" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

dimanche 2 février 2014

2, la route de Dakar - J.J. et le Rutland Osprey Project

N2, route de Saint-Louis-du-Sénégal à Dakar / Courtesy photo par Eddy Graëff pour Ornithondar et Saintlouisdusenegal.com/


* Bango/Saint-Louis - Dakar LSS par la N2 puis l'autoroute -

Voir aussi: ICI sur Ornithondar (2013 11 6)


Fin de séjour sahélien pour les ami(e)s Cath', John, Paul du Rutland Osprey Project et J.J. du GambiaBirdguide. En refluant vers les vertes mangroves de Gambie, le tank de J.J. fait un crochet par l'enfer dakarois - tout de même deux balbuzards au-dessus du chaos !- pour me déposer à l'aéroport Léopold Sédar Senghor, au bout du bout de la péninsule défigurée, en pleine agglomération, heureusement accessible dans des délais raisonnables grâce à cette fameuse autoroute, enfin ouverte (cf. photo ci-contre), dont les péripéties de construction firent tant jaser sous les deux mandatures des impayables Wade père & fils. 

Ci-contre: 2014 03, bretelle d'autoroute dans la banlieue dakaroise 
/ Courtesy photo par Eddy Graëff

Si l'on a l'habitude de prendre la N2 qui relie Saint-Louis à Dakar, et si on a la fibre ornithologique et le goût du détail, on s'amusera à noter au fil des saisons la distribution changeante de certaines espèces résidentes parmi les plus communes du pays - la zone qui va de Tivaouane au sud à Kébémer au nord faisant un peu l'interface saisonnier... Beaucoup d'espèces afrotropicales (coucous, calaos, rolliers, et même les choucadors) suivent la montée ou le repli du Front de convergence Inter Tropical (FIT). En saison sèche par exemple, donc aujourd'hui, en venant du nord on ne commence à apercevoir les rolliers variés (coracias naevia), en très petit nombre, qu'à partir de Tivaouane alors qu'en saison des pluies on peut les voir aux cotés de leurs cousins d'Abyssinie (coracias abyssinicus) jusqu'au seuil du delta saint-louisien.

Les vautours du Djolof

L'intérêt ornithologique de la route du nord réside dans ses vautours* (surtout entre Thiès et Rao, plus particulièrement dans le Ndiambour et la région de Louga à Kébémer): en toutes saisons on est assuré de voir évoluer dans les cieux voisins des villes provinciales quelques groupes de gyps, africains (gyps africanus) et de Ruppëll (gyps rueppellii), et de vautours charognards (necrosyrtes monachus). En hiver, ils peuvent être rejoints, descendus d'Europe méditerranéenne et du Maghreb, par des vautours fauves (gyps fulvus) et, beaucoup plus rarement, par quelques percnoptères d'Egypte (neophron percnopterus), surtout si la carcasse d'un animal domestique culbuté par un véhicule traîne sur les bas-cotés du bitume. L'attraction reste cependant le plus volumineux de tous, le rare et solitaire oricou (torgos tracheliotus), que l'on surprendra néanmoins régulièrement sur quelques sites qu'il affectionne, au nord-ouest de Kébémer, ou entre Louga et Mpal, ou encore plus au nord-est si l'on prend la (mauvaise) route de Keur Momar Sarr en direction du lac de Guier et de la vallée fossile du Ferlo. Le fait d'observer des vautours dans le ciel d'Afrique n'est plus anodin (cf. décompte ci-après): partout les effectifs, tous les effectifs y compris ceux du charognard, sont en déclin quasiment inexpliqué et pour l'heure inexplicable (même si nous avons quelque idée sur la question). En Afrique occidentale, seule en effet la région qui va de la presqu'île dakaroise au seuil du delta saint-louisien (mais pas le delta !) et au lac de Guier (Voir ICI sur Ornithondar), en gros le Djolof, accueille des populations de vautours encore aisément visibles et bien présentes. Avec les deux espèces hivernantes de vautours paléarctiques sus-citées - plus, bientôt, le fameux vautour moine (aegypius monachus), dont deux observations ont été déjà faites au Sénégal ces dernières années !-, cela fait au moins six espèces de vautours - sans compter l'allogène moine et l'autochtone à tête blanche (trigonoceps occipitalis), rarissime voire accidentel sur la partie littorale du pays- que l'ornithologue peut rencontrer et, parfois, photographier sans difficulté... depuis la voiture, surtout si la chance le fait passer juste à coté d'une curée !

* Voir la galerie photos, toute récente, d'Etienne Henry, sur une curée de vautours dans la région de Ndande: ICI sur Flickr


2014 01 26, vautour oricou au nord de Kébémer
/ Courtesy photo par John Wright pour Ornithondar et Wrightswanderings


OISEAUX / 20+ espèces 'cochées'
MAMMIFÈRES / 1 espèce vue

Vu (liste non exhaustive, depuis la voiture):

  • {Vautour oricou} (torgos tracheliotus, lappet-faced vulture), 1 ind. vu par John Wright [à quelques kilomètres au nord de Kébémer, 2014 01 29, cf. photo ci-dessus]
  • Vautour charognard (necrosyrtes monachus, hooded vulture), ~20+ ind. en tout - dont: 2 ind. [Ndiambour à Sakal] + 1 ind. sur la route [Ndiambour 15 km avant Louga] + 2 ind. [zone de Louga] + 2 ind. perchés sur un acacia [près de Louga] + 5 ind. perchés [Guéoul] + 1 ind. perché [au sud de Kébémer] + 1 ind. cerclant [Dakhar-Mbougne] + quelques charognards avec ~20 de vautours africains [Kelle] + 1 ind. au loin [Mekhe] + 3 ind. cerclant au-dessus de la route [~30 km au nord de Thiès]
  • Vautour africain (gyps africanus, african white-backed vulture), 29- ind. en tout - dont: 2 ind. perchés [Ndiambour 11 km avant Louga] + 5 ind. [zone de Louga] + 1 ind. [sud de Louga] + ~20 ind. cerclant avec quelques charognards [Kelle] + 1 ind. cerclant avec des milans parasites [au nord de Goureye]
  • Vautour indéterminé (gyps sp., vulture sp.), ~13 ind. en tout - dont: 2 ind. au loin + ~10 ind. perchés sur un baobab [confins de Louga] + 1 ind. perché au loin [zone de Guéoul]
  • Balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey), uniquement dans la péninsule urbanisée du Cap-Vert: 1 ind. femelle survole la route dans la lointaine banlieue dakaroise [Bargny] + 1 ind. au-dessus de l'autoroute urbaine [Guediawaye] - enfin (presque) achevée et invraisemblablement hors de prix (pour un pays aussi pauvre que le Sénégal) !
  • Milan noir (milvus migrans migrans, black kite), 2 ind. [entre Louga et Guéoul]
  • Milan parasite à bec jaune (milvus parasitus, yellow-billed kite), 5 ind. [au nord de Goureye] + 3 ind. [Tivaouane] + 1 ind. [au sud de Tivaouane] + quelques ind. [rôneraie de Thiès]
  • Elanion blanc (elanus caeruleus, black-shouldered kite), 1 ind. fait le saint-esprit [Thieumbeul] + 2 ind. chassant puis se posant à l'ombre [au sud de Goureye]
  • Faucon crécerelle (falco tinnunculus ssp. tinnunculuscommon kestrel), 1 ind. perché sur un baobab [au sud de Tivaouane]
  • Martinet des maisons (apus affinis ssp. aerobates, little swift) [Tivaouane]
  • Martinet des palmes (cypsiurus parvus, african palm swift), 6 ind. en vol [au sud de Goureye]
  • Rollier varié (coracias naevius, rufous-crowned roller), 1 ind. [juste avant Tivaouane] + 1 ind. [juste après Tivaouane]: pas au nord en saison sèche 
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicusabyssinian roller), 2 ind. [Ndiambour] + 1 + 1 ind. [zone de Guéoul] + 1 ind. [Kébémer] + 1 ind. [au sud de Kébémer] + 1 ind. [Kelle] + 1 ind. [Thieumbeul] + 1 ind. + 2 ind. près d'un puits [au nord de Tivaouane]
  • Irrisor moqueur (phoeniculus purpureus ssp. senegalensis, green wood-hoopoe), 2 ind. [sud de Louga]
  • Huppe fasciée (upupa epops ssp., hoopoe ssp.), 1 ind. [au sud de Kébémer]
  • Calao à bec rouge (tockus kempi, western red-billed hornbill), surtout au sud de Kébémer
  • Choucador à oreillons bleus (lamprotornis chalybaeus, greater blue-eared glossy starling)
  • Choucador à longue queue (lamprotornis caudatus, long-tailed glossy starling), dont vol de 6 ind. dans la rôneraie [de Thiès]
  • Choucador à ventre roux (lamprotornis pulcher, chestnut-bellied starling), plus au nord qu'au sud
  • Corbeau pie (corvus albus, pied crow), 1 ind. [Kébémer] + 2 et 2 et 2 ind. [au nord de Goureye] + 1 ind. à la margelle d'un puits + 3 et 1 ind. [au nord de Tivaouane] + 5 ind. [au sud de Tivaouane]
  • Piacpiac (piapiac africain, ptilostomus aferpiapiac), groupe de ~8 ind. [36 km au nord de Thiès]

AUTRES:
Cricétome des savanes (ex rat géant de Gambie, cricetomys gambianis, gambian giant pouched rat), 1 cadavre en bord de route [au sud de Mekhe]


Greetings from north Senegal...
Avec Cath', John, Paul et J.J. 
Galerie du Rutland Osprey Project's 
tour au nord du Sénégal, 2014 01-02
Trois-Marigots; Ndiaël; forêt de Ndiaye; Djoudj 
/ 2014 01 29, 30 & 31 et 02 1 & 2, photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les images pour les agrandir -

Lire aussi les notules d'Ornithondar sur le séjour deltaïque du Rutland Osprey Project:






Voir toute la galerie photos sur la page Ornithondar de FacebookICI
Et l'album dédié 'Sur le terrain, avec le Rutland Osprey Project' sur PicasawebICI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues