" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

lundi 18 février 2013

18, un pipit des arbres sur le fil

2013 02 18 midi, pipit des arbres et tourterelle maillée sur le fil / Photo par Frédéric Bacuez


* Bango. Lampsar d'eau douce -

Temps: vent du nord, retour de la 'fraîcheur' saint-louisienne, ciel d'un bleu profond quasi marocain...

MIDI-
  1. Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle), 1 ind. sur son poteau immergé du Lampsar /
  2. Tourterelle maillée (streptopelia senegalensis, laughing dove), 1 ind. intrigué par un pipit des arbres sur 'son' fil (cf. photo ci-dessus)/
  3. Pipit des arbres (anthus trivialis, tree pipit), 1 ind. sur le fil (cf. ci-après) / 
APREM'-
  1. Martin-pêcheur huppé (alcedo cristata, malachite kingfisher), 1 ind.... chante sur le fil, à son tour (16h30)... Décidément !...
A 12h30, je reconnais immédiatement l'oiseau sur le fil, le très européen pipit des arbres (anthus trivialis ssp. trivialis, tree pipit)*, qui attire la curiosité d'une tourterelle maillée (streptopelia senegalensis), elle bien africaine. Le passereau est pour moi indissociable des alpages de mes montagnes savoyardes (cf. photos ci-après); au printemps et jusqu'au début de l'été, lors des parades nuptiales, on l'y voit s'élancer à l'oblique du haut d'un sapin ou d'un alisier, poussant son tzeet aigu et crescendo jusqu'au bout des forces alaires, avant de se laisser retomber en vrille, ailes bloquées, queue relevée et pattes pendantes, un peu comme un parachute, jusqu'à son perchoir de départ... Il y a quelque chose d'insolite que de revoir le pipit sous ces tropiques sahéliennes, quelques mois plus tard, calme et silencieux, dans un contexte environnemental et climatique diamétralement différent du biotope alpestre où j'ai l'habitude de l'observer et dans lequel il nichera dans cinq à six mois.


 Ci-dessus: 2013 02 18, Bango, Sénégal: pipit des arbres sur les fils de la Sénélec...
Ci-dessous: 2012 06 29, Haute-Savoie, France: chants et vols nuptiaux de pipits des arbres
/ Photos par Frédéric Bacuez


Nota 1: le pipit des arbres (anthus trivialis, étymologiquement 'hoche-queue vulgaire') a une distribution eurasienne très large, de la Galice espagnole à la Sibérie orientale. Il passe l'hiver au sud du Sahara, avec une préférence très nette pour la bande sahélo-soudanienne, des confins mauritano-sénégalais à la Somalie, et le long de la faille du Rift jusqu'au nord de l'Afrique du Sud. Si sa population globale n'est pas menacée, en Europe occidentale la destruction du bocage et des landes arborées fait refluer l'espèce sur ses bastions collinaires et montagnards.

* Lire: Migraction.net/Pipit des arbres

Nota 2: au Sénégal, cinq espèces de pipits peuvent être observées. Outre le pipit des arbres (anthus trivialis), deux autres pipits du Paléarctique sont des migrateurs qui viennent passer l'hiver sous les tropiques africaines: le pipit rousseline (anthus campestris, volontiers dans les landes et dunes littorales) et le pipit à gorge rousse (anthus cervinus). Deux espèces afrotropicales peuvent côtoyer nos visiteurs: le pipit à dos uni (anthus leucophrys, plutôt en zone de savane), résident à l'année, et le pipit à long bec (anthus similis), un erratique africain d'hiver venant du Mali et de Guinée, très localement aperçu dans le bas-delta entre novembre et mars. Bon courage pour leur observation et leur identification ! Ces oiseaux-là sont très (trop) souvent ignorés par les birdwatchers tant la différenciation desdites espèces est particulièrement délicate et... irritante...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues