" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

lundi 4 janvier 2010

Des centaines de cocotiers arrachés au Gandiolais


* Gandiolais -

Ci-contre: 2009 10 29, paysage du Gandiolais après la mousson; figuiers de Barbarie, palmiers, cocotiers parfois victimes de la salinisation des terres
/ Courtesy photo par Eddy Graeff, droits réservés

2009 12 28, nota: pour embellir 'sa' Corniche et l'environnement immédiat du très controversé monument dit de la Renaissance africaine, à Dakar, le gouvernement des Wade n'a pas trouvé idée plus écolo que de faire défigurer le Gandiolais, terroir ancestral du président de la République : l'une des plus belles régions naturelles du nord sénégalais, l'une des plus fragiles aussi, déjà mise en danger avec sa salinisation consécutive à l'ouverture d'une brèche en 2003 dans la Langue de Barbarie, un oukaze hasardeux du même fils du pays. L'une des plus déshéritées du Sénégal, surtout, aux portes de Saint-Louis. Depuis des mois en effet, loin des regards indiscrets, des dizaines de cocotiers (on parle de 200 arbres lors des deux 'prélèvements' passés) sont déracinés du coté de Gandiole pour être illico transportés vers la vitrine capitale, à plus de 270 kilomètres de là ! Il semblerait que les villageois du Gandiolais vendent leurs grands arbres pour dix à quinze mille francs CFA, en toute légalité dit-on, c'est à voir... Proposition aurait été faite au(x) commanditaire(s) de faire (re)planter deux ou trois cocotiers en échange d'un arbre arraché. On a bien dit 'développement durable', non ? Mais quand on voit dans quel état sont les 'fûts' qui furent en effet des cocotiers sur la corniche ouest de Dakar, hâtivement transplantés pour l'inoubliable fiasco du Sommet de l'OCI; quand on comprend qu'après cinquante années d'indépendance, l'état ne possède, faut-il croire, aucune pépinière d'envergure; et quand on sait comment finissent ces échanges marchands entre tout-puissants et paysans, le pauvre Gandiolais aura encore perdu un peu plus de son charme vacillant... Et le Sénégal un peu plus de sa 'nature' chaque jour mise en lambeaux.
Eddy Graeff pour http://www.saintlouisdusenegal.com, et Frédéric Bacuez pour http://ornithondar.blogspot.com

Lire aussi, en date du 2010 01 6, 'L'OMVS promet de stabiliser la brèche "dici une semaine"', à:
http://www.stlsn.com/breche201001.php

Ci-contre: 2009 10 29, les salins et les cocotiers de Gandiole
/ Photo par Frédéric Bacuez dit Fretback

2010 01 3
, DERNIÈRE MINUTE:
De sources bien autorisées, 'nous' apprenons que la Gendarmerie nationale aurait ces derniers jours 'investigué' dans le Gandiolais suite à la divulgation des infos ci-dessus mentionnées. Ainsi, des 'papiers' autorisant le déracinement des cocotiers auraient été saisis/confisqués par les enquêteurs. La rumeur voudrait que l'ordre d'intervention soit tombé des plus hautes sphères... Des margoulins, comme il y en a tant jusque dans les couloirs les plus intimes des présidences, d'ici et d'ailleurs, auraient-ils décidé de piller le Gandiolais sans en référer à qui de droit ? Ou bien assisterions-nous, après Copenhague et dans la perspective d'élections présidentielles (2012, ici aussi) qui ne s'annoncent pas sous les meilleurs auspices pour le chef de l'Etat, à un repli stratégique sous peine de s'aliéner les populations du terroir ancestral et encore un peu plus celles de Saint-Louis qui en avaient chassé le parti majoritaire aux dernières municipales ? Les virevoltes et autres engagements/désengagements de Maître Wade sont connus et reconnus, malheureusement trop connus, désormais...
Mais j'y pense: et si le compte des cocotiers convoités y étant, 'on' faisait intervenir les pandores pour faire comme si 'on' n'y était pour rien, dans ce saccage ? Hein, trop machiavélique, le Fretback !?
Maintenant, si les Eaux et Forêts pouvaient être aussi bien activées pour traquer les dévastateurs des derniers lambeaux de 'bosquets' d'acacias du delta, ce serait encore mieux ! Passer ses journées à se morfondre devant une guérite à l'entrée de Khor, pour contrôler nonchalamment quelques taxis susceptibles de transporter du bois 'mort', ça n'a jamais empêché les arbres d'être coupés, en amont !!!! Pourtant, pas besoin de boussole pour descendre sur le (vrai) terrain et (vite) rencontrer bûcherons illégaux et charbonniers clandestins; et tant qu'à faire, suivre la piste de leurs commanditaires, pour le coup ! Pas bien compliqué, au demeurant... Il suffit de chercher le drapeau 'patriotique' ! Non mais !
____________________________________________________________________

2 commentaires:

  1. Bonjour Frédéric, fin damnée au bord d'une route de Saint Martin- de-Crau pour un aigle de Bonelli retrouvé avec trente plombs dans le corps, souhaitons,souhaitons trente plombs de bonheur aux saligauds,(aujourd'hui neige sur Arles ,neige sur la Camargue,le ciel envoie son manteau de deuil,amitiés de thibault

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Thige,
    Et ce n'est pas la première fois ! Avant ce 30 ou 31 octobre dans la Crau il y avait eu 2008 et un Bonelli abattu de 38 plombs dans l'Hérault, encore un autre quelques années plus tôt. C'est partout pareil: tandis que les uns -une minorité- aiment (et parfois s'engagent pour protéger ce/ceux qu'ils aiment) d'autres détruisent, parignorance, par méchanceté aussi, par cupidité beaucoup, par haine et mépris de soi-même surtout !
    En rappel, l'aigle de Bonelli est le rapace nicheur le plus rare de France: 29 couples en 2009
    L'oiseau a déjà été observé du coté de Bango -pas par moi !, en janvier, où il peut vagabonder, épisodiquemnt en hiver...Surtout si celui-ci est particulièrement rigoureux au nord du Sahara, ah ah !
    A lire: http://www.midilibre.com/articles/2009/12/06/A-LA-UNE-Trois-aigles-de-Bonelli-suivis-a-la-trace-1025224.php5
    Amitiés. Frédéric.

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues