" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

samedi 26 mars 2011

26, aparté: des courants alternatifs

Earth hour

Les malentendus perdurent: afin de 'sauver' notre planète - fichtre..., la "communauté internationale" nous demande d'éteindre les lumières ce soir quand les Africains au sud du Sahara voudraient que les délestages électriques, les coupures d'eau, les ruptures de réseau internet, les évaporations de gaz, cessent d'hypothéquer toute espérance de faire partie, un jour, de ce monde-là ! Il est d'ailleurs amusant de remarquer que les Arabes partout se déchaînent contre leurs tyrans, exigeant plus de liberté et que chez nous, les émeutiers aussi éruptifs que sans lendemains vident leur furia sur les guichets qui n'en continuent pas moins d'encaisser... ou de vous renvoyer aux temps anciens si vous ne vous acquittez pas illico de votre facture ! Évidemment, comme c'est l'Afrique, des millions de gens s'arrangent avec les règles: si vous êtes 'pauvre', vous vous faites du préposé chargé de  contrôler ou plomber votre compteur, un ami... Ou vous vous achetez un groupe électrogène, si vous êtes 'riche', ou si vous souhaitez que votre petite entreprise ne dépose pas son bilan... Ou que vos entrepôts n'entrent en fusion ! Et si vous êtes un importun de la république, surtout, vous ne payez pas vos factures, c'est tout l'avantage d'être du cercle des puissants. Il est aussi symptomatique de voir comment les "autorités" "responsables" considèrent leur obligés électeurs: on perçoit de réels efforts d'alimentation électrique à la veille des fêtes religieuses, pour les retransmissions télé des combats de lutte ou des matchs de foot de l'équipe nationale. Ou quand un forum, une réunionite aiguë, un salon du livre ou des technologies - oui oui, ça se fait !- font du vent dans la capitale. Et surtout lorsque les casses à Dakar menacent la quiétude du petit centre-ville onirique d'une mégalopole immonde. Allez, je parie que ce soir, entre 20h30 et 21h30, on aura de l'électricité, nous ! Pauvres occidentaux, qui seront joyeusement à la bougie...

1 commentaire:

  1. Bonjour Frédéric, j'espère que les moineaux ont retrouvé leur nid,amitiés: thibault

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues