" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

vendredi 30 novembre 2012

30, les pygargues de Gatien ont changé de lit !

Ci-dessus: 2012 11 30. La nouvelle aire des pygargues vocifères chez Gatien Dardenne / Photo par Frédéric Bacuez

* Berges sud du Lampsar 'doux'. Chez Gatien Dardenne -


Le couple de pygargues vocifères (haliaeetus vocifer, african fish eagle) établi depuis des années sur la propriété de l'artiste belge Gatien Dardenne a changé d'arbre et de nid* ! Les aigles pêcheurs se sont rapprochés du Lampsar; ils ont construit leur nouvelle aire à l'aplomb des herbiers du marigot, à une quinzaine de mètres en hauteur, à la fourche d'un vénérable eucalyptus. Le nid étant encore récent, il n'a pas le volume de l'ancienne aire: les rapaces unis pour la vie - une douzaine d'années- ont abandonné l'ancienne litière qui débordait de partout et avait été léché par un stupide feu de branchages morts quasiment aux pieds de son arbre blessé, il y a un peu plus d'une année ! Notons cependant que ces aigles ont la chance d'avoir élu le terrain de l'ami Gatien: c'est quasiment le seul bosquet de vrais et grands arbres du coin ! Cela n'empêche pas les bûcherons-charbonniers d'installer leur chantier clandestin, aux su de tous, directement en lisière du boqueteau et d'y mener leur saccage corrompu et corrupteur (sic), à l'ombre des pygargues qui doivent subir le fumet du bois que l'on transforme en charbon... pour le thé sacré des heures alanguies du pays...

* Lire et voir sur OrnithondarIl vole, le jeune pygargue vocifère !












2012 11 30 et 12 30: les grands eucalyptuss riverains du Lampsar et la nouvelle aire (couvée) des pygargues vocifères chez Gatien Dardenne 
/  Photos par Frédéric Bacuez

30, (re)mise en jambes derrière le Ranch de Bango...

2012 11 30 sur les berges du Lampsar 'doux'. Martin-chasseur à tête grise, atout coeur... / © Photo par Frédéric Bacuez

* Rive sud du Lampsar 'doux'. Alentours du Ranch de Bango -

6h50-13h. A pied.

OISEAUX / 50 espèces cochées (+ 1 sp. ?), 3 sp. entendues
MAMMIFÈRES / 3 espèces cochées
REPTILES / 2 espèces vues
AUTRES / 4 espèces vues

Espèces du jour:
Fauvette orphée (sylvia hortensis) / Moineau à point jaune (petronia pyrgita) / Sporopipe quadrillé (sporopipes frontalis) / 

Vu:
  • Pélican blanc (pelecanus onocrotalus, great white pelican), 8 ind. en vol au loin [S>N, vers Sanar] puis 9 ind. cerclant [au-dessus du Ranch de Bango] + 36 ind. en vol S>N à 11h45 [vers la plaine rizicole de Mboubeune ?] / 
  • Grand cormoran à poitrine blanche (phalacrocorax carbo ssp. lucidus, white-breasted cormorant), 3 ind. en vol passant O>E / 
  • Cormoran africain (phalacrocorax africanus, long-tailed cormorant), 1 ind. perché au-dessus de la petite mare pérenne + 2 en vol /
  • Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle), 1 ind. se pose au nid et couve ! + 1 vu cerclant plus tard + vociférations... / 
  • Busard cendré (circus pygargus, Montagu's harrier), 1 ind. en vol de chasse S>N [vers Sanar] / 
  • Milan parasite (à bec jaune, milvus migrans parasitus, yellow-billed kite), 6 à 9 ind.  / 
  • Faucon chicquera (falco chicquera, red-necked falcon), 1 ind. perché au faîte d'un arbre mort [chez Gatien Dardenne] /
  • Héron garde-boeufs (bubulcus ibis, cattle egret) / 
  • Oedicnème du Sénégal (burhinus senegalensis, Senegal thick-knee), 30+ ind. en compagnie de 10- vanneaux éperonnés / 
  • Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing) / 
  • Francolin à double éperon (francolinus bicalcaratus, double-spurred francolin), ~5 ind. / 
  • Chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper), 4 ind. / 
  • Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), 4 ind. dont deux ind. se poursuivant /
  • Goéland railleur (larus genei, slender-billed gull), groupe de 10 ind. passant en vol SO>NE /
  • Tourtelette d'Abyssinie (turtur abyssinicus, black-billed wood dove), 1 ind. passant / 
  • Tourterelle masquée (oena capensis, namaqua dove), 1 ind. passant / 
  • Tourterelle maillée (streptopelia senegalensis, laughing dove) / 
  • Perruche à collier (psittacula krameri ssp. krameri, rose-ringed parakeet), 2 ind. très bavardes et peu discrètes / 
  • Perroquet youyou (poicephalus senegalus, Senegal parrot), 2 ind. silencieux et discrets / 
  • Coucal du Sénégal (centropus senegalensis, Senegal coucal), 1 ind. / 
  • Martinet des maisons (apus affinis, little swift), 2 ind. avec un milan / 
  • Martin-chasseur à tête grise (halcyon leucocephala, grey-headed kingfisher), 1 ind. [berges du Lampsar doux, cf. photo en haut de notule] / 
  • Guêpier nain (merops pusillus ssp. pusillus, little bee-eater) / 
  • Rollier d'Abyssinie (coracias abyssinicus, abyssinian roller), 5 à 6 ind., dont adultes / 
  • Calao à bec rouge (tockus erythrorhynchus ssp. kempi, western red-billed hornbill), ~9 ind. /
  • Barbican de Vieillot (lybius vieilloti, Vieillot's barbet), 2 chanteurs très actifs, en parade nuptiale ? + 2 autres chanteurs sur autre site distant du premier / 
  • Pic goertan (dendropicos goertae, grey woodpecker), 1 ind. en vol ondulant  /
  • Cochevis huppé (galerida cristata ssp. senegallensis, crested lark) / 
  • Bergeronnette grise (motacilla alba, white wagtail), 1 mâle en plumage internuptial / 
  • Bergeronnette ibérique (motacilla flava iberiae, spanish wagtail), 1+ ind. / 
  • Bergeronnette printanière ssp. flava ( motacilla flava ssp. flava, yellow wagtail) / 
  • Bulbul commun (des jardins, pycnonotus barbatus, common bulbul) /

Ci-dessus: 2012 11 30. Fauvette orphée près du Ranch de Bango
/ © Photo par Frédéric Bacuez (détail)

  • Pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff), 1 ind./ 
  • Hypolaïs obscure (hippolais opaca, western olivaceous warbler), 1 ind. passant / 
  • Fauvette orphée (sylvia hortensis, western orphean warbler), 1 ind. (cf. photo ci-dessus) / 
  • Fauvette passerinette (sylvia conspicillata, spectacled warbler) / 
  • Camaroptère à dos gris (camaroptera brachyura ssp. brevicaudata, grey-backed camaroptera), 1 ind. / 
  • Cisticole des joncs (cisticola juncidis, zitting cisticola), 1+ ind. /  
  • Cratérope brun (turdoides plebejus, brown babbler), 2 ind. / 
  • Souïmanga à longue queue (cinnyris pulchellus, beautiful sunbird), 1 juvénile avec une passerinette + 1 femelle + 5 immatures ensemble + 1 mâle en plumage internuptial / 
  • Gonolek de Barbarie (laniarius barbarus, yellow-crowned gonolek), 1 + 2 ind. / 
  • Corbeau pie (corvus albus, pied crow), 2 ind. / 
  • Moineau domestique (passer domesticus ssp. indicus, house sparrow), 1 mâle à l'entrée de Bango / 
  • Moineau à point jaune (petronia pyrgita, yellow-spotted petronia), 1 ind. / 
  • Sporopipe quadrillé (sporopipes frontalis, speckle-fronted weaver), un vol de ~12 ind. / 
  • Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. melanocephalus, black-headed weaver) / 
  • Travailleur à bec rouge (quelea quelea, red-billed quelea), vols en compagnie de tisserins et probables euplectes
  • Amarante du Sénégal (lagonosticta senegala, red-billed firefinch), dizaines en groupes + 9 ind. avec deux combassous / 
  • Combassou du Sénégal (vidua chalybeata ssp. chalybeata, village indigobird), 2 ind. en plumage internuptial, picorant au sol avec des amarantes /
Nota: Et 1 possible fauvette mélanocéphale (sylvia melanocephala, sardinian warbler), trop furtivement, plus petite que la fauvette orphée bien observée / 

Entendu:
Pygargue vocifère / Râle à bec jaune / Francolin à double éperon / Gonolek de Barbarie / Tchagra à tête noire / Calao à bec rouge / Choucador à longue queue /

AUTRES: 
  • Patas 'singe rouge' (erythrocebus pataspatas monkey), 1 gros mâle solitaire [derrière chez Gatien Dardenne] / 
  • Lièvre des buissons (à oreilles de lapin, de Crawshay, lepus saxatilisscrub hare), 1 ind. / 
  • Écureuil terrestre du Sénégal (xerus erythropusstriped ground squirrel), 1 + 1 ind. /
  • Varan du Nil (varanus niloticus, Nile monitor), 3 ind. dont un logeant dans les bâtiments en ruine près du fleuve /
  • Agame variable (des colons, agama agama, rainbow lizzard), 1 mâle /
  • Néphile du Sénégal (nephila senegalensisSenegal golden silk orb weaver), 1 ind. (cf. photo ci-dessous)
  • 3 sp. papillons

Galerie ci-après: 2012 11 30 matin, derrière le Ranch de Bango...
Ci-dessous: l'unique mare pérenne du coin; néphile du Sénégal et cormoran africain
/ © Photos par Frédéric Bacuez





30, galerie n°2

* Derrière le Ranch de Bango -











































Ci-dessus, de haut en bas et de gauche à droite:
Rollier d'Abyssinie, adulte; et amarante du Sénégal, mâle / Tourterelles maillées ssp. senegalensis /
Cormoran africain ssp. africanus, juvénile / Calao à bec rouge ssp. kempi, mâle chanteur /
Oedicnèmes du Sénégal / Perruche à collier ssp. krameri
Guêpier nain ssp. pusillus / Vanneau éperonné /
Néphile du Sénégal / Odonate sp.
Photos par Frédéric Bacuez, tous droits réservés

mercredi 28 novembre 2012

27-28, 272 hérons pourprés dans deux dortoirs du Djeuss

Héron pourpré - Ardea p. purpurea gagnant son dortoir dans les typhas du Djeuss doux
20012 11 28 soir / © Photo par Frédéric Bacuez
* Bango. Djeuss d'eau douce - 

Chaque soir à partir de 18h10, les Hérons pourprés (Ardea purpurea, Purple Heron) arrivent par dizaines de l'ouest deltaïque pour se poser en groupes dans les vastes typhaies de la rive nord du Djeuss d'eau douce. Jusqu'à la nuit, pendant près d'une heure, si certains des ardéidés continuent leur vol crépusculaire à basse altitude vers l'amont du 'barrage', le plus grand nombre des hérons descend par cercles pour se poser (presque) en face de la maison pour la nuit, pattes pendantes, le cou en avant, au milieu des roseaux (cf. photo ci-dessus). Ce soir j'ai dénombré l'arrivée d'au moins 272 Hérons pourprés, entre 18h10 et 18h50 ! Si certains d'entre eux sont d'authentiques résidents subsahariens, une majorité de ces Hérons pourprés est à l'évidence faite de migrateurs maghrébins et surtout européens qui viennent dans le bas-delta passer leur hiver, aux cotés de leurs frères africains.

MATIN-
- Dans le jardin:
  1. Guêpier nain (merops pusillus, little bee-eater), 6 ind.
  2. Tourterelles maillées (streptopelia senegalensis, laughing dove)
  3. Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens, african mourning dove), 1 ind.
  4. Pic goertan (dendropicos goertae, grey woodpecker), 1 ind. passant
  5. Pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff), 1 ind.
  6. Souïmanga à poitrine rouge (chalcomitra senegalensis, scarlet-chested sunbird), 1 mâle en plumage quasi nuptial + 2 ind. immatures
  7. Amarante du Sénégal (lagonosticta senegala, red-billed firefinch), un couple
APREM' et SOIR-
- Depuis le ponton sur le Djeuss 'doux':
  1. Cormorans africains (phalacrocorax africanus, long-tailed cormorant)
  2. Crabiers chevelus (ardeola ralloides, squacco heron)
  3. Grandes aigrettes (ardea alba, great egret)
  4. Aigrettes intermédiaires (egretta intermedia, intermediate egret)
  5. Aigrettes des récifs (egretta gularis, western reef egret)
  6. Hérons garde-boeufs (bubulcus ibis, cattle egret)
  7. Héron cendré (ardea cinerea, grey heron), quelques ind.
  8. Héron pourpré (ardea purpurea, purple heron), compté 140+ ind. le 27 11 et 272 ind. le 28 11 entre 18h10 et 18h50 (cf. ci-dessus et photo en haut de notule)
  9. Bihoreau gris (nycticorax nycticorax, black-crowned night heron), dizaines d'ind., essentiellement immatures, décollant des mangroves du Djeuss saumâtre et se dispersant comme chaque soir vers le N et l'E entre 18h50 et 19h+, avec divers ardéidés 
  10. Pygargue vocifère (haliaeetus vocifer, african fish eagle), au moins 2 ind. (retour vers l'aire à 18h35)
  11. Balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey), 1 à 2 ind.
  12. Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing), 4 ind.
  13. Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanus, african jacana), 2 ind.
  14. Chevalier guignette (actitis hypoleucos, common sandpiper), 1 ind.
  15. Chevalier sylvain (tringa glareola, wood sandpiper), 1 ind. 
  16. Goéland brun (larus fuscus, lesser black-backed gull), 1 ind. immature
  17. Sternes caspiennes (sterna caspia, caspian tern), 25+ ind. le 27 11 soir
  18. Sterne caugek (sterna sandvicensis, sandwich tern), 3+ ind.
  19. Sterne hansel (gelochelidon nilotica, gull-billed tern), 4 ind. en vol NE>O
  20. Tourtelette d'Abyssinie (oena capensis, namaqua dove), 2 ind.
  21. Alcyon pie (ceryle rudis, pied kingfisher), 5+ ind. le 27 11 et ~7 ind. le 28 11
  22. Martin-pêcheur huppé (alcedo cristata, malachite kingfisher), 2 ind.
  23. Guêpier de Perse (merops persicus, blue-cheeked bee-eater), quelques ind. dans le ciel du Djeuss bangotin
  24. Guêpier nain (merops pusillus), 1 ind.
  25. Coucal du Sénégal (centropus senegalensis, Senegal coucal), 1 ind.
  26. Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus, black-headed weaver), quelques ind.
Entendu:
Marouette à bec jaune (amaurornis flavirostra) [dans la roselière du ponton, soir] / Camaroptère à dos gris (camaroptera brachyura) [jardin]

NUIT, ~23h30-
Passage de flamants roses (phoenicopterus roseus, greater flamingo): "konk, konk, konk !..."

AUTRES:
  1. Varan du Nil (varanus niloticus, Nile monitor)
  2. Grenouilles sp.
  3. Tarente sp., 1 ind. de taille exceptionnelle (nuit) [terrasse du jardin]

mardi 27 novembre 2012

27, impasse Gustave Pelloux, d'un Lampsar l'autre

Ci-dessus: 2012 11 28, berges bangotines du Lampsar  d'eau douce / Photo par Frédéric Bacuez
* Bango. Impasse Gustave Pelloux. Lampsar d'eau douce -

Ornithondar a pris ses quartiers d'hiver dans une case ronde, fraîche et haute de plafond, au bout de l'impasse Gustave Pelloux: je ne sais comment cet homme dont on a peu de traces a laissé son nom à une ruelle excentrée d'une cité dont les voies sont souvent anonymes; je ne sais trop si cet homme était ingénieur ou médecin; en tout cas Gustave (1893-1972) fut l'un de ces nombreux et beaux métis, plus ou moins célèbres, de l'abbé Boilat à Maurice Béjart, que Saint-Louis-du-Sénégal offrit au monde, jadis... L'impasse, aujourd'hui, c'est un peu les Almadies, ou le Ouaga 2000, de Bango... Je l'appelle la rue des toubabs, vu que toutes les maisons qui la bordent sont la propriété de quelques bienheureux, européens et sénégaulois, rarement présents. Loin du Bango 'populaire' dont les bondieuseries ne sont que réminiscences étouffées des temps où j'habitais Keur Lampsar. D'un Lampsar à l'autre, du marigot saumâtre au réservoir d'eau douce derrière sa digue: ce long 'barrage' contre les remontées salines est le château d'eau de Ndar, quatre kilomètres d'un univers aquatique apaisé, tapissé de plantes rampantes, cerné par des typhaies envahissantes et d'insondables herbiers pour les pythons, les varans, et deux hippos. Un havre pour les oiseaux timides, un dortoir pour les hérons pourprés, les hirondelles de rivage et les bergeronnettes.
Ci-dessus: Gustave Pelloux (1893-1972)
http://senegalmetis.com/Senegalmetis/Accueil.html

Seize manguiers et trois eucalyptus tourmentés par les tourbillons rugueux du temps, l'eau qui affleure et les vents, salés de l'ouest, froids du nord, chauds et sablonneux de l'est; deux rôniers, autant de jeunes cocotiers et sapotilliers, un flamboyant et un arbre à étages;  le jardin  est un bosquet ombreux comme un verger sauvage, juste clôturé par un fouillis de bougainvillées de tous les coloris. Le cordon sableux descend en pente douce vers un ponton branlant au-dessus des herbiers du Lampsar (cf. photos ci-dessous). Une trouée entre les roseaux ouvre un panorama sur le marigot et les gourmandes étendues de typhas qui en avalent la rive nord, aux portes de la grande plaine alluviale du fleuve Sénégal.


- Les oiseaux du jardin (et voisinage):

  1. Faucon (chicquera) à cou roux (falco chicquera ssp. ruficollis, red-necked falcon), 1 à 2 ind. / 
  2. Vanneau éperonné (vanellus spinosus, spur-winged lapwing), 4 à 6 ind. dont deux couples résidents [jardin d'Ibou] / 
  3. Tourterelle maillée (streptopelia senegalensis ssp. senegalensis, laughing dove), dont couple résident / 
  4. Tourterelle pleureuse (streptopelia decipiens ssp. shelleyi, african mourning dove), dont 1 ind. résident / 
  5. Touraco gris (crinifer piscator, western grey plantain-eater), 2 à 4 ind. /
  6. Coucal du Sénégal (centropus senegalensis, Senegal coucal), 2 ind. en couple /
  7. Martin-chasseur à tête grise (halcyon leucocephala, grey-headed kingfisher), 1 ind. /
  8. Martin-chasseur strié (halcyon chelicuti, striped kingfisher), 1 ind. chanteur / 
  9. Huppe fasciée africaine (upupa epops senegalensis, western african hoopoe), 2,ind., couple en formation / 
  10. Guêpier nain (merops pusillus ssp. pusillus, little bee-eater), 6+ ind. dont juvéniles/immatures / 
  11. Calao à bec noir (tockus nasutus ssp. nasutus, african grey hornbill), au moins 3 ind. immatures erratiques dans le quartier / 
  12. Barbion  à front jaune (pogoniulus chrysoconus ssp. chrysoconus, yellow-fronted tinkerbird), 1 chanteur régulier /
  13. Barbican de Vieillot (lybius vieilloti, Vieillot's barbet), 1 chanteur régulier /
  14. Barbican à poitrine rouge (lybius dubius, bearded barbet), 3 ind. dont deux adultes et un immature / 
  15. Pic goertan (dendropicos goertae ssp. goertae, grey woodpecker), 2 en couple, femelle et mâle / 
  16. Bergeronnette grise (motacilla alba ssp. alba, white wagtail), 2 à 3 ind. /
  17. Pipit des arbres (anthus trivialis, tree pipit), 1 ind. 
  18. Bulbul commun (des jardins, pycnonotus barbatus ssp. inornatus, common bulbul), de 5 à 10 ind. / 
  19. Hypolaïs obscure (hippolais opaca, western olivaceous warbler), 1+ ind. / 
  20. Pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff), 2+ ind. / 
  21. Fauvette des jardins (sylvia borin, ssp. borin, garden warbler), 1 ind. / 
  22. Crombec sitelle (sylvietta brachyura ssp. brachyura, northern crombec), 2 ind., probable couple / 
  23. Camaroptère à dos gris (camaroptera brachyura ssp. brevicaudata, grey-backed camaroptera), 1 ind., chanteur / 
  24. Souïmanga à poitrine rouge (chalcomitra senegalensis ssp. senegalensis, scarlet-chested sunbird), plusieurs ind. en internuptial /
  25. Souïmanga à longue queue (cinnyris pulchellus, beautiful sunbird), quelques ind. en phases prénuptiales /
  26. Gonolek de Barbarie (laniarius barbarus ssp. barbarus, yellow-crowned gonolek), 2 ind. / 
  27. Moineau domestique (passer domesticus, house sparrow), quelques ind. non nicheurs sur site / 
  28. Tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus ssp. melanocephalus, black-headed weaver) / 
  29. Tisserin minule (ploceus luteolus ssp. luteolus, little weaver), au moins 1 ind. /
  30. Tisserin gendarme (ploceus cucullatus, village weaver), chanteurs présents dès la floraison et les premières fructifications des manguiers /
  31. Moineau doré (passer luteus, sudan golden sparrow), nombreux dans le jardin maraîcher voisin (jusqu'à ~80 ind.) /
  32. Capucin bec-d'argent (euodice cantans, african silverbill), peu /
  33. Serin à croupion blanc (serinus leucopygius, white-rumped seedeater), discret, vu au moins 1 ind. 
  34. Amarante du Sénégal (lagonosticta senegala, red-billed firefinch), ~5 à 6 ind. réguliers à l'abreuvoir /

- Dans les herbiers et les roseaux:

  1. Crabier chevelu (ardeola ralloides, squacco heron) /
  2. Blongios nain probablement ssp. payesii (ixobrychus minutus, little bittern), 2 ind., mâle et femelle / 
  3. Râle à bec jaune (amaurornis flavirostra, black crake), au moins 3 ind. / 
  4. Jacana à poitrine dorée (actophilornis africanus, african jacana), 3 ind. / 
  5. Martin-pêcheur huppé (alcedo cristata ssp. galerita, malachite kingfisher), 1+ ind. / 
  6. Prinia aquatique (prinia fluviatilis, river prinia) ou/et prinia modeste (prinia subflava, tawny-flanked prinia) / 
  7. Phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenus, sedge warbler), 2+ ind. /
  8. Pouillot véloce (phylloscopus collybita, common chiffchaff), 1+ ind. /

Et de bien discrètes grenouilles...

- A domicile...

  1. Varan du Nil (varanus niloticus, Nile monitor), 5 ind.: deux spécimens adultes, deux immatures et un juvénile de l'année - qui vient souvent se mettre au chaud sous le toit de la maison...
  2. Agames variables des colons / 
  3. Quelques énormes tarentes sp. /
  4. Et ~80 'guêpes' maçonnes sous la véranda !





Ci-dessus: depuis le ponton (au centre), vue vers la gauche (sterne caspienne) et vers la droite (jacana à poitrine dorée) du Lampsar d'eau douce 
Plus haut: le ponton et les rives végétales du marigot, 2012 11 27 et 29 / Photos par Frédéric Bacuez

samedi 17 novembre 2012

17, événement: Gandiolais, 2e mention africaine du Bécassin à bec court... du Canada !

Ci-dessus: 
 1ère observation au Sénégal et 2e en Afrique d'un Bécassin à bec court... d'Amérique du nord !
Lagons de Gandiole. 2012 10 14 
/ Courtesy © photo par Alexander Hiley (Galerie photos 2012 10) pour Senegalwildlife et Ornithondar

* Gandiolais -

Abstract: a new species for Senegal - and probably Africa: a single north american Short-billed Dowitcher photographed (see above) on the last october 14th. near Gandiole, a few kilometres south of Saint-Louis.

L'autre site ornitho du Sénégal,  Senegalwildlife*2 - évidemment toubab et anglophone...- rapporte l'observation faite le 14 octobre dernier dans le Gandiolais, par Alexander Hiley, d'un Bécassin à bec court de la sous-espèce nominale*1 (ex Limnodrome à bec court, Bécassin roux, Limnodromus griseus, Short-billed Dowitcher - un petit air de grosse Bécassine), limicole du Canada et de l'Alaska hivernant sur les littoraux Atlantique et Pacifique du sud des Etats-Unis aux Brésil et Pérou. Il s'agit d'un oiseau juvénile ou immature en plumage hivernal: on distingue le bavoir moucheté typique de l'habit hivernal de cette espèce, mais aussi quelques nuances roussâtres de part et d'autre de la poitrine. A notre connaissance, c'est la seconde (ou troisième) fois qu'un Bécassin est signalé en Afrique mais la première fois que l'observation est (bien) documentée, une grande première pour notre Sénégal qui enrichit ainsi sa liste des oiseaux dits accidentels ou occasionnels, du delta saint-louisien à la Casamance, ou tout simplement à quelques encablures de Dakar ! Une première mention d'un Bécassin en Afrique, par M. A. McDonald*3, datait du 24 octobre 1976, du Ghana sur les salins d'Iture à quelques kilomètres de Cape Coast. Un autre individu avait été décrit de Gambie en décembre 1978 sans être spécifiquement identifié*3 comme Bécassin à bec long ou à bec court*1. Malheureusement, ces deux signalements déjà anciens ne sont ni l'un ni l'autre accompagnés d'images. Notre mention saint-louisienne reste, en l'état et comme le souligne en 'commentaire' Paul Robinson*2 de Senegalwildlife/Accueil, la seule preuve incontestable d'une présence automnale d'un Bécassin à bec court du Canada en Afrique subsaharienne !

Un Bécassin à bec court a été photographié et observé aux Açores*4 pendant cinq jours en août dernier, déjà: serait-ce le même individu, qui aurait continué sa route très à l'est de sa voie migratoire habituelle, jusqu'au bas-delta sénégalais ? Comme dans notre delta et quasiment au même moment - du 22 au 27 octobre, cinq jours aussi...-, un (autre) Bécassin à bec court a été observé et photographié dans l'estuaire de la Somme (Picardie), au Crotoy*5, ce qui en fait la seconde mention, seulement, de l'oiseau américain en France !

*1 Deux espèces de Bécassins, très voisines l'une de l'autre, et difficiles à différencier: le Bécassin à bec court (Limnodromus griseus), avec trois sous-espèces: L. g. griseus, du nord-est canadien, probablement notre oiseau gandiolais; L. g. hendersoni, du centre canadien; et L. g. caurinus, du sud de l'Alaska et du sud Yukon canadien. Préférence hivernale pour les eaux saumâtres / le Bécassin à long bec (Limnodromus scolopaceus), jusqu'alors occasionnellement observé en Grande-Bretagne et en Irlande... Préférence hivernale pour les eaux douces. 
*5 Octobre 2012, seconde mention française du Bécassin à bec court:
http://yvon-piafologie.skyrock.com/3124144027-Becassin-picard.html
Ci-dessus: 
quelques spots à limicoles de Gandiole où il est susceptible d'observer, inch'Allah, un Bécassin !

Nota: si les lagons de Gueumbeul jusqu'à Ndiebene attirent des espèces spectaculaires et touristiquement attractives (Spatules blanches, Avocettes élégantes, Flamants roses, Flamants nains, Pélicans blancs et Pélicans gris), les petites salines de Gandiole à Mouit ne sont pas moins intéressantes pour les amateurs de limicoles en stationnement hivernal. Les quelques plans d'eau, même pollués par les déchets (cf. photo en bas), accueillent de nombreux oiseaux d'eau de fin juillet à décembre, et facilement jusqu'à fin janvier - si la mousson a été miséricordieuse, ce qui est généralement le cas depuis quelques années, ouf... Autre avantage: les limicoles n'y sont pas des plus farouches tant ils s'y habituent vite aux passages des Hommes et des véhicules, dans un environnement de plus en plus anthropique. Mais jusqu'à quand ? On y observera à loisir la majorité des petits échassiers réguliers des rivages et vasières saumâtres: les Barges à queue noire et des Barges rousses, les Combattants variés, des Échasses blanches, Chevaliers et Gravelots de plusieurs espèces, et surtout quelques individus de plusieurs espèces de Bécasseaux pas toujours fréquentes comme le Cocorli (Calidris ferruginea) ou le Maubèche (Calidris canutus). Qui sait si vous ne tomberez pas, à votre tour, sur une espèce occasionnelle, ou jamais identifiée sous nos latitudes ! Le birdwatcher lui aussi n'est pas des plus répandus, au sud du Sahara... A vos jumelles, donc !

Ci-dessous: 
2011 01 31, lagon de Gandiole / © Photo par Frédéric Bacuez

Une liste des oiseaux accidentels au nord du Sénégal

* Nord du Sénégal: de la Grande Côte aux berges du fleuve Sénégal -

- VENUES DU PALEARCTIQUE:

11 espèces d'Amérique du nord, toutes oiseaux d'eau ou limicoles*:

Canard à front blanc                                                                                                                     
Sarcelle à ailes bleues                                                                                                
Mouette de Franklin                                                                                                   
Mouette de Bonaparte                                                                                                    
Bécasseau de Baird                                                                                                    
Bécasseau rousset                                                                                                       
Bécassin à bec court                                                                                                  
Bécasseau tacheté
Pluvier bronzé
Chevalier grivelé
Chevalier à pattes jaunes

* Lire aussi: http://senegalwildlife.wordpress.com/2012/11/25/more-american-waders-in-senegal/

Des oiseaux marins ou subarctiques:

Bernache cravant
Fulmar boréal
Labbe à longue queue
Grand labbe
Labbe de McCormick
Mouette pygmée
Goéland cendré
Mouette tridactyle
Guillemot à miroir
Pluvier doré

Des oiseaux sahariens, marocains et méditerranéens:

Moineau du désert
Bruant du Sahara
Bruant proyer
Linotte mélodieuse
Gobemouche de l'Atlas
Engoulevent à collier roux
Grand-duc ascalaphe
Ganga de Lichtenstein
Faucon de Barbarie
Ibis chauve
Vautour moine
 
D'Europe:

Grue cendrée
Canard colvert
Grèbe huppé
Butor étoilé
Bergeronnette des ruisseaux
Grive musicienne
 
D'Eurasie et de Sibérie:

Faucon émerillon
Faucon sacre
Bergeronnette citrine
Rousserolle verderolle
Hypolaïs hyctérine
Pouillot à grands sourcils
Pouillot siffleur
Fauvette épervière
Gobemouche nain

D'Asie ou/et du Moyen-Orient:

Gravelot de Leschenault

- VENUES D'AFRIQUE SUBSAHARIENNE:

Vanneau à tête blanche
Râle africain
Caille arlequin
Bec ouvert africain
Cigogne épiscopale
Cigogne d'Abdim
Ibis hagedash
Buse d'Afrique
Martinet de Cafrerie
Martinet d'Ussher
Merle africain
Cisticole striée
Rémiz à ventre jaune
Astrild queue-de-vinaigre

Et 2 espèces autrefois présentes dans le delta et pas observées depuis plusieurs années:

Jabiru d'Afrique
Marabout d'Afrique

jeudi 8 novembre 2012

8, le dauphin abandonné comme un détritus sur la plage

Ci-dessus et en bas: 2012 10 24, stenella frontalis à la renverse sur la plage de Ndar Toute
/ Courtesy photos par Alain-Paul Mallard pour Flickr et Ornithondar

* Saint-Louis-du-Sénégal. Langue de Barbarie-

Le 24 octobre dernier, l'ami Alain-Paul Mallard a photographié un dauphin tacheté de l'Atlantique (stenella frontalis, Atlantic spotted dolphin)* en état de décomposition avancé sur la plage de Ndar Toute. On ne sait pas si le cétacé s'est échoué là, mort ou vif, ou s'il a été ramené noyé, voire agonisant, dans les mailles de nos valeureux pêcheurs; en général, les artisans comme les industriels de la pêche hauturière - enfin, pas tous...- se débarrassent au plus vite de ces prises dites accidentelles et rendent à l'océan le cadavre de l'infortuné chéri des petits d'Homme... On ne saura jamais si la bête a été dépecée in situ par une ribambelle d'enfants et de femmes, trop heureux d'avoir à moindre frais de la chair, même faisandée, pour agrémenter le riz de plus en plus maigre de poissons... Il ne manque pas de convives pour se nourrir au plus pressé, sur cette plage de tous les immondices, véritable décharge, toilettes et cimetière à ciel ouvert: chiens errants, chats faméliques, milans parasites et corbeaux pies, mouettes et goélands, crabes et une myriade d'insectes de sable. Les connaisseurs ne seront pas surpris, évidemment, que dans ce tohu bohu de la Langue de Barbarie urbanisée (Goxuumbacc, Ndar Toute, Guet N'Dar, l'une des plus fortes densités humaines au monde - Gaza, sans les barbelés... mais plus miséreux), il n'y ait aucune âme non pas charitable mais responsable pour enterrer ou faire enterrer le cétacé putride et malodorant... Il ne manque pourtant pas, dans cette antichambre du paradis, de jeunes talibés obligés et serviles, harmonieusement du décor... Le Sénégalais met grand soin à entretenir sa cour, même dans ces quartiers populeux promis à la submersion; en revanche il se fout totalement du domaine public. Et méprise celle ou celui qui aurait l'idée saugrenue de nettoyer la merde collective ! Quant à la municipalité, à l'Etat et aux lettrés de tous bords, laïques et religieux, seules la rhétorique et la joute politicienne les (pré)occupent.

* http://www.cms.int/reports/small_cetaceans/data/S_frontalis/s_frontalis.htm

Nota 1:
Treize espèces de delphinidés peuvent fréquenter, jusque là, le littoral sénégalais de la Grande Côte:
le dauphin tacheté de l'Atlantique (stenella frontalis, ) / le dauphin tacheté (stenella attenuata) / le dauphin commun (delphinus delphis) / le dauphin bleu et blanc (stenella coerleoalba) / le dauphin à long bec (stenella longirostris) / le sténo (steno bredanensis) / le grand dauphin (tursiops truncatus) / le dauphin de Fraser (lagenodelphis hosei) / le dauphin de Risso (grampus griseus) / le cachalot nain (kogia sima) / l'orque commune (orcino orca) / le péponocéphale (peponocephala electra) / le globicéphale tropical (globicephala macrorhynchus, cf. http://ornithondar.blogspot.com/2008/05/21-pres-dune-centaine-de-globicephales.html)

Nota 2:
http://www.greenpeace.org/africa/fr/Multimedia/Slideshow/La-mort-inexpliquee-despeces-marines-dans-les-eaux-Senegelais-/

En rappel, sur Ornithondar:
http://ornithondar.blogspot.fr/2011/05/22-echouages-senegalais.html
http://ornithondar.blogspot.com/2004/06/21-une-hecatombe-de-dauphins-et-de.html

jeudi 1 novembre 2012

1, raies et requins: la grande braderie de Sal-Sal, encore et toujours !


Ci-dessus: 2012 10 27, tête de requin-marteau halicorne, séchoirs de Goxuumbacc, lande de Sal-Sal
/ Courtesy photo par Alain-Paul Mallard pour Flickr et Ornithondar
 
* Saint-Louis-du-Sénégal. Goxuumbacc, lande de Sal-Sal (Langue de Barbarie nord) -

En rappel: au seuil de la mousson 2011, Ornithondar et http://www.saintlouisdusenegal.com/ avaient tiré la sonnette d'alarme sur l'explosion du business de requins et de raies à Goxuumbacc, un quartier nord de Saint-Louis, sur la Langue de Barbarie, au seuil des landes de Sal-Sal et de la frontière mauritanienne. Même si ces poissons ne sont pas consommés par les saint-louisiens, et alors que de terribles menaces pèsent sur la pérennité de leurs "stocks" en mer, nous avions écrit que ce commerce avait à l'évidence une destination hors du pays. A la même époque, de nombreux rapports, des séminaires et des recommandations alertaient l'opinion et les pouvoirs publics, un peu partout y compris en Mauritanie et au Sénégal. Un an plus tard, le constat est amer. Mon ami l'écrivain et cinéaste mexicain Alain-Paul Mallard*A est retourné sur place et a photographié. Je lis dans ses images, outre cette permanente fascination toute latine pour la dé-composition (sic) - il y a du Barcelo, de l'Alvarez Bravo et Graciela Iturbide, là dedans ! - le même regard accablé et accablant sur l'éradication quasi-industrielle, mécanique, sans retour, du monde vivant marin. On ne manquera pas de faire un parallèle entre ces quelques instantanés et l'oeuvre du  grand photographe Peter Beard, ami de Bacon, qui témoigna dans les années 50-60' toutes joyeuses de l'autre siècle, sur le massacre de la grande faune terrestre du continent noir (cf. photo ci-dessous à d.).

Ci-dessous: à g., 2012 10, Goxuumbacc, Langue de Barbarie. Petits requins et raies sur les séchoirs de Sal-Sal / Courtesy photo par Alain-Paul Mallard pour Flickr et Ornithondar, tous droits réservés - à d., peaux de zèbres, Kenya / Photo par Peter Beard, DR


Comme toujours, rien n'y fait. Les discours, les décrets, les colloques*1, les engagements ou les revirements des uns et des autres, l'aiguillon de Greenpeace-au-Sénégal*2: la réalité est là, peut-être immuable, en tout cas inchangée malgré le dépeçage de l'ère Wade & prévaricateurs. L'alternance et l'arrivée d'un écolo médiatique*3 à la tête d'un ministère sans le sou, dans un pays parmi les moins soucieux d'"environnement" au monde n'y changeront pas grand chose. Misère, ignorance et obtusions spirituelles des "masses" règnent en maîtres; tandis qu'inefficacités, invisibilités, petites corruptions quotidiennes et onirisme échevelé annihilent les "lettrés". Dans ce pays de l'extrême pauvreté - et d'inconscience pas qu'écologique-, l'argent fait loi. Et foi. En l'espèce l'argent d'autrui, celui des commanditaires, souvent lointains, et de leurs intermédiaires, tapis dans l'ombre des arrangements et des glauques opacités de la gouvernance; mais aussi l'argent de la demande, de plus en plus pressante, de populations de l'hinterland qui consomment, eh oui,  aussi, ce que dédaignent les ndar ndar, les pêcheurs et autres habitants du littoral sénégalais: le poisson fumé-salé ! Malgré la conjoncture, ici le tiep ne prise toujours pas la raie ni le requin, qu'on rejetait jusque là à la mer, au fleuve, aux sables, aux laridés et autres charognards. Désormais on en fait son beurre ! Les requins,  du plus petit au plus costaud, tous de plus en plus jeunes, qu'importe que ceux-ci soient tout à fait inoffensifs, tous les requins sont de la bonne affaire. Vite délestés de leurs ailerons pour soigner la libido déficiente des "chinois" désintéressés - pas pour deux sous capitalistes et prédateurs comme ces foutus toubabs, les démembrés sont pêle mêle dispersés sur les séchoirs, au milieu des raies éventrées, avant de prendre les routes du Sahel pour finir au Mali, au Burkina Faso, au Niger, en condiments corsés pour les sauces du cru. Rien ne se perd. Il n'y a que l'océan, vidé au large par les armadas qui font dans le frais, qui perd sur tous les fronts. N'en déplaise à tous les naïfs qui pensent que pêcher à bord d'une pirogue c'est avoir la vocation de l'artisanat ! Donnez quelques dizaines de chalutiers aux quelque 60 000 et rudes pêcheurs sénégalais et vous me direz si le goût du gain et le je-m'en-foutisme écologique ne seront pas (aussi) du progrès !

*3 Haïdar El Ali, récemment de passage à Saint-Louis pour constater de visu l'apparition de nouvelles brèches dans la Langue de Barbarie
 
*A Voir les (formidables) carnets photographiques d'octobre de l'ami Alain-Paul Mallard*4, dont ces terrifiantes images ci-après des séchoirs de Sal-Sal, à:
http://www.flickr.com/photos/alain-paul_mallard/sets/72157631849622746/
http://www.flickr.com/photos/alain-paul_mallard/sets/72157631884998174/
*4 Voir: http://ornithondar.blogspot.fr/2012/04/24-braconnage-passif-au-coeur-du-djoudj.html

En rappel sur Ornithondar, il y a à peine plus d'un an:
http://ornithondar.blogspot.fr/2011/07/7-entre-deux-seminaires-le-massacre-des.html
http://ornithondar.blogspot.fr/2011/07/10-sal-sal-raies-requins-gris-requins.html

Dans la presse:
http://www.seneweb.com/news/Societe/senegal-des-pecheurs-se-mobilisent-contre-des-navires-etrangers_n_43174.html
http://www.slateafrique.com/96131/senegal-greenpeace-denonce-un-pillage-organise-dans-la-peche-sur-deux-ans
http://www.slateafrique.com/96449/briser-la-spirale-de-l-inconscience-senegal

*1 De la Fondation Internationale du Banc d'Arguin (FIBA): http://www.lafiba.org/index.php/fr/actualites/autres_nouvelles/colloque_international_sur_la_conservation_et_la_gestion_des_populations_de_requins_en_afrique_de_l_ouest
*2 De Greenpeace Afrique (http://www.greenpeace.org/africa/fr/):
http://www.greenpeace.org/africa/fr/Actualities/actualites/Le-Senegal-annule-29-autorisations-de-peche-accordees-aux-navires-etrangers/
http://www.greenpeace.org/africa/fr/Actualities/actualites/LEspoir-Renait-Dans-Les-Pecheries-Senegalaises/#video
http://www.greenpeace.org/africa/fr/Actualities/Blogs-de-Greenpeace-Afrique/plus-jamais-a/blog/42525/
http://www.greenpeace.org/africa/Global/africa/publications/oceans/MainBasseSurLaSardinelle.pdf





Ci-contre: Goxuumbacc et Sal-Sal, les lieux de l'orgie 
/ Photo Google Earth 2011

Ci-après: requins gris, requins-marteaux halicornes et raies aux séchoirs de Goxuumbacc, lande de Sal-Sal
/ Courtesy photos par Alain-Paul Mallard pour Flickr et Ornithondar, tous droits réservés







Nombre total de pages vues