" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

jeudi 15 septembre 2011

15, une première bergeronnette printanière... d'automne


Ci-dessus: 2011 01. Bergeronnette printanière ibérique (iberiae), mâle, dans le bas-delta du fleuve Sénégal
/ Photo par John Wright pour Wrightswanderings et Ornithondar

* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -


APREM'-
14h40 sur la berge devant la maison: 1 bergeronnette printanière de la
sous espèce ibérique (Espagne, Portugal, sud-ouest de France, Maroc et Algérie; motacilla flava ssp. iberiae, spanish yellow wagtail) picore activement les innombrables dépôts mélangeant tiges de massettes et débris de plastique que les marées d'équinoxe puis la crue actuelle coincent dans les herbes: le passereau y trouve en quantité des insectes qui prospèrent dans ce magma peu esthétique mais propice à leur éclosion. Cette bergeronnette est la première motacilla flava en migration postnuptiale que j'observe à son arrivée en Afrique tropicale; à la vérité juste une halte d'un bon quart d'heure, histoire de se restaurer après la traversée saharienne et avant de poursuivre la route plus loin vers le sud. Bientôt c'est en grand nombre - par dizaines de milliers - que d'autres bergeronnettes printanières et  des bergeronnettes grises (motacilla alba) s'installeront pour l'hiver dans le bas-delta du fleuve Sénégal. La bergeronnette printanière et l'hirondelle de rivage (riparia riparia) y seront alors, probablement, les petits oiseaux hivernants les plus nombreux du delta sénégalais.



Nota:
quatre races de la bergeronnette printanière fréquentent le nord du Sénégal, à l'occasion de leur séjour postnuptial en Afrique tropicale. En grand nombre dans les plaines deltaïques du fleuve Sénégal et de ses affluents, elles fréquentent tout particulièrement les terrains légèrement salés en herbes basses, parsemés de buissons de tamarix, non loin des roselières à typhas dont elles se servent comme dortoir nocturne.
- Flava (bergeronnette printanière, blue-headed yellow wagtail), venue du sud de la Scandinavie et d'Europe centrale, est de loin la plus commune dans le delta du fleuve Sénégal, en nombre considérable dans les plaines alluviales et, le soir lors de leur regroupement, dans les typhaies qui leur servent de dortoir. En général, cette sous-espèce est celle qui stationne le plus longuement sous nos latitudes: dès septembre, jusqu'en avril.
- Flavissima (bergeronnette flavéole, western yellow wagtail), de Grande-Bretagne et des côtes du nord-ouest de l'Europe, est la seconde en nombre et nous quitte à la fin mars ou début avril, en remontant vers le nord par la bande côtière quasi exclusivement.
- Iberiae (bergeronnette ibérique, spanish yellow wagtail), descendue du Maroc, de la péninsule ibérique et du sud-ouest de la France, est la troisième en nombre mais la moins durablement hivernante, nous quittant avant fin mars.
- Thunbergi (bergeronnette nordique/de Fennoscandie, grey-headed yellow wagtail), du nord de la Scandinavie et de la Russie, n'hiverne pas dans le delta mais s'y arrête lors des passages d'automne, et surtout de printemps, souvent après le départ des autres sous-espèces, à partir du 20 avril, mais en faibles effectifs !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues