" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

lundi 9 avril 2012

9, Keur Lampsar, ex-voto bangotins

* Bango. Keur Lampsar -



Ci-contre et ci-dessus:
Keur Lampsar, fin...
/ Photos par Alain-Paul Mallard pour Ornithondar*1

" (...) Étrange, voir la maison vide, prendre le thé par terre avec la nouvelle propriétaire et le garçon silencieux qui construisait pour elle un poulailler... J'ai récupéré trois beaux poids - pour des filets de pêche- que tu as laissés derrière toi, et que tu reconnaîtras sans doute "
- Alain-Paul Mallard*2, 2012 05 12

*1 ... et http://www.flickr.com/photos/alain-paul_mallard/7065884959/in/set-72157629795911001

Aussi:  http://www.flickr.com/photos/alain-paul_mallard/collections/72157630038975577/


*2 Voir la notule: http://ornithondar.blogspot.fr/2012/04/24-braconnage-passif-au-coeur-du-djoudj.html

2 commentaires:

  1. Alain-Paul Mallard10 septembre 2012 à 10:07

    Salut Frédéric,

    Je ne sais pas si tu as vu ce classeur:
    http://www.flickr.com/photos/alain-paul_mallard/sets/72157630038719865/
    Mes quelques nids et un peu de Gaston Bachelard pour mieux les saisir.
    Jette un coup d'oeil. Il y en a des sénégalais...
    Amitiés, Alain-Paul

    RépondreSupprimer
  2. Hola Alain-Paul,
    En effet, et je viens tout juste d'insérer ton lien dans 'nos' ex-voto...
    C'est une belle série, bien que trop courte, pleine de poésie... Magique ! Ce qui me ravit dans tes photos, c'est ta façon toute latine, très mexicaine, d'associer en permanence mort et vie, et de rendre presque acceptable l'idée de décrépitude, de retour à la poussière. On peut penser au brésilien Salgado, mais il y a surtout là de l'Alvarez Bravo et autres Iturbide, colorés, et même des relents bunueliens, ce n'est pas un hasard... J'aime beaucoup le cadavre désséché de l'amarante du Sénégal pendu au flamboyant, toujours rouge après la mort; ce petit oiseau des cours africaines est l'un des rares volatiles que l'on ne braconne pas; un porte-bonheur, pour lequel bien des familles laissent un petit abreuvoir alimenté, même aux portes du désert...
    Je reconnais un nid de tisserin à tête noire (ploceus melanocephalus, fabriqué par un authentique tisserand-à-bec !), un autre qui pourrait ressembler à un nid d'hirondelle locale, et des coquilles probablement glanées sur l'île aux oiseaux du parc national de la Langue de Barbarie: de sternes, mouettes et autres goélands ? C'est beau. Merci.

    Amitiés. Frédéric.

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues