" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

dimanche 18 septembre 2011

17, 09(98) le balbuzard anglais est passé près de Saint-Louis




Ci-dessus: 2011 01, marais de Khar, parc national du Djoudj (PNOD), balbuzard pêcheur perché au coucher du soleil...
 Le 18 septembre 2011, c'est exactement au-dessus de ce marécage encombré d'arbres morts qu'est passé 09(98) - cf. en haut- dans sa migration suivie par GPS depuis le Rutland anglais ! (cf. carte Google Earth ci-après)
/ Photo par John Wright pour Wrightswanderings et Ornithondar

* Nord Sénégal. Du Djoudj à la Grande Côte via Trois-Marigots et Lompoul -

09(98) est un balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey) mâle à mi-chemin de sa vie. Comme son congénère AW(06)*1, un autre mâle,  et à l'occasion de leur migration automnale vers l'Afrique subsaharienne, 09(98) a été équipé d'une balise GPS, afin de mieux suivre et comprendre les deux grands voyages annuels de nos aigles pêcheurs européens: c'est son treizième voyage d'automne (1998 puis 2000/2011) entre le Rutland water reserve (Leicestershire, Angleterre), site de ses estivages - jusqu'à ce jour sans reproduction prouvée-, et l'Afrique subsaharienne, région de son hivernage.

De l' Angleterre au Sénégal, 15 jours de voyage

Cette année, 09(98) a quitté son aire le 2 septembre: après avoir franchi le Channel dans un épais brouillard, le 4 septembre, notre balbu a pris un peu plus de temps que AW(06) pour rejoindre l'Andalousie espagnole; le 11 septembre au matin, 09(98) était perché à quelques kilomètres du site du Spanish Osprey Project (barrage de Barate) - un sympathique clin d'oeil ! Et c'est à partir de Tarifa, célébrissime spot pour l'observation des migrations d'oiseaux, que le balbuzard a traversé le Détroit de Gibraltar, sans doute au milieu des aigles bottés (aquila pennata), des circaètes Jean-Le-Blanc (circaetus gallicus), des bondrées apivores (pernis apivorus) et des milans noirs (milvus migrans migrans) qui convergent à cette époque de toute l'Europe pour aborder le continent africain. Ce 11 septembre 2011, il a fallu à 09(98) une trentaine de minutes pour survoler le fameux passage. Sans même une halte, 09(98) a continué sa progression vers le sud, s'arrêtant pour la nuit près de la petite ville de Settat, après avoir parcouru 488 kilomètres d'une traite ! Comme AW(06) avant lui, 09(98) n'a pas affronté la barrière vertigineuse du Haut-Atlas, préférant la contourner par les collines à arganiers des contreforts atlantiques. Après 330 kilomètres de vol, ce 12 septembre, 09(98) s'est reposé à 40 kilomètres au sud d'Agadir - au seuil du 'gros morceau', le Sahara.
Jusqu'au 15 septembre, 09(98) suit peu ou prou le même itinéraire que son prédécesseur AW, via le bas-Draa puis la Saguia El-Hamra. L'oiseau passe carrément au-dessus du Kediet ej Jill (509 m), la célèbre montagne de fer de Zouérate - qui fait l'autre richesse de la Mauritanie, avec le poisson. A l'ouest d'Atar, il dort sur une dune de sable de l'erg Akchâr. A partir de là, le 16 septembre au matin, la migration de 09(98) diverge de celle de AW: elle prend une direction sud-ouest, vers les dunes rouges du Trarza, dans lesquelles il passera la nuit, et le delta du fleuve Sénégal (Lire: http://www.ospreys.org.uk/a-change-of-direction-for-09/).

17 septembre 2011, 09(98) est au Sénégal

En laissant sur sa droite la réserve de chasse de Keur Macène (Mauritanie), 09(98) franchit le fleuve frontalier le 17 septembre à 11h du matin pour aussitôt survoler les casiers rizicoles de Débi (Sénégal) puis une nouvelle zone cynégétique aux confins nord du parc national du Djoudj (PNOD). Au zénith, notre balbuzard ne s'arrêtera pas pour autant dans le labyrinthe de marais, de bolongs et de steppes sablonneuses du célèbre refuge ornithologique: il voit sur sa droite le spectaculaire nichoir des pélicans, inoccupé à cette époque, puis sous lui le magique marais de Gainthe où l'hiver dernier (2011 02 4, cf. notule) l'équipe du Rutland Osprey Project et moi avions identifié un balbuzard anglais, YU,  jeune femelle du parc national de District Lake*2 baguée en 2007. Franchissant la langue de sable souvent soulevé par les vents, 09(98) dépasse les marécages de Khar (cf. photo en haut) encombrés d'innombrables troncs d'arbres morts, reposoirs idéaux pour nombre de balbuzards hivernants - et de pygargues afrotropicaux. 09(98) quitte le sanctuaire par-dessus la rivière Gorom, quelques dizaines de mètres à l'est de la piscine de l'hôtel du Djoudj ! A vol d'oiseau, Savoigne et ses rizières ne sont pas loin; la route nationale Saint-Louis-Rosso est franchie, puis les Trois-Marigots vers 1h de l'après-midi; 09(98) a probablement décidé de rejoindre d'une traite la Grande Côte: franchi l'ultime 'marigot', notre balbuzard traverse la route nationale Saint-Louis-Dakar quelques kilomètres à l'est de Rao. Les 'dunes mortes' du Diambour précèdent Leona que 09(98) laisse sur sa gauche avant de passer précisément à la verticale du carré de dunes de Lompoul, le 'désert' du Sénégal ! Le balbu longe les Niayes, dépressions humides derrière le cordon dunaire côtier, stabilisé par des kilomètres de filaos. A quelques encablures de Diourmel, entre Lompoul et Fas Boye, 09(98) a peut-être atteint son site d'hivernage à 16h, à 73 kilomètres au sud de Saint-Louis-du-Sénégal. Notre voyageur fait ici de petits vols (d'inspection ?) entre les jardins maraichers des Niayes et l'infinie plage de sable qui court de Dakar à l'embouchure du fleuve Sénégal, se posant in fine dans les arbres des dunes, à 150 mètres du bord de mer. Après 225 kilomètres à vol d'oiseau, du Trarza mauritanien à la Grande Côte sénégalaise, première nuit sous les étoiles du pays wolof. Quinze jours pile poil après son envol du Rutland (2011 09 2/09 17), ce 18 septembre le balbuzard 09(98) se repose, enfin: nous saurons bientôt s'il a retrouvé ici sa résidence d'hiver*3.

*1 Voir la notule: http://ornithondar.blogspot.com/2011/09/7-le-balbuzard-aw-du-rutland-est-entre.html
Et le 'Journal de voyage' de AW(06) à: http://www.ospreys.org.uk/category/satellite-tracking/osprey-aw/
*2 Lire la notule: http://ornithondar.blogspot.com/2011/09/5-sponsorizez-tim-mackrill-et-le.html
*3 Le 22 septembre, 09(98) était toujours dans les dunes arborées de Diourmel: peu de chances cependant que cela soit son site d'hivernage pour les 5 à 6 mois à venir...

Lire: http://www.ospreys.org.uk/has-09-reached-his-winter-home/
Et tout le 'Journal de voyage' de 09(98) à: http://www.ospreys.org.uk/category/satellite-tracking/osprey-09/

1 commentaire:

  1. Hi Fred,

    I've finally received the latest data for 09.It shows that he is about 70km south of St Louis, on the coast. If this is his established wintering site then we were close to him last winter (especially on the days we visited Langue de Barbarie NP).

    Do you know anything about the coastline there ?

    Shame he didn't come to Bango - but he is not far away !

    Best wishes.
    Tim

    PS: thank you very much for sponsoring me for the Berlin marathon.

    Tim Mackrill, project officer
    Rutland Osprey Project
    Leicestershire & Rutland Wildlife Trust

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues