" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

mercredi 27 juillet 2016

27, après la pluie: c'est la gadoue, la gadoue - et les Courlis en migration

Ci-dessus:
les Courlis corlieux - numenius phaeopus, en migration postnuptiale 
survolent la plaine alluviale du bas-delta et la digue bangotine, après la pluie du petit matin...
2016 07 27 / © Photos par Frédéric Bacuez

* Digue bangotine, entre marais et mangrove jusqu'aux lisières de la plaine alluviale -

10h45-13h50-
A pied.
Temps: troisième ondée en trois jours d'affilée... 3 mm (25 07), 8 mm hier soir (26 07) et 6 mm ce matin (27 07)... Rien de méchant, c'est le moins qu'on puisse dire, sauf que sur nos sols argilo-sablonneux la moindre averse transforme tout en pataugeoire - digues et chemins (pour quelques heures) et tannes (pour quelques mois) ! 
Pluies du jour: Saint-Louis-du-Sénégal, 5,5 mm / Podor, 1,1 mm / Louga, Traces / Linguere, Ranerou, Matam, Bakel, 0 mm

" La gadoue la gadoue la gadoue
C'est jamais que de la terre et de l'eau
La gadoue la gadoue la gadoue
Ça fait shplouf ça fait flouc et c'est beau "
- Gérard Lenorman, 1980

Dernière décade du mois sous l'influence des flux d'une mousson cette fois installée... Il a plu, une à deux averses, les 20 et 21 juillet, dont on peut dire qu'elles sont le véritable prélude à notre hivernage saint-louisien. Les 25, 26 et 27 juillet, le chaos des cieux complète l'arrosage par quelques ondées. Les tannes, sèches pendant neuf mois se remplissent aussi sec; quant aux chemins et digues, ils deviennent instantanément des bourbiers ! 

Le miracle de la migration postnuptiale (paléarctique)

Ô miracle de la nature, les pluies surviennent au moment des premières passées des limicoles migrateurs du grand Nord. Les Courlis corlieux (numenius phaeopus) sont les plus insistants à signaler leur retour. Pour l'heure, la majorité reste groupée, et ne fait que passer, en route vers le Sine Saloum (à l'instar des Grands gravelots, charadrius hiaticula). Autres arrivants: un premier Chevalier sylvain (tringa glareola) suit de quinze jours ses proches cousins les Chevaliers culblanc (tringa ochropus), ainsi que des Chevaliers aboyeurs (tringa nebularia) et Chevaliers gambettes (tringa totanus). Tiens, une Guifette moustac (chlidonias h. hybrida), c'est la seconde avant-gardiste après celle observée sur Toddé, le 8 juillet dernier. Car pour les sternes et autres laridés, à l'exception des Guifettes noires (chlidonias niger) déjà passées en masse par la côte, il faudra attendre encore... Idem pour les passereaux, dont la traversée transafricaine et le séjour subsaharien sont véritablement évidents dans les derniers jours d'août, et surtout en septembre. Exception à la règle: la Pie-grièche à tête rousse (lanius s. senator) est le premier passereau paléarctique à apparaître dans nos paysages sahéliens - des adultes parfois dès le 15 juillet. Mieux, et c'est exceptionnel, ce matin c'est une toute jeune Pie-grièche qui nous fait l'honneur - et le bonheur !- de corroborer ce qu'on vient d'écrire (Lire ICI sur Ornithondar)... Ouf, on est sauvé de la raillerie - l'ornithologie n'étant pas une science aussi exacte que l'économie, ou la météorologie, cela va sans dire...

La transe nuptiale (afrotropicale)

Dans le marais, on comprend maintenant que la Prinia aquatique (prinia fluviatilis), une afrotropicale si locale sur le continent, est ici chez elle, et en nombre: plusieurs couples ne cessent se se poursuivre de part et d'autre de la digue, entre les herbiers bordés de tamaris et les ruisseaux qui parcourent la mangrove blanche... Déchaînées, les spécialités du cru, bien plus grises qu'en saison sèche - ainsi que leurs cousines Prinias modestes (prinia subflava), plus rétives aux biotopes humides mais bien présentes un peu plus loin, dans la plaine de crue... Mêmes effets de la saison sur les sens de la Cisticole des joncs (du Nigeria, cisticola juncidis ssp. uropygialis), laquelle pour la parade fait de l'ascension puis du parachutisme, de la Cisticole roussâtre (du Nil, cisticola -galactotes- marginatus ssp. amphilectus), qui caquette et se lustre le plumage à la cime des tamarix senegalensis; et même de la Rousserolle des cannes (acrocephalus rufescens ssp. senegalensis, -Senegalgreater swamp-warbler), invisible comme d'habitude mais résolument fidèle à son poste de chant, au milieu d'une touffe de typhas.

Trop d'eau permanente dans le marais, pas bon pour la biodiversité...

On pressent surtout qu'il y a là-dedans de la nidification en cours, et même des babils à satisfaire ! Les mâles nuptiaux d'Euplectes vorabé (euplectes a. afer) se font moins tyranniques; j'en vois un, là-bas au loin dans le marais, qui monte la garde à la cime d'un tamaris - apaisé, ou épuisé. Ce sont les femelles du harem qui, du coup, se disputent les meilleures places dans les herbiers. Tandis qu'un jeune homme à moitié revêtu (cf. photo ci-après) profite de la fatigue de ses aînés pour tenter sa chance auprès d'une femelle, mi figue mi raisin - elle fait sa mijaurée... Un Blongios africain (ixobrychus minutus ssp. payesii) fait la navette entre le marais et la mangrove voisine; on peut supposer qu'il s'y rend pour pêcher le long des ruisseaux ou arracher quelque nourriture d'entre les racines des palétuviers, avant de rejoindre le secret des herbiers garnis de roseaux. L'invisibilité des Talèves d'Afrique (porphyrio madagascariensis et des Jacanas à poitrine dorée (actophilornis africanus) le doit plus à des occupations nidicoles - et/ou d'élevage !- qu'à l'exubérance du marais. Lequel, comme toujours (très) mal géré, est tellement gorgé d'eau, cette année y compris pendant la saison sèche, qu'il va y perdre de sa richesse floristique et faunique: les tamaris dépérissent, asphyxiés par l'humidité permanente, les herbes ont tout colonisé, à l'exception de quelques mares trop profondes. En attendant que le typha ne profite de l'aubaine pour vampiriser le délicat paradis depuis les berges du Djeuss. La noyade du marais (sic) est incontestablement la conséquence du grand réaménagement hydraulique de la basse vallée, la circulation descendante des eaux du Lampsar et du Djeuss étant trop rapide, trop importante désormais pour pouvoir être correctement absorbée par l'aval ou son trop-plein efficacement rejeté dans le fleuve Sénégal... Lorsque la pensée productiviste ne prend pas en compte le rythme, plus lent, fragile et ténu, de la nature, il ne faut pas s'étonner que celle-ci se trouve dans la vallée du fleuve Sénégal dans un tel état de délabrement, au bord du craquement irréversible... Mais tout le monde s'en fout... C'est bon pour le riz, et ça suffit.

Ci-dessous:
de part et d'autre de la digue bangotine, après trois (petites) pluies...
entre Djeuss et fleuve Sénégal 2016 07 27 fin de matinée / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

OISEAUX / 50 espèces cochées, 7 sp. entendues
REPTILES / 1 espèce
AUTRES / 1+ espèces

Vu:
  • Pélican blanc (pelecanus onocrotalusgreat white pelican), 14 ind. cerclent [à la verticale du Djeuss] + 3 ind. en vol [vers le fleuve]
  • Pélican gris (pelecanus rufescenspink-backed pelican), 1 ind. en vol
  • Cormoran africain (microcarbo a. africanuslong-tailed cormorant), quelques ind. [plaine alluviale proche du camp de pêche saisonnier]
  • Blongios africain (ixobrychus minutus ssp. payesii, -africanlittle bittern), 1 ind. mâle fait des AR entre le marais et la mangrove blanche... (~13h)
  • Crabier chevelu (ardeola ralloidessquacco heron), quelques ind. [plaine alluviale proche du camp de pêche saisonnier] + 1 ind. [ex parking Eiffage arraché au marais] + 1 ind. en vol
  • Aigrette à gorge blanche (egretta g. gulariswestern reef-egret), 1 ind. ad. [ex parking Eiffage arraché au marais] + quelques ind. [plaine alluviale proche du camp de pêche saisonnier] + 2 ind. [ex parking Eiffage arraché au marais] 
  • Aigrette garzette (egretta g. garzettalittle egret), 1 + 2 ind. en dispute territoriale [ex parking Eiffage arraché au marais] + quelques ind. [plaine alluviale proche du camp de pêche saisonnier]
  • Grande aigrette (ardea alba ssp. melanorhynchoswestern great egret), au total 3 ind. + 1 ind. en vol [mangrove>marais]
  • Héron cendré (ardea c. cinereagrey heron), 1 ind. [plaine alluviale proche du camp des pêcheurs saisonniers]
  • Héron pourpré (ardea p. purpureapurple heron), 1 ind. [mangrove]
  • Ibis sacré (threskiornis aethiopicussacred ibis), 2 ind. dans un herbier [plaine alluviale coté campement saisonnier des pêcheurs Thioubalo]
  • Oie-armée de Gambie (plectropterus g. gambensisnorthern spur-winged goose), 1 ind. en vol
  • Dendrocygne veuf (dendrocygna viduatawhite-faced whistling duck), 4 ind. en vol + 2+ ind. + 1 ind.
  • Milan d'Afrique à bec jaune (Milan parasite, milvus aegyptius ssp. parasitus, yellow-billed kite), quelques ind. bangotins en maraude
  • Marouette à bec jaune (Râle à bec jaune, zapornia flavirostrablack crake), 1 ind. en compagnie d'un varan - les râles aiment à être près des bovins, dans les herbiers et même sur la digue ! + 1 ind. sur la vase de la mangrove [bolong de Kaïgga]
  • Talève d'Afrique (porphyrio madagascariensisafrican swamphen), seulement 1 ind. visible, perché sur une branche de tamarix senegalensis immergé [marais du Djeuss bangotin]
  • Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanusafrican jacana), seulement 2 ind. visibles [marais du Djeuss bangotin]
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosusspur-winged lapwing)
  • Courlis corlieu (numenius phaeopuswhimbrel), 6 ind. en vol (silencieux) de la migration postnuptiale N>S (13h23, cf. photo en haut de notule)
  • Chevalier aboyeur (tringa nebulariacommon greenshank), 1 ind. [plaine alluviale proche du camp de pêche saisonnier]
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), premier ind. de saison ! [mare au croisement des deux digues]
  • Mouette à tête grise (chroicocephalus cirrocephalus ssp. poicephalusgrey-headed gull), 3 ind. en vol [au-dessus du fleuve]
  • Sterne caspienne (hydroprogne caspiacaspian tern), 1 ind. en vol [au-dessus du fleuve]
  • Sterne hansel (gelochelidon n. niloticagull-billed tern), plusieurs ind. comme chaque année à pareille époque, nidifiant probablement dans la lande [plaine alluviale proche du camp de pêche saisonnier] + 1 ind. cerclant avec une proie dans le bec et en compagnie d'un ibis sacré [à la verticale du marais du Djeuss bangotin]
  • Guifette moustac (chlidonias h. hybridawhiskered tern), 1 ind. en vol passant N>S - sujet encore en plumage (quasi) nuptial [2e digue]
  • Tourtelette d'Abyssinie (turtur abyssinicusblack-billed wood-dove), 1 à 2 ind.
  • Tourterelle maillée (spilopelia/streptopelia s. senegalensislaughing dove)
  • Pigeon roussard (de Guinée, columba guineaspeckled pigeon), vol de 21 ind.
  • Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens ssp. shelleyi, -Nigermourning collared-dove)
  • Coucal du Sénégal (centropus s. senegalensisSenegal coucal), 1 ind. ad. se nettoie le plumage sur un tamarix senegalensis au milieu du marais
  • Engoulevent à longue queue (caprimulgus c. climacuruslong-tailed nightjar), 1 ind. levé (cf. photo ci-après) [2e digue]
  • Martinet des maisons d'Afrique de l'ouest (apus affinis ssp. aerobateswest african little swift), quelques ind. chassant et/ou se désaltérant [bolong de Kaïgga]
  • Martin-pêcheur huppé (corythornis cristatus ssp. galeritaMalachite kingfisher), 1 + 1 ind. + 1 ind. à l'affût
  • Martin-pêcheur pie (ceryle r. rudispied kingfisher), 1+ ind. [bolong de Kaïgga] + 1 et 1 ind.
  • Guêpier nain (merops p. pusilluslittle bee-eater), quelques ind.
  • Guêpier à gorge blanche (merops albicollis, white-throated bee-eater), 2 ind.
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicusabyssinian roller), 2 + 1 ind. juvéniles en vol S>N - possiblement des sujets venant du sud estiver dans le bas-delta
  • Pic goertan (mesopicos goertaegrey woodpecker), 1 ind. femelle [digue le long du bolong de Kaïgga]
  • Hirondelle de Guinée (hirundo lucida, red-chested swallow), toujours un minimum de 2 ind., sans doute plus, chassant près de la digue vannée [coté Bango-barrage] - à vérifier...
  • Cisticole (roussâtre) du Nil (cisticola -galactotes- marginatus ssp. amphilectuswinding cisticola), quelques ind.
  • Cisticole des joncs (du Nigeria, cisticola juncidis ssp. uropygialisnigerian zitting cisticolafan-tailed cisticola), au moins 1 ind. en vol de parade nuptiale 
  • Prinia modeste (prinia s. subflavatawny-flanked prinia), 4 ind. - deux cc [2e digue]
  • Prinia aquatique (à ventre blanc, prinia fluviatilisriver prinia), plusieurs ind., très actifs et remuants, avec poursuites, passant régulièrement du marais à la mangrove
  • Souïmanga à longue queue (cinnyris p. pulchellusbeautiful sunbird)
  • Pie-grièche à tête rousse (lanius s. senatorwoodchat shrike), 1 ind. de 1ère AC (+2 mois) migrateur précoce: arrivé au Sénégal avec un mois d'avance (Voir ICI sur Ornithondar)...
  • Moineau doré (passer luteusSudan golden sparrow)
  • Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp., black-headed weaver), tellement remarquables dans leur plumage nuptial ! Les mâles très occupés, avec de nombreuses poursuites territoriales et... féminines...
  • Travailleur à bec rouge (quelea queleared-billed quelea)
  • Euplecte vorabé (euplectes a. afer, yellow-crowned bishop), quelques femelles visibles, en disputes + 1 ind. mâle nuptial + 1 ind. mâle immature ou en mue nuptiale tardive/inachevée (cf. photo ci-dessous) [marais du Djeuss bangotin, rive droite]
  • Serin à croupion blanc (crithagra leucopygia ssp. riggenbachi, -Senegalwhite-rumped seedeater), 1 ind. [digue bangotine peu après les jardins]

Entendu:
Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle), 1 ind. [vers le fleuve] / Marouette à bec jaune (zapornia flavirostra) [marais du Djeuss] / Talève d'Afrique (porphyrio madagascariensis) [marais du Djeuss] / Courlis corlieu (numenius phaeopus) [plaine alluviale proche du fleuve] / Chevalier gambette (tringa totanus, common redshank) [plaine alluviale proche du fleuve] / Coucou didric (chrysococcyx caprius, Diederick cuckoo), 1 ind. entendu une seule fois [mangrove] / Coliou huppé (urocolius macrourus, blue-naped mousebird) / Barbion à front jaune (pogoniulus c. chrysoconusyellow-fronted tinkerbird), 1 ind. / Pic goertan (dendropicos goertae), 1 ind. (pas le même que le sujet observé) / Rousserolle des cannes (acrocephalus rufescens ssp. senegalensis, -Senegalgreater swamp-warbler), au moins 1 ind. chanteur / Crombec sitelle (sylvietta b. brachyuranorthern crombec), 1 ind. / Cisticole (roussâtre) du Nil (cisticola -galactotes- marginatus ssp. amphilectus), 2+ ind. [marais du Djeuss] / Cisticole des joncs (du Nigeria, cisticola juncidis ssp. uropygialis) / Prinia modeste (prinia s. subflava) / Prinia aquatique (prinia fluviatilis) /

Ci-dessous:
à g., Engoulevent à longue queue - caprimulgus climacurus - à d., Euplecte vorabé - euplectes afer afer, jeune mâle
2016 07 27 / © Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour agrandir -

AUTRES:

  • Varan du Nil (varanus niloticus, Nile monitor), un total de 3 ind. - dont deux juvéniles
  • (petit) Monarque d'Afrique (danaus chrysippus ssp. chrysippuscommon plain tigerlesser wandererqueen butterfly, 'african queen')
  • Papillon de Vinson (Voilier des citronniers, papilio d. demodocuscitrus swallowtailcitrus butterflyorange dogChristmas butterfly)
  • Mylothris chloris (common western dotted border)
  • Graphium leonidas leonidas (veined swordtailveined swallowtailcommon graphium), 1 ind.
  • Crabe de palétuviers
  • Brachythémis à ailes barrées (brachythemis leucostictabanded groundling)
  • Libellules et agrions divers sp.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues