" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

dimanche 19 décembre 2010

19, le spectaculaire barbican fait le corbeau dans le flamboyant !

Ci-dessus: un barbican à poitrine rouge frappe à la fenêtre (sic) !
A Bango 
2008 10 12, 14h / © Courtesy photo par Eddy Graëff pour Ornithondar

* Bango. Marigot de Lampsar, coté saumâtre -

APREM', 16h25-
Brièvement dans le flamboyant du jardin, 1 barbican à poitrine rouge (lybius dubiusbearded barbet) émet deux croassements dignes d'un corbeau - craowcraow !, avant de rejoindre l'intérieur du village. Au moins deux couples y habitent, à plus de 200 kilomètres au nord de leur limite de répartition (re)connue - officiellement pas au nord du 14°30 N ! C'est seulement la seconde fois que le spectaculaire barbu passe par mon jardin, alors qu'il est bien familier de certaines cours bangotines - peut-être moins exposées aux alizés salins ?

Nota: le barbican à poitrine rouge est un oiseau endémique de l'Afrique occidentale, dont l'aire de répartition ne dépasse pas à l'est les confins centrafricains, du sud sahélien (15°N) aux lisières de la forêt équatoriale. Au Sénégal, sa présence inattendue à Bango sur un petit périmètre est probablement le résultat d'une remontée de barbicans en provenance de la presqu'île du Cap-Vert via les Niayes côtières, à la faveur du regain des moussons depuis une quinzaine d'années. Remarquablement coloré (noir, rouge, blanc), l'oiseau trapu est aussi spectaculaire par ses yeux perpétuellement étonnés et par son bec disproportionné, jaune corne, bordé de longs poils bien visibles à faible distance (cf. photo ci-dessus). Qusiment jamais au sol, ce barbu (capitonidae) est un oiseau localisé (mais pas rare), affectionnant les savanes richement boisées: à Bango, la densité et la qualité des arbres, un fait quasiment unique dans la zone, a sans aucun doute permis une bonne installation de 'nos' drôles d'oiseaux. Et si quelques vénérables ficus ont eu l'heur de ne pas être mis à terre, il est probable que le frugivore s'y fera entendre par son vol ondulé bruyant et ses croassements de corbeau. A ne pas manquer !

Voir aussi les précédentes notules d'Ornithondar:
Des oiseaux qui agressent les vitres, 2009 12 18 - et vidéo par Eddy Graëff: http://www.youtube.com/watch?v=wbM-Q7j7BmM !
Barbicans à poitrine rouge à Bango: la preuve !, 2009 05 25
Quatre barbicans à poitrine rouge, ensemble à Bango, 2008 09 19

3 commentaires:

  1. bonsoir Frédéric,c'est splendide! Amitiés: thibault

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Thibault, et franchement rigolo à regarder ! Manque de chance, il se fait trop rare dans le jardin. Je ne sais pas si cet invétéré frugivore aime les papayes, mais je n'y verrais pas d'inconvénient: on commence à en faire une overdose, je donne au voisinage... Tu en veux ?
    Et ces feux de cheminée ?
    Amitiés. Frédéric.

    RépondreSupprimer
  3. un barbican à moustache
    je l'ai jamais vu
    merci

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues