" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

mardi 10 janvier 2012

10, des pélicans qui stationnent autour de Saint-Louis


Ci-dessus: 2012 01 3, fleuve Sénégal, devant Sor-Diagne (Saint-Louis), groupe de pélicans blancs immatures et juvénile
/ Photo par Rozenn Le Roux pour Ornithondar

* Bas-delta du fleuve Sénégal et lagons de la région de Saint-Louis -

Voir la notule: http://ornithondar.blogspot.com/2012/01/3-estuaire-la-breche-artificielle.html
  
- Pélican blanc (pelecanus onocrotalus, great white pelican):
Tandis qu'au Djoudj (PNOD, Sénégal, depuis 1976*1) et au Diawling (PND, Mauritanie, depuis les années 90') 6 à 8 500 couples de pélicans blancs ont commencé à initier à la pêche et au vol 3 à 4 000 de leurs poussins ayant survécu aux bousculades et au piétinement sur des nichoirs exangues, à la noyade, à la prédation par les chacals, les crocodiles et les varans, plus de 7 000 pélicans non reproducteurs vagabondent dans le bas-delta du fleuve, entre l'Aftout es saheli, berceau originel de tous les pélicans blancs du delta, au nord (Mauritanie), et le Gandiolais, au sud (Sénégal). Si en octobre on peut admirer la remontée des adultes nidificateurs vers les sites de ponte des parcs nationaux du Djoudj et du Diawling, en grandes troupes au-dessus du fleuve, c'est en 'hiver' qu'on aura loisir d'observer autour de la ville de Ndar les immatures, passant d'un marigot à l'autre, d'un lagon à un bolong, d'une vasière à un lac salé, ou de la terre à la mer et vice versa. Autour de Sor, surtout, plusieurs centaines de ces pélicans (525 ind. dans les années 90') stationnent en toute confiance sur le chott de Khor et les vasières du fleuve à l'aval du pont Faidherbe, aux abords de la ville même. Un peu plus au sud, quelques autres centaines ont le choix entre le lac de Gueumbeul et les lagons du Gandiolais (620 ind. dans les années 80'). Dès la fin du mois de janvier, entre 22 500 et 25 000 pélicans blancs*1 abandonnent tout ou partie des sites de reproduction pour envahir l'ensemble du bas-delta, des deux cotés du fleuve. L'inventaire annuel des oiseaux d'eau par Wetlands international, organisé avec sérieux du coté mauritanien, a livré pour le 15 janvier 2010 les chiffres suivants, du nord au sud du delta 'mauritanien': 577 ind. dans l'Aftout / 4 705 ind. au Chat Tboul / 15 997 ind. au parc national du Diawling /  253 ind. dans le bassin du Bell / 180 ind. au N'Tiallakht soit la 4e population des (grands) oiseaux d'eau dans le bas-delta 'mauritanien', avec 21 712 pélicans blancs comptés*2.

*1 Après une tentative en 1972 (1 500 couples), 2 000 couples réussirent à nicher au Djoudj pour la première fois cette année-là.
*2 Sur une population mondiale de 270 000 à 290 000 individus.
*3 Après la sarcelle d'été (n°1), le flamant rose, le grand cormoran à poitrine blanche; avant le canard souchet, le dendrocygne veuf, le canard pilet (n°7). 

Ci-dessous, en haut et au centre: reposoir de pélicans blancs immatures devant Pikine/Sor Diagne, au milieu des goélands, mouettes, bécasseaux, un balbuzard et un pluvier argenté (à d.) - en bas: pélicans blancs devant la 'brèche' de la Langue de Barbarie
/ Photos par Rozenn Le Roux pour Ornithondar



















- Pélican gris (pelecanus rufescens, pink-backed pelican):
Moins célèbre et beaucoup moins abondant dans le delta que son grand cousin, le pélican gris est aussi plus sensible aux caprices pluviométriques. Présent dans le delta jusqu'à la première grande sécheresse de 1973 (270 ind. en 1972), le pélican gris s'était retiré du nord vers le sud sénégalais pendant près de vingt ans. A la faveur d'une reprise des flux de mousson dès  le début des années 90', il est revenu sur les bords du fleuve Sénégal avec des effectifs toujours irréguliers et erratiques: lors des comptages annuels d'oiseaux d'eau organisés par Wetlands international (le 15 janvier chaque année), on en dénombrait 8 ind. en 1992, 87 ind. en 1995 mais 23 en 1996, et 161 ind. l'année suivante ! De plus en régulièrement, quelques couples* tentent de nidifier dans le bas-delta et y parviennent parfois, au milieu des colonies de grands pélicans blancs, ou plus volontiers dans les héronnières à tantales ibis - notamment en limite nord du parc national du Djoudj. Autour de Saint-Louis, on en verra aisément de solitaires ou de petits groupes (en moyenne de 7 à 15 ind.) pêchant tranquillement au fil de l'eau, souvent à proximité des mangroves (comme Roup et Lampsar, ou à l'amont de l'île aux Bois). D'autres aiment à se reposer à proximité des nursery de pélicans blancs (Khor, Sor-Diagne, cf. photo ci-dessous).

* Une dizaine de couples reproducteurs au cours des années 90'.

A retrouver aussi, avec d'autres photos, sur: http://www.saintlouisdusenegal.com/pelicans.php

Ci-dessous, en haut: 2012 01 3 matin, fleuve Sénégal au large de Pikine/Sor Diagne, 4 pélicans gris et 2 cormorans africains sur une étrave rouillée.

Ci-dessous, en bas: 2012 01 3 fin d'aprem', quelques uns des 116 pélicans blancs nageant au large de Pikine sur le fleuve Sénégal.
/ Photos par Rozenn Le Roux pour Ornithondar 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues