" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

mardi 19 juillet 2011

19, ... et 3 courlis corlieu venus d'Europe déjà de passage


Ci-dessus: 2011 07 19 soir, pigeons roussards en parade nuptiale et milan parasite en maraude / Photo par Eddy Graëff pour Ornithondar

* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre/limoneux -

APREM', ~16h-
Une troupe de ~50 grands cormorans à poitrine blanche (phalacrocorax carbo ssp. lucidus, white breasted cormorant) en vol sur le fleuve Sénégal [S>N].
SOIR, 19h15-19h50-
2 hirondelles rustiques (hirundo rustica, barn swallow), immatures estivantes, chassent longuement dans les airs au dessus du marigot.
1 faucon chicquera (falco chicquera, red-necked falcon) subrepticement entre les arbres du jardin [>intérieur Bango.
Jusqu'à 9 pigeons roussards (columba guinea, speckled pigeon) ensemble en vol ou sur les toilures de la 'kasbah' voisine: parades nuptiales et accouplement / 1 coucal du Sénégal (centropus senegalensis).

Un vol de 9 mouettes à tête grise (larus cirrocephalus, grey headed gull) [E>O] + 1 ind. survole ma berge.
Passée: quelques hérons pourprés (ardea purpurea) [SO>E] dont 1 ind. par dessus Bango [>SE], hérons gardeboeufs (bubulcus ibis) [SO>E], dendrocygnes veufs (dendrocygna viduata) [toutes directions].
1 bihoreau gris (nycticorax nycticorax, black crowned night heron), comme hier mais dans le sens inverse [O>E]
Et toujours autour du marigot: alcyons pies (ceryle rudis), milans parasites (milvus parasitus, cf. photos), corbeaux pies (corvus albus), martinets des maisons (apus affinis), 1 grande aigrette (egretta alba, great egret, cf. photo ci-dessous), 1 aigrette des récifs (egretta gularis).

Ci-dessous: à g., grande aigrette et milan parasite - à d., pigeons roussards à l'accouplement
/ 2011 07 19 soir, photos par Eddy Graëff pour Ornithondar














19h35, vu 3 courlis corlieu (numenius phaeopus, whimbrel) en file indienne sonore au dessus de Bango, en vol rapide N>S.
19h40, vu 1 balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey), immature estivant (probable femelle) au plumage ébouriffé et plumes manquantes (mue), en chasse au dessus des mangroves de Thiolet à basse altitude et au ras des eaux du marigot, ramassant paresseusement quelque chose comme un milan ! Le rapace repart vers la plaine alluviale à la nuit tombante.


Nota 1: peut-être entendus le 15 juillet (11h35), les premiers courlis corlieu de la migration postnuptiale sont à l'heure !
Première observation postnuptiale de numenius phaeopus au dessus du delta:
- Bango/Lampsar:
2011 07 19, 3 ind. observés
2010 07 25, 5 ind. observés
2009 07 22, 6 ind. observés
2008 07 18, 1 + 13 + 1 + 3 ind. observés
- Saint-Louis/Corniche de Sor:
2007 07 26, 1 ind. observé

Ci-contre: courlis corlieu au Mozambique, 2005 11 

/ Photo par Neil Gray pour African Bird Club, DR

Nota 2: limicole emblématique des lointains nordiques de l'Europe - où il niche du Groenland à l'Eurasie sibérienne -, le courlis corlieu (numenius phaeopus, whimbrel) est l'un des tout premiers migrateurs au long cours à faire son apparition dans le ciel deltaïque, après son bref séjour nuptial au sud du cercle arctique. Deux sous-espèces traversent l'Atlantique (ssp. islandicus, est Groenland, Islande, Feroé, Ecosse: 600 000 à 750 000 ind.) et/ou le Sahara (ssp. phaeopus, quelques sites de Grande-Bretagne, Scandinavie, pays baltes, Bélarus et Russie: 190 000 à 340 000 ind.) pour rejoindre, souvent d'une traite, leurs quartiers d'hiver sur le littoral atlantique de l'Afrique subsaharienne, de la péninsule du Cap-Vert au Congo (avec de forts effectifs du Sine Saloum sénégalais aux confins libériens - de 18 à 22 000 ind. aux Bijagos de Guinée Bissau-, mais aussi autour de l'estuaire gabonais de l'Ogooué). Si les premiers adultes quittent le Groenland dès la fin juin, le gros des effectifs adultes entame sa migration postnuptiale entre la mi et la fin juillet, les juvéniles imitant leurs ainés de la fin juillet à début septembre. Sur la 'route', certains corlieu optent cependant pour des sites d'hivernage moins lointains: la péninsule ibérique (Galice et Marismas du Guadalquivir), le littoral nord-atlantique ou la baie saharienne de Dakhla au Maroc, les îles Canaries, le Banc d'Arguin mauritanien (de 20 à 31 400 ind.); et de petites centaines dans le bas-delta du fleuve Sénégal, essentiellement à l'aval du barrage de Diama, de part et d'autre du fleuve jusque dans le Gandiolais *.

* Sources: 'An Atlas of wader populations in Africa and western Eurasia', par S. Delany, D. Scott, T. Dodman, D. Stroud / Ed. Wetlands International, 2009

Pluies:
Bakel, 0,4 mm

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues