" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

samedi 23 juillet 2011

23, des patas flairent la bonne saison des mangues


Ci-dessus: patas du Gandiolais / 2009 04, photo par Gérard Bacuez

* RN 2 au carrefour de Bango et Ngallele -

SOIR, ~18h-
Observation par Eddy Graëff: au moins 2 patas ('singe rouge', cercopithecus patas, patas monkey) déboulent de l'ancienne piste d'aérodrome de Bango, traversent la route nationale et se dirigent ostensiblement vers les vergers proches, où les manguiers portent de bien jolis - et savoureux* - fruits, cette année !...
* Sic. Venant d'un pays, le Burkina Faso, où les mangues d'Orodara ont la réputation d'être les meilleures au monde, cette remarque vaut, parole d'"expert" totalement subjectif, son pesant... d'arachides...

Nota:
les singes rouges de la steppe sont généralement grégaires et gardent leur distance, dans les plaines alluviales du fleuve Sénégal. Avec leur progéniture, les patas peuvent compter par clan jusqu'à 80 membres. Leur goût pour une alimentation variée (ils sont comme les Hommes, omnivores) les incite à faire de grands déplacements sur un territoire assez vaste et en permanence parcouru par la  troupe. Cependant, les vieux sont souvent solitaires et beaucoup moins marathoniens ! Ils n'hésitent pas à se rapprocher des campements, villages et autres décharges où ils peuvent alors compenser l'amoindrissement de leurs capacités par de plus grandes facilités alimentaires: depuis au moins deux ans, il y en a un qui erre au seuil de la digue des deux Lampsar, de l'ancienne décharge 'sauvage' au campement saisonnier des pêcheurs Thioubalo. Il en est de même pour les jeunes mâles qui peuvent quitter la grande famille pour vagabonder jusqu'aux faubourgs de la cité - c'est probablement le cas des patas vus par Eddy: il y a quelques années sur la corniche de Sor j'eus un matin la surprise d'en voir un, bien effronté, se hisser sur le parapet de mon jardin et inspecter le carrefour proche avant de continuer sa promenade urbaine jusqu'aux rives du fleuve, passant entre deux immeubles, sans grande crainte...

* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre/limoneux -

MATIN-
~8h50, 14 grands cormorans à poitrine blanche (phalacrocorax carbo ssp. lucidus, white breasted cormorant) au dessus du fleuve Sénégal [en vol S>N].
MIDI-
1 tantale ibis (mycteria ibis, yellow-billed stork) cercle seul dans les ascendants par dessus le marigot [N>S].

- 2011 07 25:
MIDI-
12h40, 1 tantale ibis (mycteria ibis) cercle seul (cf. ci-dessus) au dessus du marigot [N>S, via Bango vers Ngallele].
Traversée du marigot N>S: 3 tourterelles masquées (oena capensis) / 1 gonolek de Barbarie (laniarius barbarus) / Petits vols de moineaux dorés (passer luteus) depuis le matin.
SOIR-
1 coucal du Sénégal (centropus senegalensis) dans le jardin, sur un muret (à la recherche d'un moinillon ? Cf. notules afférentes).

Pluies: Podor, traces (24 07) / Louga, traces (24 07) / Bakel, 6,0 mm (25 07).

1 commentaire:

  1. Les deux singes étaient bien plus gros que celui sur la photo. Dommage pour une fois je n'avais pas mon appareil a portée de main.

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues