" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

dimanche 17 février 2013

17, deux huppes sénégalaises filent le parfait béguin

2013 02 17 aprem', dans le jardin d'Ibou, un couple formé de deux huppes fasciées / Photo par Frédéric Bacuez

* Bango. Autour du jardin potager d'Ibou -

APREM'-
A peine rentré de la plaine alluviale du fleuve Sénégal... (Voir ICI)

15h00-
Sur le fil télégraphique, un guêpier nain (merops pusillus ssp. pusillus, little bee-eater) est dans une posture insolite, immobile; on pourrait croire qu'il dort, ou qu'il se meure, mais en vérité sous le bref cagnard de l'après-midi, le guêpier utilise les rayons ardents du complice solaire pour s'épouiller là où le bec n'a pas accès: le cou ! Si d'autres oiseaux comme les bulbuls et les moineaux le font dans le sable chaud ou sur la pierre brûlante, ailes grandes ouvertes pour en faire tomber la vermine, le guêpier nain qui n'aime pas se poser à terre est contraint de se tenir sur son perchoir et de faire quelques contorsions pour se débarrasser à peu de frais des importuns parasites qui pullulent vite sous la plume... mais n'apprécient pas l'exposition durable à l'impitoyable boule de feu du Sahel !

Ci-dessous: 2013 02 17 15h, guêpier nain laissant le soleil ardent l'épouiller... 
/ Photo par Frédéric Bacuez



15h05/15h15-
Sous les arbres de la cour, comme chaque jour la huppe fasciée de la sous-espèce sub-saharienne (upupa epops ssp. senegalensis, western african hoopoe) est en train de sonder le sable jonché de feuilles des manguiers. Entre chaque percée du sol par son long bec courbe, la huppe lance de petits sifflets caverneux et roulés, discrets, avant de replonger l'épée fatale, retirant avec une régularité étonnante un gros insecte ou une larve sombre qu'elle fait jongler entre les deux lames du bec avant de laisser rouler sa proie dans le fond de la gorge... Un bulbul des jardins (pycnonotus barbatus, common bulbul) se pose à coté de la huppe, probablement envieux et donc agacé, ce qui la fait sursauter et dérouler sa fameuse crête; le bulbul a décidé de chercher 'palabre' et se met à la poursuivre; la huppe papillonne alors jusqu'au terrain voisin, le jardin potager d'Ibou. Surprise, c'est aussi le coin des amoureux: mon Symorg rejoint une seconde huppe à qui elle - en fait 'il'- s'empresse d'offrir le produit de sa chasse...* Le couple est formé ! Après plusieurs semaines de pupulements du haut des fils télégraphiques, monsieur a séduit une compagne. Voilà madame qui descend de son arbuste et se met à prendre un bain de sable mêlé de fumier poudreux, tandis que l'énamouré arpente les travées du potager, comme les bergeronnettes (motacilla sp.),  pour rapidement rapporter à sa dulcinée de nouvelles offrandes, dans les volutes de sable qui s'envolent...

* Voir aussi: Ornithomedia.com/spécial saint valentin, les cadeaux nuptiaux chez les oiseaux

Ci-dessous: à g., 2013 02 16 11h50, la huppe fasciée mâle senegalensis pupule au-dessus du jardin d'Ibou - 
2013 02 17 15h-16h, au centre, la huppe fasciée femelle prend son bain... de sable, dans le potager d'Ibou - à d., le mâle sonde le sable 
/ Photos par Frédéric Bacuez
- Cliquer sur les photos pour les agrandir -


16h/16h15-
A l'étage, j'entrouvre une fenêtre de la chambre qui donne directement sur la canopée du jardin: effet de surprise garanti ! Les oiseaux prennent des habitudes aussi vite que les Hommes: à l'évidence ces volets ne sont jamais ouverts ! Une fois l'effarement passé, la curiosité me ramène les petites plumes des frondaisons (qui dominent surtout le garde-manger qu'est le jardin d'Ibou...), à hauteur de mon regard. C'est le défilé: serins à croupion blanc (serinus leucopygiuswhite-rumped seedeater), amarantes du Sénégal (lagonosticta senegala, red-billed firefinch), souïmangas à longue queue (cinnyris pulchellus, beautiful sunbird), moineaux dorés (passer luteus, sudan golden sparrow), 1 hypolaïs obscure (hippolais opaca, western olivaceous warbler), 1 crombec sitelle (sylvietta brachyura ssp. brachyura, northern crombec) et 1 barbican de Vieillot (lybius vieilloti, Vieillot's barbet), rien que ça !

Ci-dessous: 2013 02 17 16h15, barbican de Vieillot / Photo par Frédéric Bacuez


NUIT-
23h20, borborygmes d'hippo(s) (hippopotamus amphibius, hippopotamus) près de la maison...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues