" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon, 1737
" Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde "
- Albert Camus

mardi 17 novembre 2009

16-17, un balbuzard bien intrépide


IMPORTANT : VOIR LES PHOTOS ET LIRE AUSSI LES COMMENTAIRES DU RAPPORT DE 2009 10 6 (qui continuent de défrayer la chronique de ce blogue...)

* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -
Au matin, en général avant 8 heures, et en fin d'après-midi jusqu'au crépuscule, dès 16 heures, 1 balbuzard pêcheur (pandion haliaetus, osprey, aguila pescadora) a depuis quelques jours pris l'habitude de pêcher à quelques jets de pierres du village de Bango... A 50 mètres de moi, parfois, quand il effectue ses virages aériens au dessus du Lampsar ! Arrivant des alentours du bolong de Dakhar-Bango, vers la pointe Thiolene, il remonte quelques centaines de mètres du marigot de Lampsar pour survoler tout particulièrement la baie qui reçoit le bolong de Khaye. Contre le vent du nord nord-est, le balbu -une femelle en l'occurrence, non baguée- fait du quasi vol stationnaire, moins habilement que les alcyons pies, 'à l'étage' d'en dessous (cf. photo ci-après, en haut à droite), et plonge comme les quelques sternes caspiennes qui l'entourent, pas très élégamment, dans un plouf explosif digne d'un plat ventral d'humain.... Le 16 novembre, il lui a fallu vingt minutes de survols et de plongeons stériles (17h30-17h50) avant d'accrocher un jeune poisson-chat que les serres ne lâcheront pas malgré les nombreux ébrouements du rapace, en vol ! En général, le balbu quitte les lieux avec sa proie et gagne les rives du Lampsar 'eau douce', pour le dévorer tranquillement; avant de revenir, passer sans s'arrêter au dessus de la baie, et regagner les confins de la presqu'île de Thiolene, l'embouchure du bolong de Dakhar-Bango, ou un bosquet de palétuviers du marigot, toujours le même, sur quasiment toujours la même branche panoramique... Régulièrement, ils sont deux (couple ? Duo de subadultes ?) à faire la navette entre le bout deltaïque de mon marigot (ouest, vers la gauche) et la partie douce du Lampsar (est, vers la droite), surtout le soir.
La belle dame qui s'évertue à pêcher à quelques encablures de la digue bangotine est fort inconsciente des dangers qu'elle encourt : avec la réapparition des premiers laridés, et bientôt des cormorans, dans le marigot redevenu poissonneux -c'est de saison-, les jeunes désoeuvrés, soit 99% du bled, traînent sur les berges souillées de détritus, de ficelles et toutes sortes d'épaves de filets en nylon. Certains, peut-être las du sempiternel tiep, le riz au poisson de plus en plus riquiqui, s'adonnent à une drôle de pêche, une invention toute tropicale : la pêche-chasse ! Ils empalent un poisson sur un hameçon attaché à un long fil de nylon, le lance le plus loin possible s'ils sont des enfants, ou grimpent dans une pirogue pour déposer l'appât au beau milieu du marigot s'ils sont des adolescents. J'ai ainsi vu mourir dans d'affreuses souffrances, depuis deux ans, des hérons cendrés, un bihoreau gris, des mouettes à tête grise ou des sternes caspiennes, une aigrette dimorphe, des cormorans des deux espèces... Parfois déplumé illico, agonisant, ou jeté vivant dans un vieux frigo désaffecté servant de coffre, aussitôt refermé sur la victime jusqu'à la grillade nocturne, entre jeunes, sur la pirogue amarrée au clair de la lune... sous le regard miséricordieux d'Allah !
Comme les sternes caspiennes, le balbuzard tournoie longuement quand il repère un poisson flottant à la surface, avant d'éventuellement s'en saisir... J'ose croire que le balbu ne se fera pas tromper par ces proies trop faciles... d'autant qu'il ne les saisit que par les serres et ne les mange que loin, tranquillement, sur un arbre ou sur la terre ferme de la pointe Thiolene; ouf ! J'ai pourtant vu des caspiennes, qui relâchent neuf fois sur dix le poisson au bec dès que le nylon se tend, se faire tout de même prendre au piège...































Ci-dessus :
- Dessin pour l'IRD ur 136 d'Orléans
- En haut, 2009 11 17 soir, 17h30-18h15, balbuzard pêcheur femelle et alyon pie, sur le Lampsar et la baie du bolong de Khaye
- En bas, 2009 11 16 soir, 16h-17h15, balbuzard pêcheur et sterne caspienne sur le Lampsar
/ Photos par Frédéric Bacuez dit Fretback
____________________________________________________________________

1 commentaire:

  1. Ton article expliquant la "pêche/chasse" pratiquée par les enfants/ados est très bon et il faut à tout prix que tes mots avec les photos de l'oiseau trouvent écho !
    @ +
    Amitiés,
    Alain, photographe animalier
    http://www.alain-fournier.fr/

    RépondreSupprimer

Nombre total de pages vues