" Quand y aura-t-il des observateurs qui nous rendront compte de ce que font nos hirondelles au Sénégal et nos cailles en Barbarie ? "
- Comte de Buffon (France), 1737
" Avoir vu un éléphant n'est pas une question d'âge mais une question d'avoir parcouru la brousse "
- Roger Bila Kaboré (Burkina Faso)

vendredi 18 septembre 2009

Resucée d''activités' pour l'Alarme climatique mondiale


* Et le Sénégal, concerné ?-


A -91 jours de la grand messe de Copenhague (Danemark) 'contre' le réchauffement climatique (acceptation résignée d'une augmentation d'au moins 2° des températures, actions étatiques unilatérales, politiciennes et clientélistes, aucune remise en cause du 'système', militaires-pétroliers-minéraliers-pêcheurs industriels dans les starting-blocks pour occuper mers et terres dégagées par la fonte glaciaire), les agitations de la 'société civile', comme on dit sous nos tropiques, battent leur plein : appels à pétitions, 'activités' diverses, comme on dit encore sous nos tropiques, aussi médiatiques que dérisoires, bref, personne ne sait comment faire passer la douloureuse et se faire voir : une époque cynique, demain sera sinistre...
Ci-dessus : 2009 09 1, Ouagadougou : l'impensable...
A la Une de L'Evénement (Burkina Faso) n° 171, 10 septembre 2009
http://www.evenement-bf.net

Avant Copenhague, New York, mardi 22 septembre : le syndic des chefs d'Etat sera au pupitre onusien pour nous dire combien ils s'engagent pour nous sauver, enfin... sauver les générations futures, ben voyons. On y croit. En sachant que deux jours après leurs logorrhées écolos de Manhattan, vingt de nos superEros n'auront pas à aller loin pour se caresser le nombril, à Pittsburgh l'industrielle éconduite, et parler de choses autrement plus sérieuses : l'automobile, les finances, la Bourse, le CAC40 et autre Down John, bref, comment relancer la machine productiviste et marchande pour sauver 'leur' planète...
Afin de mettre la pression (?) sur nos vénérés responsables, Avaaz a répertorié 1500 événements à travers le monde (des centaines au Brésil, leader mondial es-fêtes, une centaine en France qui fait ce qu'elle peut pour suivre le déhanchement brésilien... et lui fourguer ses Rafales; 2 au Burlina Faso, 1 au Sénégal, pays "sans joie" -dixit l'écrivain saint-louisien Louis Camara), le 21 septembre, pour une 'grande Alarme climatique' : il parait qu'on peut téléphoner aux timoniers de ce monde et leur signifier combien on compte sur eux pour changer la donne, hi hi ! Je ne vois pas 'les populations à la base' -comme disent les quelques uns au sommet, au Burkina -, au Sénégal ou ailleurs en Afrique, elles qui n'ont déjà pas l'eau courante -à part celle du fleuve-sert-à-tout !-, l'électricité, Internet, ou alors par intermittence, réclamer à leurs satrapes intouchables d'opter pour la décroissance verte, seule solution à même de stopper le cataclysme environnemental. De toute façon, la décroissance, nous, nous y sommes les deux pieds dedans... depuis des lustres -avec ou sans incandescence... Et puis, et puis les 20-21, chez nous à 'Ici c'est Sénégal', c'est la korité, fin du Ramadan : on a autre chose à faire, on va passer 48h à glorifier des saints autochtones d'hier et d'aujourd'hui qui ont autant d'envergure que les leaders charismatiques qui se gouvernent en notre nom : hauts-parleurs à tous les coins de rues, éructations et trémolos pour tous... La pollution sonore a-t-elle autant d'impact sur le réchauffement climatique que sur des cervelles amniotiques ? Je me pose la question. Allez, courage nous tous, moi je serai dans la plaine inondée, bien botté, en ce dimanche ou lundi furioso; inch'Allah, car ça dépend d'un minuscule croissant de lune... lunatique, comme chacun sait.


A voir, les 21 et 22 septembre 2009, visible dans 60 pays et en 32 langues (mais pas en wolof, pas de pot...) à la façon du Home de YAB : 'The age of stupid' ('L'âge de la stupidité', cf. affiches du doc ci-contre; http://www.ageofstupid.net/), de la réalisatrice britannique Franny Armstrong.


" Nous aurions pu nous sauver mais nous ne l'avons pas fait. C'est stupéfiant. (...) Dans quel état d'esprit étions-nous pour être menacés d'extinction et simplement ignorer cette menace ? "











Ci-contre : l'ultimatum avant dépôt de bilan...
Décharge de Yeumbeul, banlieue de Dakar / Photo Inno

____________________________________________________________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues