" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

jeudi 26 mai 2011

21-26, les résidents donnent de la voix

* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -


En cette fin de mai,
les oiseaux migrateurs du nord sont partis pour l'été, du Maroc au Groenland; les oiseaux afrotropicaux des forêts et savanes ne sont pas encore remontés, avec les vents de la mousson, sur le "rivage" sahélien. Mais les oiseaux résidents donnent de la voix, à tue-tête: après les bulbuls des jardins ("quick quick, doctor quick !"), les moineaux ou les souïmangas, ce sont les camaroptères et les serins qui entrent dans la chorale ! Ces jours-ci, un camaroptère à tête grise (camaroptera brachyura, grey-backed camaroptera) fier comme un coq (la tête redressée, la courte queue en érection, le manteau alaire verdâtre, cf. photo ci-contre) parcourt les haies fleuries et le sol des bordures, glanant des insectes entre de longs monologues, monotones mais intempestifs, rapides et rythmés: une seule note, soutenue et sonore: "tchwik tchwik...", à l'infini...

Ci-dessus: camaroptère à tête grise en position typique
/ Tanzanie 2010 08, photo par Alex Tait pour African Bird Club, DR


Pareillement, j'ai un couple de serins à croupion blanc (chanteur d'Afrique, serinus leucopygius, white-rumped seedeater, cf. photos ci-dessous à g. et à d.) qui chantent comme savent chanter les serins: c'est beau, limpide, doux comme un son de 'canari' - les fines oreilles diront que leur petite musique est plus riche que celle du célèbre oiseau de cage... Les serins à croupion blanc sont pourtant passe-partout, hors leur chant: il n'y a en effet que leurs reins bien immaculés pour éventuellement attirer le regard, quand ils ne chantent pas; petits, gris, le poitrail moucheté... de gris, on dirait de petits moineaux indéfinis, tout l'inverse des spectaculaires choucadors et gonoleks qui en mettent un coup, à leur tour, couleurs et vocalises tout feu tout flamme !

Ci-dessous, à g., serin à croupion blanc, Waza / Cameroun 2007 05, photo par Paul Noakes, pour African Bird Club, DR - à d., serin à croupion blanc, Saly / Sénégal 2004 02, photo par Alain Fossé, pour African Bird Club, DR - au centre, camaroptère à tête grise, parc national du Djoudj (PNOD) / Sénégal 2011 01, photo par Marco Thoma, pour African Bird Club, DR

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues