" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

mardi 27 octobre 2009

27, les premiers bihoreaux d'hiver, de nuit


* Bango. Marigot de Lampsar, coté limoneux -

NUIT, dès 20h45; demi-lune -
Chaque soir depuis la nuit du 25 octobre, entendu le/le(s) premier(s) bihoreau(x) gris (nycticorax nycticorax, black-crowned night heron) de saison. Le statut des deux populations, résidente et hivernante, au Sénégal, et le fait que les colonies 'autochtones' nichent en septembre-octobre, empêchent de savoir s'il s'agit là des premiers arrivants d'une présence hivernale d'au moins 150 bihoreaux sur mon bout de Lampsar.

Ci-contre : bihoreaux gris, adulte (à g.) et immature (à d.), marigot Kwil'wooko, parc national Kaboré Tambi, sud du Burkina Faso, 1995 12 7-8 / Photo par Frédéric Bacuez dit Fretback

Egalement, au crépuscule et la nuit : les cris d'oedicnèmes du Sénégal (burhinus senegalensis, senegal thick-knee) se rapprochent, sur le pourtour du marigot
Egalement, le jour : les cris de chevaliers aboyeurs (tringa nebularia, common greeenshank) confirment leur installation hivernale sur les rives du marigot, qui va bientôt recouvrer ses eaux de saison sèche
______________________________________________________________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues