enregistrées par l'ami Bram Piot !), il s'agirait bien d'un duo de la Rousserolle africaine (acrocephalus baeticatus ssp. guiersi ?, western african reed warbler)

Des passereaux paléarctiques précurseurs et précoces
Des limicoles à point nommé avec la crue fluviale qui inonde la plaine

Ci-dessous, de haut en bas et de g. à d.:
Hypolaïs polyglotte et Pouillot de Bonelli intrigués...
Gobemouches noirs stationnés avant reprise de leur migration vers la ceinture forestière pré-guinéenne
Gobemouche noir et Hypolaïs polyglotte
Pouillots fitis en mue été/automne  
Hypolaïs polyglotte (juvénile ?) et Pouillot de Bonelli 
Euplectes vorabés, mâles et femelles
Martin-pêcheurs pie (mâle et femelle) et Martin-pêcheur huppé
Tisserin à tête noire, mâle nuptial construisant le nid de madame
Combattant varié - Chevalier sylvain - Courlis corlieu
Marais du Djeuss rive droite et bordures des digues dans la plaine alluviale du fleuve Sénégal, 2016 08 23 / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

AUTRES:

  • Patas 'singe rouge' (erythrocebus pataspatas monkey), groupe familial de ~10/12 ind. dont deux mères à l'enfant porté. Au moins quatre d'entre eux grimpent dans un bosquet de tamarix senegalensis, et perchent... aux cotés d'un couple de Faucons à cou roux ! (16h50, cf. photos en bas de notule) [plaine alluviale]
  • Varan du Nil (varanus niloticus, Nile monitor), 1 ind. ad. ou subad. + 2 ind. juvéniles traversant la piste-digue [de la plaine de crue au marais du Djeuss]
  • Crabe de palétuvier
  • Protoptère, encore des sujets desséchés jetés au beau milieu de la digue... A proximité, la nasse de fers prohibée... Une autre à la digue-vannée sur le Djeuss... Pffff...
  • (petit) Monarque d'Afrique (danaus chrysippus ssp. chrysippuscommon plain tigerlesser wandererqueen butterfly, 'african queen'), peu
  • Mylothris chloris (common western dotted border), 2 + 2 + 2 ind.
  • Brachythémis à ailes barrées (brachythemis leucostictabanded groundling), en augmentation saisonnière
  • Libellules et agrions sp.
Ci-dessous:
les Patas de la plaine alluviale, 
avec petit au ventre (à d.); avec Faucons à cou roux dans le tamaris (au centre); avec la colonne humaine et bigarrée sur la digue du 'canal de décharge' (à g.)...
Plaine de crue du Sénégal 2016 08 23, ~16h50 / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir-

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues